Mots-clés |
  • médecine

En bref : iomazénil, une pilule contre l’ivresse bientôt testée

Boire ou conduire, pourquoi choisir ? Une étude très préliminaire suggère qu’un médicament, le iomazénil, serait capable de contrer l’ivresse consécutive à une consommation excessive d’alcool. De nouveaux tests sont prévus pour approfondir les résultats.

La pilule contre l'ivresse n'est probablement pas pour demain. Les chercheurs ne veulent pas mettre au point un médicament qui permettrait aux gens de boire et de prendre le volant, ils y voient plutôt l'occasion de dissocier le plaisir de la boisson et pousser la personne dépendante à quitter son addiction. © Platinum, Flickr, cc by nc sa 2.0 La pilule contre l'ivresse n'est probablement pas pour demain. Les chercheurs ne veulent pas mettre au point un médicament qui permettrait aux gens de boire et de prendre le volant, ils y voient plutôt l'occasion de dissocier le plaisir de la boisson et pousser la personne dépendante à quitter son addiction. © Platinum, Flickr, cc by nc sa 2.0

En bref : iomazénil, une pilule contre l’ivresse bientôt testée - 1 Photo

PDF

Une pilule pour rester sobre. C’est le défi que se sont lancé des chercheurs de l’université Yale, aux États-Unis. Ils annoncent avoir mené une étude préliminaire qui suggère l’intérêt d’utiliser une molécule, le iomazénil, pour limiter si ce n’est éviter l’ivresse procurée par une consommation d’alcool. L’objectif avoué est de développer un médicament qui détourne les accros à la boisson de leur accoutumance en inhibant le plaisir, et de lutter contre les intoxications à l’alcool.

Les cobayes qui avaient reçu du iomazénil, d'ordinaire utilisé dans les diagnostics en imagerie cérébrale, avant de boire des doses suffisantes pour atteindre l'ivresse ont montré plus de réflexes pour freiner au volant d'un simulateur de conduite. Les chercheurs ont prévu des tests à plus grande échelle pour confirmer leurs résultats.

D’autres scientifiques travaillent à l’élaboration d’une pilule qui permet de rester sobre. La naloxone, par exemple, a fait ses preuves chez la souris. Les premiers essais chez l’Homme devraient commencer dans les dix-huit prochains mois, si tout se passe comme prévu.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires