Mots-clés |
  • zoologie,
  • singe,
  • botanique

En bref : le chimpanzé, un botaniste hors du commun

Le chimpanzé est frugivore. Il est capable de se souvenir d’année en année où se trouvent les arbres à fruits suivant les saisons. Mais lorsqu’il cherche pour la première fois des arbres à fruits, comment fait-il ? Il utilise ses étonnantes capacités de botaniste, semble-t-il...

Physiquement et génétiquement, le chimpanzé est l'animal le plus proche de l'Homme. Cette espèce ne se trouve qu'en Afrique équatoriale, sa répartition géographique s'étend de la Sierra Leone au lac Victoria. © www.primates.com Physiquement et génétiquement, le chimpanzé est l'animal le plus proche de l'Homme. Cette espèce ne se trouve qu'en Afrique équatoriale, sa répartition géographique s'étend de la Sierra Leone au lac Victoria. © www.primates.com

PDF

Le chimpanzé est l’animal le plus proche de l’Homme, tant physiquement que génétiquement. Mais son régime alimentaire est franchement différent du nôtre, il est frugivore. Les arbres donnent des fruits de façon saisonnière, le chimpanzé doit donc être mobile pour trouver, suivant la période, les espèces d’arbres adéquates. Des études ont déjà montré qu’il était capable de garder en mémoire d’année en année un lieu où les ressources alimentaires sont disponibles. Il utilise pour cela sa mémoire spatiale. Mais comment fait-il pour identifier un lieu à fruits pour la première fois ?

Pour répondre à cette question, des chercheurs du Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology de Leipzig (Allemagne) ont observé les chimpanzés du parc national de Taï, en Côte d’Ivoire. Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Animal Cognition, suggèrent que les chimpanzés savent que certaines espèces d’arbres font des fruits en même temps. Ils utilisent donc cette connaissance botanique pour repérer les arbres à fruits durant leur quête. Les singes ne cherchent pas au hasard, mais prédisent les lieux où il peut y avoir des fruits en identifiant les espèces d’arbres.

L’équipe scientifique s’est basée sur les méthodes d’inspection des arbres des chimpanzés, et en particulier sur les erreurs qu’ils commettent. Le comportement qu’ils adoptent lorsqu’ils inspectent les arbres vides indique qu’ils s’attendaient à trouver des fruits. Il y avait de l’anticipation dans leur quête ; ils n’étaient donc pas guidés par des signaux sensoriels liés aux fruits. Ils basent leurs attentes de découverte sur la combinaison d’une connaissance botanique et d’une capacité à catégoriser les fruits d’espèces distinctes. Voilà qui pourrait donner quelques indices sur l’origine de la capacité de catégorisation dans l’évolution de l’Homme moderne


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires