Mots-clés |
  • médecine

Alli, la pilule anti-obésité en vente libre mérite un avis médical

Depuis le 6 mai, Alli, la pilule pour perdre du poids, est en vente libre en France et connaît un bon succès commercial. Mais médecins et pharmaciens s'inquiètent de son utilisation incontrôlée et préconisent un suivi médical. Alli n'est pas une « pilule miracle ». Ce médicament s'utilise avec un régime et il existe des contre-indications.

Alli est un médicament et pas une pillule pour perdre quelques kilos avant l'été. © DR

Alli est un médicament et pas une pillule pour perdre quelques kilos avant l'été. © DR

PDF

Le médicament « pour perdre du poids » sans ordonnance commercialisé depuis le 6 mai en France, Alli, est en fait le petit frère à demi-dose du Xénical, connu chez nous depuis 1998 mais disponible uniquement sur prescription médicale. L’un et l’autre renferment le même principe actif, l’orlistat. La différence réside dans le fait que le premier est dosé à 60 mg, contre 120 mg pour le second. Avec Alli, la dose est donc deux fois moins importante… ce qui ne signifie pas qu’il faille être deux fois moins vigilant. Bien au contraire !

En association avec un régime

« Ce traitement ne doit pas être pris n’importe comment ni par n’importe qui », résume Michel Laspougeas du Conseil national de l’Ordre des Pharmaciens. L’orlistat agit dans l’estomac et dans l’intestin grêle. Il bloque environ 25% des graisses ingérées, lesquelles sont ensuite éliminées par le tube digestif. C’est pourquoi, Alli – comme le Xénical – est indiqué en association avec un régime pauvre en graisses. Sinon, gare au risque de diarrhées sévères... et désagréablement grasses.

« Alli n’est pas un produit miracle, poursuit notre interlocuteur. Il ne sera jamais efficace seul. C’est pourquoi, sa prise doit impérativement être associée à un régime pauvre en graisses et à une alimentation riche en fibres. Donc en fruits et en légumes. »

Inutile voire dangereux pour les personnes au poids normal

Ce médicament s’adresse également à des personnes en surpoids, dont l’indice de masse corporelle est supérieur ou égal à 28. « Il est totalement illusoire voire dangereux de croire qu’il peut faire perdre quelques kilos avant l’été à des personnes de poids normal », ajoute Michel Laspougeas. Pour connaître votre IMC, prenez donc votre poids – exprimé en kilos – et divisez-le par le carré de votre taille en mètres. Par exemple, un poids de 65 kg pour 1,65 mètre correspond à un IMC de 65/(1,65 x 1,65) = 23,87, en l'occurrence pile au milieu de la fourchette du poids idéal , qui correspond à IMC compris entre 20 et 25.

Attention aux contre-indications

L’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) recommande aux candidats potentiels de consulter leur médecin « avant de débuter un traitement avec Alli ». Un bilan de santé général lui permettra de proposer une prise en charge globale du surpoids. Cet avis médical est en revanche « nécessaire » chez les diabétiques et les patients traités par amiodarone contre des troubles graves du rythme cardiaque.

Alli est aussi contre-indiqué aux femmes enceintes ou allaitantes et aux moins de 18 ans, deux populations susceptibles d’être fragilisées par des déséquilibres nutritifs. Il peut également limiter l’absorption des vitamines liposolubles (A, D, E, K). Enfin, un dernier point : en cas de diarrhée sévère, l’efficacité des contraceptifs oraux peut aussi être sévèrement réduite…


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires