Mots-clés |
  • zoologie

Macareux moine

PDF

Macareux moine (Linnaeus 1758) - Fratercula arctica

  • Ordre : Charadriiformes
  • Famille : Alcidae
  • Genre : Fratercula
  • Taille : 0,25 à 0,30 mètre (envergure 0,45 à 0,60 mètre)
  • Poids : 300 à 550 grammes
  • Longévité : 20 à 25 ans

Statut de conservation UICN : LC préoccupation mineure

Description du macareux moine

Également appelé perroquet de mer ou clown de mer, le macareux moine est reconnaissable aux couleurs vives et à la forme carénée de son bec. L’oiseau à la forme ronde et trapue a un port droit. La nuque, le cou, la raie sommitale, le dos et les ailes sont noirs. La zone ventrale, les joues, la partie supérieure de l’œil et les lores sont blancs. L’œil cerclé de rouge est prolongé par un fin sourcil noir et les pattes palmées sont de teinte orangée. Mais la partie la plus remarquable est le bec volumineux dont la forme est vaguement triangulaire. À mi-longueur, une ligne jaune sépare sa base bleu foncé, de la pointe rouge, elles-mêmes striées de bandes blanches. C'est ce nez rouge qui le fait ressembler à un clown. 

Macareux moine. © Matthias Meckel, CC-by-2.5
Macareux moine. © Matthias Meckel, CC-by-2.5

Habitat du macareux moine

Le macareux moine ne se trouve qu’en Atlantique nord, depuis les États-Unis et le Canada, jusqu’en Grande Bretagne et en Scandinavie, en passant par l’Islande où se localisent les plus grandes colonies. Il est présent mais rare en France. C’est un oiseau pélagique qui passe le plus clair de son temps en haute mer, mais qui nidifie dans des terriers creusés dans des zones herbeuses.

Habitat type du macareux. © Chris 73, GNU FDL Version 1.3
Habitat type du macareux. © Chris 73, GNU FDL Version 1.3

Comportement du macareux moine

L'oiseau est d'un naturel sociable et grégaire lors de la période de nidification et vit en colonies parfois denses. Ses déplacements sur la terre ferme sont assez malhabiles et parfois comiques, et il vole assez mal. Ses ailes très courtes n'assurent pas une bonne portance et il est contraint à des battements très rapides qui permettent de le reconnaître assez aisément. Par contre c'est un nageur émérite capable de longues apnées. La couche de graisse sous-cutanée le protège du froid et lui permet de pêcher à plus de quinze mètres sous la surface. Ses déplacements sous l'eau sont fulgurants comme ceux des manchots. Il se sert de ses ailes pour progresser et de ses pattes et de sa queue pour se diriger. Il gobe ses proies tout en nageant sauf lorsqu'il élève son poussin. Lorsqu'il part en chasse, il conserve ses proies au fur et à mesure de ses captures dans son bec, coincées entre la mandibule supérieure et la langue pour les rapporter au nid. Il arrive alors fréquemment qu'il soit poursuivi par d'autres oiseaux de mer qui tentent de lui chaparder sa nourriture. Le macareux les évince alors en plongeant sous l'eau. Ses vocalisations sont assez limitées et se résument à des sons étouffés et discordants.

Pour décoller, le macareux court sur l'eau. © Jörg Hempel, CC-by-SA 2.0
Pour décoller, le macareux court sur l'eau. © Jörg Hempel, CC-by-SA 2.0

Reproduction du macareux moine

À la saison de reproduction qui a lieu au printemps et en été, le bec du macareux moine se pare de couleurs plus vives qu'a l'accoutumée pour attirer une partenaire. L'oiseau creuse des terriers en zone herbeuse dont la profondeur peut atteindre plus d'un mètre et y dépose un œuf unique dans un nid tapissé d'herbes, de plumes et d'algues sèches. L'incubation est assurée à tour de rôle par les deux parents pendant une quarantaine de jours. Lorsque le poussin a éclos il est nourrit pendant une période identique avec les poissons ramenés par les adultes. Ces derniers délaissent alors le petit et retournent en mer. Le poussin jeûnera une semaine avant de s'élancer dans l'eau depuis la falaise, où il se nourrira en flottant pendant environ sept semaines, avant de pouvoir enfin s'envoler. Les jeunes atteignent leur maturité sexuelle vers cinq ou six ans, époque de la première nidification. 

Échange de point de vue... © Steve Deger, CC-by-2.0
Échange de point de vue... © Steve Deger, CC-by-2.0

Régime alimentaire du macareux moine

Le macareux moine se nourrit essentiellement de petits poissons tels que les lançons, mais il mange également des mollusques et des crustacés. Il recherche ses proies sous l'eau en nageant.

Retour de pêche. © Erik Christensen, CC-by-SA 3.0
Retour de pêche. © Erik Christensen, CC-by-SA 3.0

Menaces sur le macareux moine

Les populations mondiales de macareux moines comptent entre cinq et sept millions d'individus et leur statut de conservation n'est pas préoccupant, à l'exception de la colonie bretonne en France qui ne compte plus que 240 à 280 couples en diminution constante. L'oiseau est particulièrement sensible aux marées noires (échouages, dégazages...) et aux filets maillants dans lesquels il est régulièrement pris. À plus ou moins long terme, sa survie deviendra problématique du fait de la raréfaction des ressources halieutiques à cause de la surpêche.

Photo d'un macareux moine. © Mark Medcalf, CC-by-2.0 Photo d'un macareux moine. © Mark Medcalf, CC-by-2.0

Macareux moine - 6 Photos


connexes

Vos réactions

Chargement des commentaires