Mots-clés |
  • zoologie,
  • oiseaux,
  • changement climatique

Le changement climatique pousse les oiseaux à l'infidélité et au divorce

La fidélité n'est pas le fort des oiseaux, surtout quand le climat est changeant. Des études montrent que plus les températures varient, plus les oiseaux ont tendance à être infidèles, dans le but d'augmenter leur succès reproducteur.

Les cygnes chanteurs sont des oiseaux de la famille des anatidés qui sont normalement monogames. © Billy Lindblom, Flickr, cc by 2.0

Le changement climatique pousse les oiseaux à l'infidélité et au divorce - 2 Photos

PDF

Chez les oiseaux, les fluctuations du climat donnent des envies d’adultère. Carlos Botero (université de Caroline du Nord) et Dustin Rubenstein (université de Colombie britannique) ont mesuré le taux d’infidélité de plusieurs espèces et il apparaît que les tromperies et les séparations se produisent davantage quand le temps est changeant.

Les oiseaux étudiés sont normalement monogames et restent en couple, coopérant pour le soin apporté aux juvéniles. Mais il n’est pas rare qu’une couvée ne contienne pas que des œufs résultant de l’accouplement des mêmes parents (infidélité) ou qu’un des membres du couple quitte le foyer définitivement entre deux périodes de reproduction (divorce).

Divorce et infidélité en fonction du climat

Les chercheurs ont mesuré l’occurrence de ces deux comportements et en parallèle, ont effectué des relevés de température et de pluviométrie dans les régions habitées par les oiseaux étudiés. Selon leurs analyses, publiées dans Plos One, plus la météo est variable – et particulièrement la température – plus les couples d’oiseaux sont instables.

Le puffin des Anglais est une des 122 espèces étudiées par les scientifiques. © Bill Bouton, Flickr, cc by nd 2.0
Le puffin des Anglais est une des 122 espèces étudiées par les scientifiques. © Bill Bouton, Flickr, cc by nd 2.0

L’étude montre également qu’il existe un lien entre ces schémas de reproductions et des facteurs intrinsèques, comme des caractéristiques phénotypiques ou démographiques. Mais en s’affranchissant de ces paramètres, les chercheurs ont bien mis en évidence une corrélation avec la variabilité du climat.

Adaptation au cross-over écologique

Pour les auteurs, les résultats concernant l’infidélité sont cohérents avec l’hypothèse dite de diversité génétique. Au sein d'un environnement changeant, donner naissance à une progéniture variée d’un point de vue génotypique est une bonne stratégie. Ainsi, les oiseaux infidèles multiplient les chances d’avoir de la descendance adaptée à d’éventuelles variations climatiques et augmentent leur succès reproducteur.

Quant aux divorces, ils sont particulièrement fréquents dans les régions où les variations climatiques sont très marquées et prévisibles. D’après les auteurs, c’est parce que la qualité d’un partenaire dépend beaucoup du contexte et un oiseau est donc prêt à sacrifier son couple pour trouver un partenaire plus adapté aux nouvelles conditions, comme le résume Carlos Botero à Futura-Sciences : « l’infidélité et les divorces augmentent car la probabilité de faire une "erreur" dans le choix du partenaire augmente clairement quand le contexte varie ». Ce changement de contexte est appelé cross-over écologique.

Ces travaux confirment que les facteurs environnementaux peuvent avoir une influence sur le comportement sexuel des oiseaux et donc, par extension, sur le processus de sélection sexuelle. Ils montrent également que les oiseaux normalement monogames sont capables de s’adapter au changement climatique pour pallier les éventuels désavantages de ce cross-over écologique. Ou quand l'infidélité permet de mieux s'adapter...


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires