Mots-clés |
  • physique,
  • biologie,
  • supraconducteur

On fait léviter des mouches pour étudier les effets de l'impesanteur

Comment vivraient des animaux installés dans des biosphères en réduction sur Mars ou la Lune ? Pour le savoir, des chercheurs de l’université de Nottingham font léviter des mouches grâce à un aimant supraconducteur.

Une vue de Biosphere 2, un projet pour préparer la colonisation du Système solaire. © Colin Marquardt Une vue de Biosphere 2, un projet pour préparer la colonisation du Système solaire. © Colin Marquardt

On fait léviter des mouches pour étudier les effets de l'impesanteur - 1 Photo

PDF

Avant d'obtenir le prix Nobel de physique pour ses travaux sur le graphène, Andre Geim s’était vu attribuer le prix Ignobel pour avoir réussi à faire léviter des grenouilles dans un champ magnétique. Les chercheurs de la Nottingham's Schools of Physics and Astronomy and Biology ne seront probablement pas ainsi récompensés mais ils ont travaillé dans la même direction en utilisant un aimant supraconducteur et un champ magnétique pour faire léviter des mouches. Placés dans un champ environ trente-cinq mille fois plus intense que celui de la Terre, ces diptères peuvent être suspendus en l'air ou soumis à une force effective inférieure à la pesanteur terrestre.

Cette lévitation magnétique repose sur le diamagnétisme, phénomène souvent associé au comportement de certains matériaux lorsqu'ils sont soumis à un champ magnétique. Ils génèrent alors un autre champ magnétique opposé et tout peut se passer comme si l'on avait deux aimants se repoussant.


Dans cette vidéo, on voit des mouches soumises à des forces de lévitation magnétique pouvant jusqu'à 2 g, c'est-à-dire deux fois la pesanteur terrestre. © University of Nottingham, YouTube

Des leçons pour coloniser l'espace

Les chercheurs tentent d'étudier sur le long terme le comportement de ces insectes qu’ils considèrent comme des modèles pour mieux comprendre les effets d'une pesanteur nulle ou faible sur d’autres organismes vivants.

Ce genre d’expérience est moins coûteux que d’envoyer des animaux dans l’espace à bord de l’ISS et permet d’avoir une idée des événements se déroulant avec des animaux formant une biosphère en réduction pour la colonisation de Mars ou de la Lune.

Il est évident qu'un champ magnétique n’est pas un champ de gravitation et pour séparer les effets propres à l’un et pas à l’autre, les chercheurs observent des mouches situées au centre du solénoïde supraconducteur et d'autres situées au bord. Le champ magnétique est plus intense au centre mais l’effet de lévitation magnétique y est absent. 

Pour le moment, on constate des effets similaires à ce qui a déjà été observé dans des vols spatiaux. En l’occurrence, les mouches se mettent à marcher plus vite...


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires