Mots-clés |
  • zoologie,
  • grenouille

À écouter : entraîner vos oreilles pour la 10e nuit de la chouette

Les hiboux et chouettes de France sont à l’honneur ce 23 mars. La Ligue de protection des oiseaux (LPO) et la Fédération des parcs naturels régionaux de France organisent la 10e édition de la Nuit de la chouette. Des centaines de manifestations permettront au public de découvrir ces surprenants rapaces nocturnes. Apprenez dès à présent à en reconnaître quelques-uns en écoutant leurs cris. 

La nuit de la chouette est organisée tous les deux ans depuis 1995. Plus de 30.000 personnes y ont participé en 2011. © LPO La nuit de la chouette est organisée tous les deux ans depuis 1995. Plus de 30.000 personnes y ont participé en 2011. © LPO

À écouter : entraîner vos oreilles pour la 10e nuit de la chouette - 2 Photos

PDF

L’information étonne souvent, mais les oiseaux seraient des dinosaures vivants. Un nombre sans cesse croissant de preuves scientifiques tend à le confirmer. La Terre en compte actuellement environ 10.000 espèces de tailles variées. Certaines autruches mâles mesurent ainsi jusqu’à 2,5 m de haut (pour un poids de 230 kg), soit bien plus que les colibris longs de seulement 6 cm (et pesant 2 g). Parmi tous les groupes d’oiseaux existants, il en est un qui attire tout particulièrement la curiosité du grand public : les rapaces. Il est vrai que les serres et les becs crochus affichés par les oiseaux de proie peuvent impressionner.

De nombreuses espèces diurnes sont connues, car elles sont facilement observables. Selon les régions, il n’est pas rare de rencontrer une buse, un milan ou un faucon durant des promenades ou des déplacements en voiture (buse et faucon sont des noms vernaculaires non liés à une entité biologique précise). En revanche, il est plus rare d’observer des rapaces nocturnes, ce qui explique peut-être leur méconnaissance par le grand public. La nature est pourtant toute aussi belle et vivante de nuit. 


Les rapaces nocturnes observables en France, comme cette effraie des clochers (Tyto alba), ne fabriquent pas de nid. Ils vivent notamment dans des infractuosités, à l'intérieur d'arbres morts ou dans des nichoirs. © Muchaxo, Flickr, cc by nc nd 2.0

Pour sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à cet univers insoupçonné, la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et la Fédération des parcs naturels régionaux de France organisent ce 23 mars la 10e édition de la Nuit de la chouette. Plus de 600 animations gratuites sont ainsi proposées en France, ou en Belgique pour nos voisins du nord (elles sont alors chapeautées par l’association Natagora). Ces activités sont pour le moins diverses et variées : sorties nocturnes guidées par des naturalistes, conférences, projections de films et de diaporamas, ou encore expositions. Des ateliers permettront également d’apprendre à préserver ces animaux ou à leur construire un nichoir. La liste des manifestations peut être consultée sur le site Internet dédié à l’événement. 

Des yeux fixes et une tête qui pivote sur 270°

Les hiboux (comme le hibou moyen et le grand-duc) et les chouettes (telles la chouette hulotte ou l’effraie des clochers) sont particulièrement bien adaptés à leur mode de vie nocturne. Leur vision est ainsi 10 à 100 fois plus performante que la nôtre, tandis que leur champ de vision peut atteindre 270°, bien plus que nos 180°. Leurs yeux sont immobiles : c’est donc en tournant la tête que ces oiseaux de proie scrutent leur voisinage. Leur ouïe est également excellente, et elle n’est en rien améliorée par la présence des aigrettes (sortes d’oreilles externes) chez les hiboux. Enfin, les chouettes et les hiboux se distinguent également par un plumage duveteux destiné à réduire les bruits générés par le vol. L’animal peut ainsi pleinement se concentrer sur les signaux sonores émis par ses proies. 

  • Le cri de la chouette chevêche (Dinosoria.com) :
  • Le cri du hibou grand-duc (Dinosoria.com) :
  • Le cri du hibou des marais (Dinosoria.com) :
  • Le cri du hibou moyen-duc (Dinosoria.com) :

Les rapaces nocturnes sont actuellement en période de reproduction. Ils poussent donc de nombreux cris à la tombée du jour pour trouver des partenaires. Les promenades nocturnes proposées permettront probablement d’en profiter, mais ce n’est pas tout. Le public pourra également être informé sur d’autres espèces nocturnes, par exemple sur la grenouille verte d’Europe dont les yeux sont proéminents (Rana esculenta). Les participants découvriront aussi les chauves-souris (autrement appelées chiroptères), ou encore sur les hérissons communs, qui sont les seuls animaux en France à porter des épines sur le dos (Erinaceus europaeus).

En attendant de chausser vos bottes, Futura-Sciences vous propose d’ores et déjà d’écouter les cris de rapaces nocturnes emblématiques (d’autres bandes sonores sont disponibles sur le site dinosoria.com). Qui sait, ce petit entraînement vous sera peut-être utile dès ce soir.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires