Mots-clés |
  • zoologie,
  • requin

Coup de projecteur sur 10 espèces menacées d’extinction

Quelques jours après la plus grande conférence internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction, la CITES [1], nous vous proposons de découvrir le palmarès publié par le WWF des 10 espèces les plus menacées par le commerce et pour lesquelles il faut agir sans plus attendre. La conférence a regroupé 171 pays et s'est tenue du 3 au 15 juin à la Haye aux Pays-Bas.

Coup de projecteur sur 10 espèces menacées d’extinction - 4 Photos

PDF

Le palmarès du WWF reprend les espèces suivantes :

  • Le requin-taupe  - Le requin taupe est un requin puissant, de taille moyenne et grand migrateur. Sa viande et ses nageoires sont très prisées sur le marché international. Le WWF demande aux gouvernements de l’inscrire à l’Annexe II de la Convention.
  • L’aiguillat commun  - L’aiguillat commun est un requin plus mince et plus petit, portant de petites taches blanches. Il peut atteindre un mètre de long et voyage en groupe. On le trouve dans les eaux froides et côtières des quatre coins du globe. Plus connu sous le nom de saumonette, il est utilisé dans les fish and chips anglais. En Allemagne, sa chair est fumée et très prisée.  Le WWF demande aux gouvernements de l’inscrire à l’Annexe II de la Convention.
  • Le poisson-scie – Les populations des sept espèces de poissons-scies ont toutes drastiquement diminué. Ces poissons sont vendus vivants aux aquariums publics. La viande et leurs nageoires sont également consommées et leur museau en forme de scie est souvent vendu comme souvenir ou comme arme décorative. Cette espèce est également utilisée en médecine traditionnelle. Le WWF demande aux gouvernements de l’inscrire à l’Annexe I de la Convention. 
  • Le tigre – En plus des menaces constantes qui pèsent sur son habitat, une ancienne menace risque de ressurgir de Chine. Le pays risque en effet de ré-autoriser le commerce de tigres nés en captivité. Le WWF demande aux gouvernements de prendre des mesures communes pour stopper toute forme de commerce de tigres, particulièrement en Chine, et d’augmenter ses efforts de surveillance partout en Asie.


Panthera tigris tigris - Kanha National Park, Madhya Pradesh, India.
(c) WWF-Canon / Chris HAILS 6 - Tous droits réservés

  • Les rhinocéros d’Asie – Chassées depuis toujours pour sa corne, ingrédient fortement prisé dans la médecine traditionnelle asiatique, les populations de rhinocéros sont aujourd’hui décimées par la destruction de leur habitat forestier. Le WWF demande aux gouvernements de faire des efforts pour faire appliquer la loi et d’aider des pays comme le Népal à faire cesser le braconnage.


 Rhinoceros unicornis - Terai Arc Landscape Project (TAL), Nepal.
(c) WWF-Canon / Helena  TELKÄNRANTA - Tous droits réservés

  • Le corail rouge et rose  - Un joyau provenant des récifs des atolls, cette espèce est la plus chère parmi les coraux précieux. Le corail rose est pêché depuis 5000 ans pour la bijouterie et la décoration. La surexploitation et la destruction de colonies entières suite à l’utilisation de méthodes de pêche destructrices et au dragage des sols ont entraîné une diminution sévère des populations de coraux. Le WWF demande aux gouvernements d’inscrire toutes les espèces de corail rouge et rose à l’Annexe II de la CITES.
  • L’anguille européenne - L’anguille européenne vit dans les écosystèmes côtiers et les eaux douces à travers toute l’Europe, et ce y compris dans les pays méditerranéens. Les stocks ont dramatiquement diminué dus à la perte d’habitats en eaux côtières et intérieures, à la pollution des eaux, aux barrages, au transfert de parasites et de maladie, mais aussi à la surpêche et au braconnage. La demande sur le marché international est énorme, aussi bien pour les anguilles juvéniles vivantes, élevées en aquaculture en Asie, que pour la viande très prisée des anguilles « adultes ». Le WWF demande aux gouvernements de lutter contre tous les facteurs de mortalité et d’inscrire cette espèce à l’Annexe II de la Convention .
  • Les éléphants – Le braconnage continu et le commerce illégal de l’ivoire à l’échelle internationale sont stimulés par un trafic effréné, particulièrement entre l’Afrique et l’Asie. Malgré les accords de la CITES et les efforts de certains pays, les marchés domestiques sont toujours florissants. Il est temps de montrer une volonté politique pour fermer les marchés domestiques d’ivoire non réglementés et illégaux, qui ne font qu’encourager le braconnage des éléphants.


Loxodonta africana sp. - Amboseli National Park, Kenya.
(c) WWF-Canon / Martin HARVEY - Tous droits réservés

  • Les grands singes  - Les populations sauvages de grands singes (gorilles, chimpanzés, bonobos et orangs-outangs), continuent de décliner de façon dramatique. Elles sont notamment menacées par les effets combinés du commerce illégal d’animaux vivants, principalement comme animaux de compagnie, du braconnage pour la viande, de la destruction et de la fragmentation de leur habitat. Le WWF demande aux gouvernements et à la CITES de mettre un terme à ce commerce illégal, en commençant par garantir l’application effective des lois existantes et de peines adéquates.

 
Kalimantan (Indonesian Borneo), Indonesia.
(c) WWF-Canon / Alain COMPOST - Tous droits réservés

  • L’acajou à grande feuille – Le commerce international de cette précieuse essence d’arbre présente dans les forêts tropicales d’Amérique centrale est réglementé depuis 2002. L’inscription à l’Annexe II de cette espèce fait suite au déclin des populations ainsi qu’à l’abattage et au commerce illégaux. Seul un pays exporte toujours de grandes quantités d’acajou : le Pérou. Cinq ans après, la situation est toujours la même. Une action conjointe est nécessaire.

Les menaces engendrées par le commerce de certaines espèces ont été signalées à la CITES depuis plus de 30 ans. ” explique Stéphane Ringuet, chargé de programme TRAFFIC au WWF-France. “Si ces menaces n’ont pas disparu, d’autres ont vu le jour liées aux changements dans la dynamique de l’économie mondiale. Quel que soit le problème,rien ne changera tant que les gouvernements ne prendront pas au sérieux ce commerce et ses conséquences néfastes pour la conservation de la biodiversité et les populations locales.”

Les espèces sont répertoriées dans trois annexes suivant le niveau de menace qui pèse sur elles :

- l’annexe I comprend des espèces menacées d’extinction, qui sont ou pourraient être affectées par le commerce international. Ce commerce est le plus souvent interdit ;

- l’annexe II comprend des espèces qui ne sont pas actuellement menacées d’extinction mais qui risqueraient de le devenir si leur commerce international n’était pas réglementé, ainsi que les espèces qui leur ressemblent. Leur commerce international est réglementé par un système de permis ;

- l’annexe III comprend des espèces ou des populations qu’un pays réglemente sur son territoire et pour lesquelles il demande l’assistance de la communauté internationale afin de contrôler ses exportations.


[1] Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore sauvages menacées d’Extinction


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires