Mots-clés |
  • zoologie,
  • araignée
Les Mygales

Peut-être aimez-vous particulièrement les araignées ? Ou en avez-vous farouchement peur ? Que pensez-vous des mygales, ces créatures velues aux 4 paires de pattes et aux 8 yeux… ?
Comme pour beaucoup d'espèces vivantes, si nous avons parfois peur des araignées, la raison est simple : nous les connaissons mal.
Ce dossier réalisé par Damien Kunegel a pour but de réhabiliter les araignées, de mieux les connaître et de les démystifier. Les araignées, et en particulier les mygales, font parti de notre environnement et sans elles, bien des déséquilibres pourraient venir troubler notre paisible quotidien…

Page 4 / 5 - Morphologie et anatomie Sommaire
PDF

Présenter ici une liste interminable de noms scientifiques barbares ne serait d'aucune utilité. Cette rubrique ne se veut pas exhaustive, mais a simplement pour vocation de donner un aperçu clair et concis des principaux organes et de leur localisation chez une araignée.

Le corps des mygales est composé de 2 grandes parties : un céphalothorax, et un abdomen.

3.1. LE CEPHALOTHORAX

Le céphalothorax regroupe la tête et le thorax qui se trouvent fusionnés, d'où son nom ("CEPHALO-THORAX"), contrairement à ce qu'on trouve chez les insectes comme les guêpes et les abeilles par exemple, où la tête et le thorax sont bien individualisés. Le céphalothorax porte 4 paires de pattes locomotrices, 2 pédipalpes, et les organes comprenant les crochets venimeux, appelés chélicères.

Chaque chélicère comprend 2 parties : l'une massive appelée article basal, contenant la glande à venin, et l'autre consistant en un crochet articulé, par lequel sera éjecté le venin, sur le même principe que la seringue :

Les pédipalpes quant à eux n'interviennent pas directement dans la locomotion, en revanche ils possèdent un rôle tactile important, permettant entre autre la reconnaissance des obstacles rencontrés lors du déplacement.

La majorité des araignées ont 8 yeux, et les mygales ne dérogent pas à la règle. Leur disposition permet de distinguer les différentes familles d'aranéides entre elles. Ces yeux sont situés généralement dans une région occulaire sur la face antéro-dorsale du céphalothorax. Cependant, ils ne permettent pas d'obtenir une vision très performante et la majorité des araignées ont une vue médiocre.
La bouche, enfin, se situe sur la face ventrale du céphalothorax. Elle est masquée la plupart du temps par des poils denses, et par les crochets venimeux repliés.

3.2. L'ABDOMEN

On retrouve dans l'abdomen de l'araignée les organes vitaux tel que le coeur, qui fait circuler le sang incolore appelé HEMOLYMPHE. Il y a également les poumons et les trachées, qui participent à la respiration.

AVERTISSEMENT AUX LECTEURS : le schéma de l'anatomie interne présenté plus haut montre les détails anatomiques communs chez toute araignée femelle normalement constituée. En revanche, quelques différences spécifiques caractérisent l'anatomie d'une mygale, qu'il est important de signaler :
- Tout d'abord chez les mygales, les 2 crochets venimeux sont parallèles entre eux et s'articulent dans un plan vertical, lui-même parallèle à l'axe du corps. En fait, les crochets s'enfoncent dans une proie à la manière des crochets des reptiles tels que les serpents. Ce détail mérite d'être souligné car il prouve que les mygales sont des araignées primitives sur le plan évolutif, comparées aux autres groupes d'aranéides. Pour ces dernières, les crochets venimeux se trouvent en opposition l'un à l'autre et s'articulent en "tenailles", dans un plan perpendiculaire à l'axe du corps.
- Autre particularité propre aux mygales, la présence d'organes bien développés et très visibles à l'oeil nu : les FILIERES, qui participent au tissage de la soie. Les filières existent chez toutes les araignées, mais sont plus développées chez les mygales (filières postérieures). Chez les espèces d'araignées beaucoup plus primitives, on retrouve ces organes au milieu de la face ventrale de l'abdomen, et on pense que les filières ont migré justement vers une position plus terminale de l'abdomen au cours de l'évolution.
- A noter que chez la femelle, on trouve des ovaires qui n'existent évidemment pas chez le mâle. En revanche, ce dernier possédera des organes copulateurs situés sur les pédipales, ce qui permet une reconnaissance du sexe de l'individu mature (adulte) par simple observation.
- Enfin, bon nombre d'araignées possèdent 2 types d'appendices participant à la respiration : les poumons et les trachées. Sachez que chez les mygales, seuls subsistent les poumons.

Pour les plus curieux, voici la morphologie détaillée d'une mygale, et le vocabulaire qui l'accompagne :

Dessins de Malik, extrait du « Guide des mygales » (Pierre Turbang, éd. Delachaux et Niestlé 1998)
Dessins de Malik, extrait du « Guide des mygales » (Pierre Turbang, éd. Delachaux et Niestlé 1998)

Les Mygales - 6 Photos

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires