Mots-clés |
  • médecine,
  • maladie

Épidémie : la gastro-entérite est de retour

Le seuil épidémique de la gastro-entérite a été franchi au cours de la première semaine de janvier 2016 avec 232 cas de diarrhée aiguë pour 100.000 habitants, soit plus que le seuil fixé à 207. La gastro 2016 ne montre pas de signe particulier de gravité.

Le seuil épidémique de gastro-entérite a été dépassé début janvier 2016. © CHAjAMP, Shutterstock Le seuil épidémique de gastro-entérite a été dépassé début janvier 2016. © CHAjAMP, Shutterstock

Épidémie : la gastro-entérite est de retour - 2 Photos
malauventre

PDF

L’activité de la gastro-entérite est considérée comme forte par les médecins Sentinelles. Ces derniers surveillent le nombre de cas de diarrhée aiguë. Ces cas sont définis par au moins trois selles liquides ou molles par jour datant de moins de 14 jours motivant la consultation.

En France métropolitaine, la semaine dernière, « le taux d’incidence des cas de diarrhée aiguë a été estimé à 232 cas pour 100.000 habitants, soit 151.000 nouveaux cas, en augmentation par rapport à la semaine précédente et au-dessus du seuil épidémique fixé à 207 cas pour 100.000 habitants », indiquent les médecins Sentinelles.

Carte de France de la gastro-entérite lors de la première semaine de janvier 2016
Carte de France de la gastro-entérite lors de la première semaine de janvier 2016. © Réseau Sentinelles

Le début de l'épidémie bientôt confirmé

Toutefois, « il faudra attendre une seconde semaine consécutive au-dessus du seuil épidémique pour confirmer l’arrivée de l’épidémie », précisent-ils. Selon le modèle de prévision, le niveau d’activité des diarrhées aiguës devrait continuer d’augmenter cette semaine, et confirmer ainsi le démarrage de l’épidémie.

Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés concernent la Lorraine (451 cas pour 100.000 habitants), le Limousin (407) et Provence-Alpes-Côte-d’Azur (395). À noter que l’âge médian des cas était de 25 ans. Le pourcentage d’hospitalisation a été, lui, estimé à 0,4 %, montrant des tableaux cliniques ne présentant pas de signe particulier de gravité.

À découvrir en vidéo autour de ce sujet :


De nos jours, la qualité alimentaire n’a jamais été aussi bonne et a contrario les consommateurs n’ont jamais été plus inquiets. Les nouvelles alarmistes se répandent vite et les populations aspirent légitimement à un risque zéro, mais est-ce réellement possible ? Nous avons interviewé Béatrice de Reynal, nutritionniste, afin qu’elle nous en dise plus sur la sécurité sanitaire des aliments.


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires