Mots-clés |
  • zoologie,
  • Australie
La mouche présente dans le monde depuis 250 MA

Bzzz, les Diptères nous agacent souvent, ils sont cependant nécessaire à la vie et ont une place dans l'écosystème : ils sont irremplaçables tout simplement !

Page 3 / 8 - Anatomie Sommaire
PDF
Claire König Enseignante Sciences Naturelles

1 - L'anatomie des mouches

Un grand merci à Mr Louis de Vos qui a autorisé Futura-Sciences à publier ses photos exceptionnelles de MEB pour que cet exposé soit clair et bien illustré !

Dans la classe des Insectes le corps, composé d'anneaux, est divisé en trois segments : tête, thorax et abdomen; les membres sont toujours au nombre de six, avec une ou deux paires d'ailes ; les insectes possèdent l'équivalent d'un squelette extérieur (exosquelette) qui se compose d'anneaux plus ou moins réguliers et complets, réunis de manière plus ou moins solide. Ce tégument conserve une certaine flexibilité aux articulations, mais il présente une dureté considérable. Les insectes respirent au moyen de trachées et disposent d'un système vasculaire rudimentaire.

Pour les mouches, détails supplémentaires, mais particuliers à chaque groupe d'insectes, on a, sur la tête, 2 yeux composés, 3 ocelles ou yeux simples, 1 paire d'antennes et des pièces buccales de type suçeur ou piqueur, 1 paire d'ailes et une paire de balanciers sur le thorax ; les anneaux de l'abdomen ne portent pas, en général, d'appendices.

Morphologie latéral01: 3 segments du thorax  - 02 : tête -  03 : œil composé  -  04 : antenne  -  05 : pièces buccales -  06 : palpe -  07 : lèvre supérieure  -  08 : lèvre inférieure -  09 : patte - 10 :  trochanter -  11 : fémur  - 12  : tibia  -  13 :  tarses -  14 :  griffe -  15 : pelote adhésive - 16 :  tube de ponte -  17 : abdomen -  18 : balancier  - 19 : cuilleron -  20  : aile membraneuseReproduction et utilisation interdites
Morphologie latéral
01: 3 segments du thorax - 02 : tête - 03 : œil composé - 04 : antenne - 05 : pièces buccales - 06 : palpe - 07 : lèvre supérieure - 08 : lèvre inférieure - 09 : patte - 10 : trochanter - 11 : fémur - 12 : tibia - 13 : tarses - 14 : griffe - 15 : pelote adhésive - 16 : tube de ponte - 17 : abdomen - 18 : balancier - 19 : cuilleron - 20 : aile membraneuse
Reproduction et utilisation interdites

2 - Le système tégumentaire

De consistance cornée, les diverses parties sont unies entre elles par des membranes flexibles leur permettant une mobilité relative. Il faut donc considérer ce revêtement comme un squelette cutané externe; il est formé par un hypoderme, et une cuticule externe rigide incrustée de chitine, substance chimique résistante, dure et imperméable. A cette chitine, viennent s'ajouter des pigments qui donnent aux téguments leur couleur.

Les poils articulés dans des fossettes entrent plus ou moins profondément dans l'épaisseur de l'hypoderme. L'attache des muscles puissants qui mettent en action les membres et les ailes, nécessite des points d'appui résistants : des saillies intérieures de ce squelette cutané se présentent alors dans le corps.

3 - Le thorax

Il est toujours subdivisé en trois segments. Chacune porte une paire de pattes et, chez les mouches la deuxième, une paire d'ailes membraneuses et la troisième une paire de balanciers destinés à stabiliser le vol de l'insecte.

Le degré de mobilité que présentent les trois anneaux du thorax par rapport les uns aux autres est assez variable mais le premier segment jouit de l'indépendance la plus grande.

4 - L'abdomen

Il est la troisième division du corps des insectes, et ordinairement la plus volumineuse, car le thorax ne contenant en somme que les muscles locomoteurs, c'est dans l'abdomen que se trouvent tous les viscères. Cet abdomen a une forme allongée plus ou moins cylindrique, et est formé d'anneaux.

5 - La tête.

Antennes de mouche© L. deVosReproduction et utilisation interdites
Antennes de mouche
© L. deVos
Reproduction et utilisation interdites

Les organes des sens (yeux) sont traités plus loin… Les antennes, toujours au nombre d'une paire, sont des appendices articulés dont le nombre d'articles est variable. Le plus souvent, l'insecte les porte étendues horizontalement devant lui pour reconnaître le terrain ou palper les objets qui se trouvent sur sa route, mais ce n'est justement pas le cas des mouches chez qui les antennes sont relativement courtes et repliées sur l'avant de la tête.

Diptère - Tête de face MEB© L. deVosReproduction et utilisation interdites
Diptère - Tête de face MEB
© L. deVos
Reproduction et utilisation interdites

Les pièces buccales sont formées du labre, ou lèvre supérieure articulée au crâne. En dessous viennent les mandibules puis les mâchoires qui dirigent les aliments liquides vers le pharynx. Sous les mâchoires vient la lèvre inférieure qui s'articule à la partie inférieure de la tête. La structure de la lèvre inférieure, qui porte des palpes labiaux, est très compliquée dans certains groupes.

Tête de profilReproduction et utilisation interdites
Tête de profil
Reproduction et utilisation interdites

Mais chez les insectes suceurs comme la mouche, la bouche présente des modifications tellement profondes par rapport au schéma général, qu'il faut un examen attentif pour retrouver les éléments constitutifs de ses diverses parties : le tout forme une trompe. La mouche a une préférence pour les aliments liquides car elle ne mastique pas. Elle aspire le liquide avec une trompe rétractile (le labium) qu'elle déploie de sa tête. Si un aliment est trop compact, elle le dilue en régurgitant sur lui des substances sécrétées par son intestin contenant des enzymes. Elle suce ensuite le liquide digéré. En régurgitant fréquemment une partie de son repas précédent, elle transmet des microbes pathogènes à nos aliments.

Tête de face1-ocelle, 2-œil composé, 3-antenne, 4-6-9-10-11 pièces buccales formant la trompe dont on voit la coupe à droite du schéma.Reproduction et utilisation interdites
Tête de face
1-ocelle, 2-œil composé, 3-antenne, 4-6-9-10-11 pièces buccales formant la trompe dont on voit la coupe à droite du schéma.
Reproduction et utilisation interdites

Chez le moustique, on retrouve les éléments constitutifs précédemment décrits, mais modifiés pour former une structure rigide capable de percer un épiderme : la lèvre supérieure est allongée en stylet; la lèvre inférieure disposée en trompe; les palpes labiaux très courts; les mandibules, et les mâchoires, toutes allongées en minces filets.

6 - Les pattes.

Chaque patte est composée, quel que soit le type d'insectes, des mêmes parties. La hanche s'articule sur le thorax.

Mouche patte, extrémité. Reproduction et utilisation interdites
Mouche patte, extrémité.
Reproduction et utilisation interdites

A la hanche s'attache un article de forme très variable, parfois formé de deux divisions, que l'on nomme trochanter.

Mouche patte, extrémité, 1MEB© L.deVosReproduction et utilisation interdites
Mouche patte, extrémité, 1MEB
© L.deVos
Reproduction et utilisation interdites

La troisième partie de la patte, toujours allongée, robuste, est le fémur. A lui s'articule le tibia dont les bords peuvent être armés d'épines. La dernière division de la patte est appelée tarse, composée de plusieurs articles dont le dernier porte des griffes et chez la mouche des pelotes adhésives qui lui permettent de marcher sur les surfaces très lisses et au plafond…

Mouche patte, extrémité, 2MEB© L.deVosReproduction et utilisation interdites
Mouche patte, extrémité, 2MEB
© L.deVos
Reproduction et utilisation interdites

7 - Les ailes.

Ces organes sont de larges palettes membraneuses, ordinairement transparentes chez la mouche, formées de deux cuticules maintenues par des nervures solides, de nature chitineuse, et dont les ramifications se répartissent d'une façon invariablement régulière suivant les groupes.

Mouche, aile, détail et légende©  http://aramel.free.frTous droits réservés
Mouche, aile, détail et légende
© http://aramel.free.fr
Tous droits réservés

Diptère balancier, MEB©  L.deVosReproduction et utilisation interdites
Diptère balancier, MEB
© L.deVos
Reproduction et utilisation interdites

Chez les mouches les balanciers, remplacent la deuxième paire d'ailes et servent de contrepoids, stabilisateurs du vol, ils permettent ainsi des manœuvres extraordinaires en vol. En vol, les ailes peuvent battre 200 fois par seconde chez la mouche, et chez le moustique jusqu'à 800 à 1000. Elles volent en moyenne à 8 km/h. Elles disposent d'une maniabilité surprenante en vol.

8 - Le système musculaire

Les muscles sont répartis par faisceaux de fibres enveloppées d'un sarcolemme ; les faisceaux de fibres musculaires groupés côte à côte s'insèrent directement aux téguments ou aux proéminences chitineuses; chez les adultes, les muscles sont moins nombreux et sont mieux délimités que chez les larves. Ces muscles sont surtout logés dans le thorax; les plus puissants pour les ailes et les pattes. La force musculaire des insectes est considérable :les fourmis qui tirent d'énormes proies par exemple. Mais pour le vol l'effort n'atteint pas un tel niveau, l'insecte ne pouvant lever un poids supérieur à son corps.

9 - L'appareil digestif. Le système glandulaire

L'appareil digestif des insectes ne présente pas de différences essentielles suivant les groupes quant au nombre et à la disposition des parties; la longueur du tube varie : chez les carnivores il est court, tandis que chez les phytophages il égale plusieurs fois la longueur du corps. Bouche, pharynx, œsophage assez court, jabot vaste, avec le rôle d'un premier estomac, se succèdent ; vient ensuite un gésier auquel fait suite l'intestin grêle qui se continue en un gros intestin terminé par un rectum débouchant à l'anus

Les glandes annexes sont les glandes salivaires; ce sont elles qui fournissent aux moustiques les secrétions anticoagulantes. Viennent ensuite les glandes du tube digestif proprement dit. Il existe d'autres glandes destinées à divers usages : la soie, la cire, le venin… Mais, en principe, pas chez les mouches.

10 - L'appareil circulatoire

Les sucs élaborés dans le dernier estomac traversent ses parois, passent dans la cavité générale remplie de la lymphe, car l'appareil circulatoire n'est pas clos.

L'appareil circulatoire est composé d'un vaisseau dorsal qui fait fonction de cœur, fixé à la paroi supérieure du corps. Ce vaisseau est pulsatile.
Le sang des insectes est vaguement coloré à cause du plasma lui-même; les globules du sang des insectes sont sans couleur.

11 - L'appareil respiratoire

Il est formé de trachées, tubes fins enveloppant tous les organes se dilatant en sacs aériens chez les insectes qui volent, et débouchant au dehors par des ouvertures latérales nommées stigmates. Chacun de ces stigmates est un orifice arrondi muni d'un opercule et de soies qui empêchent l'introduction des corps étrangers. Les stigmates s'ouvrent sur les côtés du thorax et de l'abdomen. Grâce à une cuticule solide, la trachée demeure béante et ces tubes sont pleins d'air, et l'animal respire par des mouvements rythmiques des anneaux de l'abdomen.

12 - Le système nerveux. Les organes des sens

Le système nerveux des insectes se compose d'une double chaîne ganglionnaire ventrale occupant toute la longueur du corps. Elle part du ganglion céphalique et forme un collier oesophagien.

Un des sens les plus développés chez les insectes est assurément la vue. Leurs yeux sont de deux sortes, simples ou composés. Les yeux simples, appelés ocelles, possèdent une rétine, un corps vitré, une couche pigmentaire et une sclérotique.

Ocelle, MEB©  L.deVosReproduction et utilisation interdites
Ocelle, MEB
© L.deVos
Reproduction et utilisation interdites

Les mouches en ont en principe 3 disposés en triangle sur le dessus de la tête. Les yeux composés forment de chaque côté du crâne une saillie arrondie subdivisée en une foule de petites cornées, chaque filament nerveux possède une mini-rétine formée de sept cellules nerveuses unies en un bâtonnet axial. Chacun des multiples petits yeux possède en outre son corps vitré, son cristallin et son propre liquide.

Les antennes comptent, après les yeux, comme les organes des sens les plus importants. La fonction de ces appendices, tactile, se rapporte sans doute aussi à l'odorat. Le sens de l'ouïe est développé, sans qu'on connaisse son siège, mais les insectes produisent des sons…

13 - Les organes reproducteurs et dimorphisme sexuel

La reproduction des insectes est, dans la règle, toujours sexuée. Les sexes sont toujours séparés; l'hermaphrodisme est l'exception, de même que la parthénogenèse. Les organes d'accouplement sont situés à l'extrémité de l'abdomen. Les insectes sont ovipares. L'appareil génital mâle comporte des testicules, des canaux déférents, un canal éjaculateur et un pénis qui introduit les spermatophores dans le corps de la femelle.

Calliphora vicina, mouche à viande femelle©  C. KönigReproduction et utilisation interdites
Calliphora vicina, mouche à viande femelle
© C. König
Reproduction et utilisation interdites

Chacun de ces spermatophores est une petite masse d'éléments spermatiques enrobée dans de la sécrétion. L'appareil femelle comporte les ovaires avec leurs trompes, un oviducte avec son vagin et les pièces génitales externes. Les oeufs, nés dans les ovaires sont disposés en chapelets. Quand la femelle a été fécondée, ces oeufs, avant de quitter le vagin, reçoivent la sécrétion de glandes sébacées qui les rend collants et les aide à demeurer fixés aux corps étrangers. Les femelles ne prennent pas soin des petits, car elles meurent ordinairement après la ponte mais elles assurent à ceux-ci un abri, et une situation en rapport avec le genre de vie de la larve en particulier pour l'approvisionnement en nourriture.

Calliphora vicina, mouche à viande, mâle©  C. KönigReproduction et utilisation interdites
Calliphora vicina, mouche à viande, mâle
© C. König
Reproduction et utilisation interdites

Un signe facile à voir : la distance entre les yeux composés

Les mâles meurent quelques jours après l'accouplement, les femelles après la ponte, mais bien des insectes vivent plusieurs années. De manière générale, ceux qui ont eu la vie la plus longue à l'état de larve vivent moins longtemps à l'état d'imago.

Les différences sexuelles extérieures sont assez nettes, les sexes manifestant un dimorphisme plus ou moins prononcé. Les femelles sont souvent plus volumineuses que les mâles et ont l'abdomen plus développé.

La mouche présente dans le monde depuis 250 MA - 13 Photos

A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires