Mots-clés |
  • botanique,
  • zoologie,
  • insecte

Des fleurs ultraviolettes pour les abeilles

Capables de percevoir les rayons ultraviolets, les abeilles voient les couleurs des fleurs différemment de l'homme. Une propriété qui a certainement un impact sur la pollinisation et qui peut être mieux comprise en analysant les couleurs florales à la manière des insectes.

Les fleurs possèdent, aux yeux des abeilles, des couleurs  différentes de celles perçues par l'homme. © Autan, Flickr, CC by-nc-nd 2.0 Les fleurs possèdent, aux yeux des abeilles, des couleurs différentes de celles perçues par l'homme. © Autan, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Des fleurs ultraviolettes pour les abeilles - 2 Photos

PDF

Des recherches sur les couleurs des fleurs permettent aujourd’hui d’essayer d’en connaître un peu plus sur les abeilles. Ces insectes pollinisateurs, toujours victimes d'une surmortalité inexpliquée, continuent donc d’intéresser les scientifiques et aujourd’hui, c’est leur sens de la vision qui est au centre des préoccupations.

En effet, les abeilles ont un système visuel différent du nôtre. En plus de leur vision panoramique et de leur capacité à créer mentalement une reconstitution en 3D, ces insectes possèdent la capacité de voir la lumière en dehors du spectre de la lumière visible pour les hommes. Celui-ci est limité entre le rouge et le violet, en passant par l’orange, le jaune, le vert, le bleu et l’indigo (les couleurs de l’arc-en-ciel), alors que les longueurs d’ondes supérieures (infrarouge) et inférieures (ultraviolet) nous sont invisibles. Nos yeux, dont les photorécepteurs sont activés par trois couleurs (le bleu, le vert et le rouge dont le mélange offre la palette infinie de couleurs que nous connaissons) ne sont pas équipés pour les observer.

Une vision trichromique, dans l’ultraviolet

Les abeilles possèdent également un système visuel trichromique mais qui est, lui, capable de capturer les longueurs d’onde dans l’ultraviolet, le bleu et le vert. Une nouvelle étude publiée dans Plos One réalisée sur l’abeille Bombus impatiens, un Hyménoptère dont le système visuel n’avait jamais été étudié, confirme cette théorie. Grâce à des électrodes placées dans la rétine de l’insecte et à des expositions lumineuses, les chercheurs ont démontré que trois longueurs d’onde (347, 424 et 539 nanomètres) activaient les photorécepteurs. Ces résultats ne sont pas une nouveauté pour les experts des abeilles, mais ils mettent en lumière l’utilité du Floral Reflectance Database.

Les abeilles perçoivent la lumière ultraviolette (à droite), qui n'est pas dans le spectre de la lumière visible pour l'Homme (à gauche). © Klaus Schmitt
Les abeilles perçoivent la lumière ultraviolette (à droite), qui n'est pas dans le spectre de la lumière visible pour l'Homme (à gauche). © Klaus Schmitt

Surnommé Fred et comme son nom anglais l’indique, Floral Reflectance Database est une banque de données sur le facteur de réflexion floral. Pour être plus clair, il s’agit d’une nouvelle base de données qui concentre les informations concernant les couleurs des fleurs en fonction de la façon dont elles sont perçues par les abeilles. En effet, les couleurs des fleurs ont une importance pour la pollinisation, mais les précédents travaux sur la question ne prenaient pas en compte le fait que la vision des pollinisateurs était différente des Hommes.

Analyse des couleurs au spectrophotomètre

Cette base de données, également publiée dans Plos One, provient d’analyses effectuées sur une durée de 20 ans, sur des échantillons prélevés dans de nombreuses régions du monde. Les fleurs ont été passées au spectrophotomètre en mesurant la quantité et la longueur d’onde de lumière réfléchie par la fleur suite à l’application d’une lumière possédant un large spectre. La longueur d’onde de la lumière réfléchie par la fleur n’est autre que sa couleur, différente selon le point de vue de l’Homme ou de l’abeille. Les pétales, aussi bien que d'autres parties des fleurs, ont été analysés, et toutes les données sont accessibles gratuitement sur le site de Fred.

Selon les auteurs, Fred « pourrait être utilisé pour modéliser les interactions entre les visions des pollinisateurs et les signaux des plantes, ou pour analyser les couleurs des fleurs dans différents habitats. » À condition de connaître la préférence des insectes pour certaines couleurs, chacun de nous pourrait alors cultiver préférentiellement dans son jardin des fleurs dont les abeilles sont friandes, afin de favoriser leur survie.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires