Mots-clés |
  • zoologie,
  • Aigle
Les rapaces

Les rapaces, grand, ou petit, ils sont tous carnivores et du chat à la sauterelle mangent de tout selon les espèces. Les grands sont mythiques et parés d'auras glorieuses ou funestes et les petits méconnus parce qu'ignorés… Partons à leur découverte

Page 7 / 10 - La reproduction Sommaire
PDF
Claire König Enseignante Sciences Naturelles

1 - L'œuf d'oiseau ou la victoire de la vie terrestre.

Les amphibiens dépendaient encore de l'eau pour leur reproduction. Ce sont les reptiles (puis les oiseaux) et l'oeuf amniotique qui ont permis aux vertébrés de s'affranchir de l'eau de manière complète. L'œuf cléidoïque a permis aux premiers reptiles de s'éloigner des lacs et des cours d'eau.


Oeuf d'oiseau - Reproduction et utilisation interdites

Cet oeuf est caractérisé par deux traits : Il est protégé de l'évaporation et des chocs par une coquille semi-perméable et plus ou moins rigide. La rigidité lui est fournie soit par des protéines fibreuses soit par des minéraux. Il possède des membranes amniotiques délimitant des sacs remplis de liquides qui protègent l'embryon (amnios) fournissant de la nourriture à ce dernier (sacs vitellins) stockant les déchets (allantoïde) et entourant le tout (chorion). L'embryon peut ainsi se développer à l'abri en puisant sa nourriture sur place et en éliminant ses déchets sous forme d'acide urique insoluble dans une enveloppe spéciale qui lui permet de ne pas polluer l'ensemble de l'œuf qui constitue son milieu pendant toute la durée du développement. L'œuf prenant place sur la terre ferme a rendu obligatoire la fécondation interne, le sperme ne pouvant survivre ni se déplacer en dehors d'un milieu humide (pas de protection cellulaire des spermatozoïdes) il doit être déposé directement dans le corps de la femelle.


Embryon de 5 jours - Reproduction et utilisation interdites

2 - La respiration de l'œuf

L'œuf respire grâce à la diffusion de l'air à travers les milliers de pores de la coquille et ceci est valable pour tous les œufs terrestres qu'ils soient d'insectes de reptiles ou d'oiseaux. Les gaz traversent les pores selon le mécanisme passif de la diffusion qui tend à rétablir l'égalité des concentrations entre 2 compartiments. La diffusion se fait grâce à l'énergie cinétique que possèdent les molécules de gaz et l'embryon n'a aucune énergie à fournir.

L'air qui se trouve dans l'œuf contient plus d'eau que l'air extérieur si bien que les pores laissent aussi diffuser vers l'extérieur des molécules d'eau ( plus petites que les molécules de dioxygène) et ce de façon assez importante parce que toute l'énergie consommée par l'embryon l'est sous forme de graisses et pour chaque gramme de graisse consommée le métabolisme produit à peu près la même quantité d'eau métabolique (c'est ce qui donne aux chameaux et dromadaires un avantage dans le désert !). Pour que la proportion relative d'eau de l'œuf soit la même à l'éclosion qu'au départ il faut que ce dernier perde environ 15% de son poids initial sous forme d'eau !


Consommation d'oxygène de l'œuf en fonction du développement de celui-ci - Reproduction et utilisation interdites

Pour l'œuf de poule, le plus étudié, on a les chiffres suivants : au cours des 21 jours d'incubation un œuf de 60 grammes consomme 6 litres d'oxygène, produit et doit éliminer 4,5 litres de gaz carbonique et 11 litres de vapeur d'eau. L'œuf ne pèse plus que 51 grammes au bout de 21 jours et le poussin 39 grammes environ. Les mécanismes de diffusion ne sont pas encore entièrement élucidés mais on sait déjà que les pores sont les seuls endroits d'échanges. Ils sont cylindriques et quelquefois recouverts de sécrétions. L'œuf de poule toujours contient environ 10000 pores et le nombre et la forme en sont réglés par la glande coquillière avant la ponte et sont caractéristiques des différentes espèces. En effet ce réglage doit être précis et optimal, l'embryon ne pouvant pas intervenir lui-même. La consommation d'oxygène augmente lentement au cours de la première partie du développement puis augmente assez brusquement, et vers la fin de l'incubation le poussin doit percer les enveloppes pour avoir assez d'air pour ventiler ses poumons restés inactifs jusque là. Quand le poussin sort de l'œuf ses poumons doivent fonctionner complètement. La surface totale des pores de la coquille est multipliée par 18 quand le poids de l'œuf est multiplié par 10 et la conductance de la coquille pour l'oxygène est multipliée, elle, par 6,5 (voir graphique) mais la différence de pression partielle d'oxygène entre la chambre à air et l'atmosphère est pratiquement la même pour tous les œufs soit environ 45 torr en moyenne. De même la perte en eau reste constante à 15% pour une majorité d'espèces.

3 - La coquille de l'œuf

Elle est constituée de calcite une des formes (hexagonale) du carbonate de calcium. Il semble que le dépôt à la surface de la membrane se fasse par croissance cristalline plutôt que par précipitation d'une solution sursaturée. Il y a un excès de calcium total chez les femelles 20-30mg/l de sang contre 10% normalement sous forme de calcium lié à une protéine la phosvitine. La concentration sanguine de calcium ionique libre est la même chez les femelles que chez les mâles. Pour les ions carbonate c'est une enzyme, l'anhydrase carbonique, présente à de fortes concentrations dans la paroi de l'utérus qui opère nécessairement. On a montré que si cette enzyme n'existe pas ou est inhibée il ne se forme pas de coquille.


Calcification de la coquille - Reproduction et utilisation interdites

40% du poids de la coquille est constitué de calcium soit environ 2g sur 5g chez la poule. Le processus de calcification dure environ 16 heures ce qui signifie que le calcium est déposé à un taux moyen de 125 mg/h chez la poule toujours mais on ne doit pas s'éloigner énormément de ces chiffres chez les autres oiseaux, toutes proportions gardées. Ce calcium, utilisé en quantités très importantes par rapport au métabolisme de la femelle provient de l'os médullaire c'est à dire que la moelle osseuse est secondairement calcifiée chez les oiseaux. On peut prouver ceci avec du Ca marqué.

4 - La reproduction des rapaces

Le rythme annuel culmine avec l'élevage des jeunes. Le début du cycle de reproduction est donc déterminé par la longueur de celui-ci l'époque la plus favorable au nourrissage des jeunes.

Le Gypaète et le Vautour fauve commencent à nicher en hiver pour que le petit soit apte au vol en été ; la Bondrée ajuste sa ponte tardive au développement du couvain des guêpes; le Faucon d'Éléonore, cas extrême, attend juillet pour nicher puisqu'il nourrit ses jeunes avec les oiseaux migrateurs d'automne. De toute façon, la longueur du cycle ne permet qu'une seule nidification annuelle.


Nid d'aigle - Reproduction et utilisation interdites

Un certain nombre de rapaces maintiennent et défendent un territoire mais il y a tolérance quant au secteur de chasse ce qui permet son exploitation commune, et la concentration des nicheurs en des points. Chez des espèces sociables, on assiste à la formation de colonies, Vautours fauves, Milans noirs, Faucons kobez et crécerellettes. Le nid, lui, est toujours défendu.


Nid de gypaète - Reproduction et utilisation interdites

Les rapaces sont monogames. Des parades nuptiales précèdent souvent l'accouplement. Hormis les Faucons, ce sont des bâtisseurs de plus ou moins grandes aires de branchages aplaties, les Busards nichent à terre. Les œufs sont peu nombreux et la ponte varie si la nourriture est sujette à fluctuations. L'incubation est longue, un mois chez les espèces moyenne. La femelle s'occupe du nid, se réserve presque toute l'incubation et les soins de l'élevage, le mâle est plutôt pourvoyeur.


Poussins de Pygargue - Reproduction et utilisation interdites

Les petits, nidicoles restent « prisonniers » tant que le développement (tardif - 4 semaines à 4 mois selon les espèces…) des pennes nécessaires au vol n'est pas suffisant, mais ils naissent avec les yeux ouverts et revêtus de duvet. Même après l'envol ils restent dépendants des parents. Les femelles d'Epervier peuvent se reproduire à l'âge d'un an mais les grands rapaces sont immatures jusqu'à 4 à 6 ans et comme ils n'ont qu'un seul petit par année leurs effectifs n'augmentent que très lentement mais une longévité remarquable ( 25 ans…) compense ce défaut.


Poussins de chouette - Reproduction et utilisation interdites

Les rapaces - 8 Photos

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires