Mots-clés |
  • zoologie,
  • océanographie,
  • GPS,
  • océan Pacifique

Comment le saumon trouve-t-il son chemin pour retourner où il a éclos ?

Un saumon rouge peut parcourir plus de 6.000 km dans l’océan Pacifique avant de retrouver la rivière dans laquelle il a éclos pour pondre à son tour. Comment retrouve-t-il son chemin ? Sensible au champ magnétique terrestre, il est capable de mémoriser la localisation de l’embouchure de la rivière. Explications sur ce GPS naturel.

Des dizaines de millions de saumons rouges du Pacifique convergent du Canada vers le fleuve Fraser, en Colombie-Britannique. Pendant quelques semaines, à l’automne, ils y envahissent les cours d’eau et les rivières petites et grandes grouillent de poissons. Ces saumons rouges peuvent parcourir plus de 6.000 km dans le Pacifique avant de remonter leur rivière d'origine. Ils retrouvent leur chemin parce qu'ils ont mémorisé l'intensité du champ magnétique de leur lieu d'éclosion. © Andrew S. Wright, WWF Canada Des dizaines de millions de saumons rouges du Pacifique convergent du Canada vers le fleuve Fraser, en Colombie-Britannique. Pendant quelques semaines, à l’automne, ils y envahissent les cours d’eau et les rivières petites et grandes grouillent de poissons. Ces saumons rouges peuvent parcourir plus de 6.000 km dans le Pacifique avant de remonter leur rivière d'origine. Ils retrouvent leur chemin parce qu'ils ont mémorisé l'intensité du champ magnétique de leur lieu d'éclosion. © Andrew S. Wright, WWF Canada

Comment le saumon trouve-t-il son chemin pour retourner où il a éclos ? - 2 Photos

PDF

Le saumon rouge (Oncorhynchus nerka) possède une boussole intégrée. Comme tous les saumons du Pacifique, il éclot dans les lits de rivière des côtes nord-américaines, passe trois ans en eau douce puis migre vers l’océan. Une fois dans le Pacifique, il peut se déplacer sur plus de 6.000 km. Le saumon né à proximité de Vancouver, en Colombie-Britannique (Canada), passe une grande partie de sa vie entre l'Alaska et les îles Aléoutiennes, au sud du détroit de Béring. Pourtant, quelques années plus tard, il saura retrouver sa rivière natale pour s'y reproduire à l’endroit même où il est né.

Sa capacité à retrouver sa rivière d’origine suggère que le saumon est capable de garder en mémoire le lieu de sa naissance. Mais comment le retrouve-t-il ? Dans une nouvelle étude, parue dans la revue Current Biology, des biologistes suggèrent que les saumons retrouvent leur chemin grâce à la signature magnétique de leur rivière natale. Ils seraient capables d’imprimer l’intensité du champ magnétique de leur rivière d’origine et de la retrouver plus tard.

Le saumon rouge (Oncorhynchus nerka) vit principalement dans le nord du Pacifique. Lorsque ces poissons vivent dans l'océan, leur couleur vire au bleu argenté. C'est seulement durant la saison de reproduction que les mâles et les femelles ont arborent une livrée rouge ornée d'une tête verte. © Dr. Tom Quinn, University of Washington
Le saumon rouge (Oncorhynchus nerka) vit principalement dans le nord du Pacifique. Lorsque ces poissons vivent dans l'océan, leur couleur vire au bleu argenté. C'est seulement durant la saison de reproduction que les mâles et les femelles ont arborent une livrée rouge ornée d'une tête verte. © Dr. Tom Quinn, University of Washington

L’équipe de recherche américaine s’est basée sur plus de 56 ans de données pour identifier les trajets que les saumons ont parcourus depuis leur position la plus septentrionale jusqu’à leur rivière d’origine. Dans leur étude, il s’agit de saumons qui migrent de l’Alaska vers le Fraser, grand fleuve de Colombie-Britannique qui se jette dans le Pacifique à Vancouver. Ces données ont été comparées à l’intensité du magnétisme de la Terre à des endroits charnières de la route des saumons.

Le saumon rouge a un sixième sens

En face du Fraser se trouve la grande île de Vancouver, compliquant le voyage des saumons qui viennent du Pacifique et cherchent l’embouchure de la rivière. Pour eux, deux options : ils la contournent soit par le nord, soit par le sud. Les 56 années de données suggèrent que l’intensité du champ magnétique gouverne le choix des poissons. En fin de compte, ils choisiront le chemin dont la signature magnétique se rapproche le plus de ce qu’elle était lors de leur migration de la rivière vers l’océan.

Ces résultats suggèrent que les saumons ont la capacité de mémoriser l’intensité du champ de leur lieu d’éclosion. Des années plus tard, ils sont capables de s’orienter en recherchant le trajet le plus proche de cette signature. Il est bien connu que certains animaux utilisent leur magnétosensibilité pour s’orienter, les oiseaux migrateurs par exemple. Ils voyagent souvent en suivant l’axe nord-sud et utilisent cette aptitude sensorielle pour s’orienter.

Le magnétisme, l’odorat et la mémoire pour rentrer chez soi

Cependant, une telle capacité d’apprentissage et de mémorisation du champ magnétique n’a jamais été documentée. La sensibilité des animaux au champ magnétique pour s’orienter relève plutôt du caractère inné. Cette publication est importante pour l’étude du comportement animal car elle fournit les premières observations empiriques de l’empreinte magnétique des animaux.

Les saumons vérifient le champ magnétique sur leur route, probablement régulièrement. Durant leur voyage de plus de 6.000 km depuis leur rivière d’origine, ils doivent impérativement contrôler leur navigation, comme un marin ou un aviateur, d’autant plus que les courants océaniques peuvent les dévier de leur route.

Mais cette « boussole naturelle » dont ils disposent n'est sans doute pas leur seul instrument de navigation. Les scientifiques pensent que les saumons utiliseraient aussi leur odorat pour retrouver leur lieu de naissance.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires