Mots-clés |
  • médecine,
  • casque audio

Pourquoi devient-on sourd en écoutant la musique trop fort ?

On dit que monter le son des écouteurs ou casques audio peut rendre sourd au moins temporairement. Pourquoi ? Comment ? La réponse nous vient de chercheurs britanniques qui établissent le lien entre décibels et dommages sur les cellules nerveuses…

Les écouteurs nous crient dans les oreilles ! En ville, les bruits de la rue sont si intenses que 90 % des amateurs de musique montent le son de leur baladeur à des niveaux trop élevés, ce qui détériore la myéline du cerveau. © ToMiNoU, Flickr, cc by nc sa 2.0 Les écouteurs nous crient dans les oreilles ! En ville, les bruits de la rue sont si intenses que 90 % des amateurs de musique montent le son de leur baladeur à des niveaux trop élevés, ce qui détériore la myéline du cerveau. © ToMiNoU, Flickr, cc by nc sa 2.0

Pourquoi devient-on sourd en écoutant la musique trop fort ? - 2 Photos

PDF

Qu’ont en commun un baladeur équipé d'un vulgaire casque audio et un moteur d’avion ? Rien d’évident de prime abord. Pourtant, l’un et l’autre sont capables d’émettre des sons bien trop élevés pour nos oreilles, dépassant les 110 décibels (dB) et entraînant des dommages parfois irréversibles.

Heureusement, ce n’est pas toujours définitif. Après exposition à des sonorités trop fortes, certains individus ne souffrent que de surdité temporaire. Si jusque-là on avait mesuré les conséquences à l’échelle de l’audition, on ignorait encore les causes cellulaires et physiologiques sous-jacentes. Mais des scientifiques britanniques (University of Leicester) apportent finalement la réponse au problème.

Des décibels mauvais pour la myéline

Les auteurs de cette étude dirigée par Martine Hamann et publiée dans Pnas sont allés observer de plus près les changements occasionnés par des sons trop élevés dans l’activité électrique du noyau cochléaire dorsal, une région du cerveau dans laquelle transite l’information auditive avant interprétation. 

La moitié des neurones passés au crible étaient dépourvus de la couche de myéline qui normalement les entoure. Ce revêtement indispensable accélère et favorise la bonne transmission de l’influx nerveux. En son absence, les cellules nerveuses ne communiquent plus les unes avec les autres. Ainsi, le son est effectivement traduit en message électrique dans le nerf auditif, mais sa progression est vite arrêtée, faute de conduction. Les centres du cerveau chargés de l’interprétation du signal sonore ne recevant aucune information, le sujet n’entend plus rien.

La myéline est un composé principalement constitué de lipides et de protides qui entoure l'axone des neurones et fait office d'isolant électrique. Son rôle est primordial dans le bon transport de l'influx nerveux. © Selket, Wikipédia, cc by sa 3.0
La myéline est un composé principalement constitué de lipides et de protides qui entoure l'axone des neurones et fait office d'isolant électrique. Son rôle est primordial dans le bon transport de l'influx nerveux. © Selket, Wikipédia, cc by sa 3.0

Des baladeurs à bien régler

Mais l’organisme est capable de régénérer cette couche de myéline manquante, un peu comme on remplace un fil électrique défaillant. Le neurone retrouve son fonctionnement normal au bout de trois mois environ et l’audition perdue est finalement retrouvée dans son intégralité.

Les chercheurs se réjouissent d’une telle découverte car selon eux elle contribuera d’une part à favoriser la prévention de telles pertes auditives mais elle offrira sûrement de nouvelles solutions thérapeutiques. Et ouvrira peut-être la voie à d’autres approches de certaines formes de surdité définitive.

Pour éviter ces problèmes, la solution paraît tout de même évidente : il faut éviter autant que possible tous ces bruits insupportables. Si les baladeurs audio sont devenus des accessoires très à la mode, il est nécessaire de ne pas pousser le son à son maximum de 100 dB pour ne pas torturer ses oreilles… et la myéline de son cerveau.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires