Mots-clés |
  • médecine,
  • Vie du site

Dossier : mieux comprendre l’incontinence urinaire

Découvrez le dossier incontinence urinaire en détail. En France, trois millions de personnes souffrent d'incontinence, qu'elle soit urinaire ou fécale. Ce dossier présente les causes de cette affection, les divers traitements et des conseils pour l'éviter.

L'incontinence urinaire, aussi appelée énurésie chez l'enfant, est une affection qui peut se soigner. © Byggfabriken, Flickr, cc by nd 2.0

L'incontinence urinaire, aussi appelée énurésie chez l'enfant, est une affection qui peut se soigner. © Byggfabriken, Flickr, cc by nd 2.0  

PDF

Souvent mal vue, mal connue et surtout relevant d’un tabou persistant, l’incontinence empoisonne la vie de milliers de personnes à travers le monde. Si l’on considère que l’incontinence urinaire touche à peu près 25 % des femmes et 15 % des hommes âgés, plus de trois millions de Français sont en prise avec des troubles urinaires et fécaux.

 

L’appareil urinaire est composé essentiellement de quatre organes vitaux du corps humain. Il produit, stocke et élimine l’urine, les déchets et les toxines. Il maintient l’homéostasie, c’est-à-dire l’équilibre intérieur.

 

Dès lors que le système urinaire dysfonctionne, il peut provoquer toutes sortes d’infections urinaires mais aussi provoquer l’incontinence urinaire. Cette dernière est définie comme une perte d’urine par l’urètre non choisie et survenant en dehors des épisodes mictionnels volontaires.

 

Selon l’âge, le sexe, la période de la vie, les antécédents chirurgicaux ou les spécificités physiologiques de tout un chacun, une majorité de personnes peut être touchée de près ou de loin par l’incontinence urinaire ou présenter un terrain favorable à son développement sans même le savoir. Voyons ici les symptômes puis les causes de l'incontinence urinaire.

 

L'incontinence chez la femme est plus fréquente que chez l'homme. Les causes en sont en effet différentes.

 

L'incontinence chez l'homme est causée par deux mécanismes. Les causes sont en effet différentes de celles de l'incontinence chez la femme.

 

L'incontinence chez l'enfant s'appelle l'énurésie. C'est le fameux « pipi au lit ». Il existe deux types d'énurésie.

 

Poser le diagnostic d'incontinence permet d'envisager les différents traitements de l'incontinence urinaire.

 

La chirurgie est l'un des traitements de l'incontinence. Elle permet de mettre en place des bandelettes sous-utréales, un sphincter artificiel, de traiter un adénome de la prostate ou encore de poser des ballons ACT.

 

Outre les traitements « classiques », il existe des traitements alternatifs de l'incontinence. Parmi eux : la rééducation périnéale et l'électrostimulation.

 

Outre la rééducation périnéale, d'autres traitements alternatifs de l'incontinence existent. Voyons ici le biofeedback et les exercices de Kegel.

 

Il n’existe pas de complication en tant que telle quand on souffre d’incontinence ou du moins elle se situe sur un tout autre plan que médical. Voici quelques conseils pour limiter l'apparition de l'incontinence.

 

À côté de l’incontinence urinaire, on retrouve l’incontinence fécale qui se définit par la perte involontaire par le rectum de matières liquides ou solides. Cette incontinence est estimée à environ 2 % de la population française et demeure encore plus tabou que celle urinaire. Cette approximation des chiffres est marquée par le silence régnant autour des symptômes que cette incontinence présente, même parmi les patients atteints.

 

Le diagnostic de l’incontinence fécale permet de mettre en place des traitements appropriés, par chirurgie ou non. 

 

Pour en savoir plus sur l'incontinence, voici l'interview du docteur François Haab, chirurgien urologue et chef de service à l’hôpital Tenon à Paris, professeur des universités.

 


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires