Mots-clés |
  • médecine

Le bisphénol A est bien toxique à faible dose, selon un rapport de l'ANSES

Un rapport de l'ANSES sur le bisphénol A, publié aujourd'hui, révèle des effets sanitaires avérés sur les animaux, et probables chez l'Homme, même à faibles doses. Les populations sensibles ont été identifiées et devraient éviter le plus possible l'exposition à cette substance chimique.

La présence de bisphénol A dans les biberons est interdite depuis juin 2011. © Julien Haler, Flickr CC by sa 2.0 La présence de bisphénol A dans les biberons est interdite depuis juin 2011. © Julien Haler, Flickr CC by sa 2.0

Le bisphénol A est bien toxique à faible dose, selon un rapport de l'ANSES - 2 Photos

PDF

Dans un rapport rendu public ce matin, l’ANSES estime que la limitation de l’exposition des femmes enceintes et des enfants au bisphénol A doit être considérée comme un objectif « prioritaire ». Emballages alimentaires, cannettes, revêtements de sols, boîtes de conserve, ustensiles de cuisine… C’est peu dire que cette substance a envahi notre environnement quotidien…

Le nouveau rapport de l’Agence nationale sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) met en évidence « des effets sanitaires avérés chez l’animal et suspectés chez l’Homme, même à de faibles niveau d’exposition. Ces effets pourraient dépendre fortement des périodes d’exposition au regard des différentes phases de développement de l’individu ». D’ailleurs, l’ANSES estime disposer de suffisamment d’éléments scientifiques pour identifier des populations plus sensibles : les nourrissons, les jeunes enfants, les femmes enceintes et allaitantes.

Le bisphénol A présent dans de nombreux secteurs d'activité

« Près d’une soixantaine de secteurs d’activité sont potentiellement utilisateurs de bisphénol A en France », précise l’ANSES. Aéronautique, bâtiment, fabrication des emballages alimentaires… L’Agence liste ainsi de manière non exhaustive les objets dans lesquels la présence de bisphénol A est assurée : câbles, adhésifs, récipients à usage alimentaire, articles de sport, appareils électroménagers, dispositifs et appareils médicaux, encres d’imprimerie…

Les jouets et articles de puériculture contiennent toujours du bisphénol A, alors que sa présence dans les biberons est interdite depuis juin 2011. © thesoftlanding, Flickr CC by nc 2.0
Les jouets et articles de puériculture contiennent toujours du bisphénol A, alors que sa présence dans les biberons est interdite depuis juin 2011. © thesoftlanding, Flickr CC by nc 2.0

« L’exposition par voie orale est prédominante », explique le rapport de l’ANSES. « Pour les populations sensibles, elle est notamment liée à des produits tels que les contenants et les revêtements destinés au contact alimentaire, les jouets ou encore les articles de puériculture ». Si aujourd’hui, l’interdiction pure et simple du bisphénol A n’est pas à l’ordre du jour, l’ANSES a lancé un appel à contributions auprès de la communauté scientifique, pour recueillir toutes les données concernant notamment les produits de substitution disponibles.

Le bisphénol A est une substance chimique de synthèse, utilisée depuis plus de cinquante ans. Ses deux principales utilisations sont la fabrication de plastique du type polycarbonate, et de résines époxydes. Rappelons enfin que depuis le 1er juin 2011, l’utilisation de bisphénol A est interdit dans la fabrication des biberons.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires