Mots-clés |
  • zoologie,
  • singe,
  • tigre,
  • crocodile,
  • Nature
Portraits Nature : quand l'Homme et l'animal se rencontrent

Vous aussi, vous vous demandez ce qu'est la biodiversité et ce qu'elle englobe ? Ce dossier est fait pour vous. Vous découvrirez ici la biodiversité sous différents angles, différents pays, différentes causes. Venez à la rencontre des hommes et des femmes qui ont dédié leur vie à leur passion : la protection d'une espèce animale malmenée par les activités humaines. 

Page 2 / 13 - Aurélien Brulé : sa vie au service de la protection de la biodiversité Sommaire
PDF

Aurélien Brulé est l’un de ces passionnés touchés depuis l’enfance par un amour auquel ils ont dédié leur vie. Fasciné par les primates, il se consacre aux gibbons et part à Bornéo. Il y crée Kalaweit, une association visant à les protéger.

« Si l’Homme apprend un jour à aimer la vie, toute la vie, Kalaweit n’aura plus à lutter. »

Gibbon à mains blanches. Aurélien brulé, surnommé Chanee, consacre sa vie à la sauvegarde des gibbons. Il est par ailleurs l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Le gibbon à mains blanches, destiné à améliorer les conditions de vie des individus vivant en captivité. © Aurélien Brulé Kalaweit
Gibbon à mains blanches. Aurélien brulé, surnommé Chanee, consacre sa vie à la sauvegarde des gibbons. Il est par ailleurs l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Le gibbon à mains blanches, destiné à améliorer les conditions de vie des individus vivant en captivité. © Aurélien Brulé Kalaweit

Au Kalimantan, partie indonésienne de Bornéo, on l’appelle Chanee (gibbon en langue thaï). Installé là-bas depuis une dizaine d’années, le Français Aurélien Brulé se bat pour sauver les grands singes, et plus particulièrement les gibbons, d’une disparition programmée.

Né le 2 juillet 1979 à Fayence (Var), Aurélien Brulé est, dès son enfance, passionné par les animaux, en particulier les primates. À 12 ans, il fait la rencontre du primatologue Jean-Yves Collet, qui le conforte dans sa vocation de devenir lui-même primatologue. Il contacte ensuite le directeur du parc zoologique de Fréjus qui lui permet, cinq années durant, d’observer les gibbons à mains blanches.

Gibbon à mains blanches (Hylobates lar) sur une branche. © Matthias Kabel, cc by 2.5
Gibbon à mains blanches (Hylobates lar) sur une branche. © Matthias Kabel, cc by 2.5

Cette persévérance le conduit à rejoindre en 1995 la Société française de primatologie et de publier un an plus tard « Le Gibbon à mains blanches », ouvrage destiné à améliorer les conditions de vie des gibbons en captivité. Son contenu impressionne les primatologues. Bien qu’engagé dans un cursus de psychologie-éthologie à la faculté de Strasbourg, Aurélien Brulé aspire davantage aux grands espaces et à l’observation de terrain. Il décide donc de privilégier la conservation à la recherche.

Il réside trois mois dans les parcs nationaux de Thaïlande pour observer les gibbons dans leur milieu naturel, puis une rencontre lui permet de poursuivre matériellement ses aspirations et de construire son histoire. Muriel Robin, admiratrice de sa détermination et de son engagement, décide de financer son voyage, avant de suivre son combat plusieurs années durant. Il part alors en Indonésie afin de créer un projet de protection pour les gibbons de Bornéo, où il n’existe pas de trace comptable de la tragédie que subissent la faune et la flore tropicale. Ours des cocotiers, panthères, civettes, calaos, varans et surtout les primates, macaques, nasiques, gibbons et orangs-outans, l’homme de la forêt en malais, le riche bestiaire de l’une des jungles les plus luxuriantes de la planète, s’éteint inexorablement avec elle.

Portraits Nature : quand l'Homme et l'animal se rencontrent - 2 Photos

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires