Mots-clés |
  • physique,
  • Astronomie,
  • voie lactée,
  • Galaxie

21 décembre 2012 : la fin du monde ? Vérifiez vous-mêmes

Sagittarius A*, alias Sgr A* : c’est le trou noir supermassif caché au centre de la Voie lactée. Selon certains, le Soleil et la Terre seront exactement alignés avec lui le 21 décembre 2012. Cet événement, soi-disant prévu par les Mayas, devrait causer la fin du monde. Pour les scientifiques, le solstice d’hiver de ce 21 décembre sera juste la fin de l’automne. Calculatrice en main, chacun peut vérifier...

La civilisation maya s’est étendue environ de 2600 av. J.-C. à 1520. Le calendrier maya était composé de cycles, le 21 décembre 2012 correspondant à la fin d’un de ces cycles. Certains l’ont interprété comme étant la fin du calendrier lui-même, et donc la prédiction de la fin du monde par cette civilisation. Bonampak, au Mexique, est l’un des sites mayas dans lequel on a retrouvé de nombreuses peintures (datant de 790), dont fait partie la fresque ci-dessus. © Nick Leonard La civilisation maya s’est étendue environ de 2600 av. J.-C. à 1520. Le calendrier maya était composé de cycles, le 21 décembre 2012 correspondant à la fin d’un de ces cycles. Certains l’ont interprété comme étant la fin du calendrier lui-même, et donc la prédiction de la fin du monde par cette civilisation. Bonampak, au Mexique, est l’un des sites mayas dans lequel on a retrouvé de nombreuses peintures (datant de 790), dont fait partie la fresque ci-dessus. © Nick Leonard

21 décembre 2012 : la fin du monde ? Vérifiez vous-mêmes - 1 Photo

PDF
  • À lire, le dossier pour tout savoir sur les trous noirs 

Personne ne peut démontrer que vous ne passerez jamais sans dommages à travers un mur en fonçant dessus avec une voiture à 100 km/h, qu’un verre qui vient de se briser en tombant d’une table ne va pas spontanément se reformer avec son contenu ou que l’univers observable va continuer à exister dans les 42 minutes après la lecture de cet article. De fait, la science nous enseigne que ces événements ne sont pas impossibles mais juste extrêmement improbables. 

L’effet tunnel quantique permet théoriquement à une voiture de traverser un mur comme si de rien n’était. Les lois de la mécanique des atomes étant réversibles dans le temps, il existe bel et bien des solutions des équations de mouvement de ces atomes qui correspondent à la reformation du verre brisé. Enfin, la nature de l’énergie noire pourrait être telle que la structure du vide quantique soit instable et change du tout au tout en quelques minutes, en provoquant, par exemple, une brutale expansion de l’univers observable pulvérisant la matière jusqu’aux noyaux. Le scénario du Big Rip pourrait ainsi arriver dans quelques instants seulement.


Les scénarios de la fin du monde en 2012 sont-ils plausibles ? Pour en savoir plus, visitez www.dubigbangauvivant.com. © Groupe ECP

On ne peut donc pas démontrer que rien de fondamentalement surprenant et inattendu n’arrivera le 21 décembre 2012. Mais pas plus que nous nous attendons à passer à travers les murs, à rajeunir spontanément ou que le Soleil ne se lève pas demain, nous n’avons pas de raisons scientifiques de penser que quelque chose de particulier, lié au calendrier Maya, va se produire cette année.

Depuis un moment déjà, la Nasa a mis en ligne une vidéo et des commentaires de David Morrison, l’ancien directeur du Nasa Lunar Science Institute et l’actuel directeur du Carl Sagan Center for Study of Life du Seti Institute, pour démystifier une fin du monde en décembre 2012 annoncée par le calendrier Maya. Dans ses commentaires, Morrison réfutait par exemple point par point en 2009 toutes les affirmations au sujet de la soi-disant planète Nibiru qui menacerait la Terre. Si une telle planète existait, il serait impossible de la cacher à moins d’enfermer tous les astronomes amateurs.

La loi de la conservation du moment cinétique interdit le changement du sens de la rotation de la Terre en l’absence d’une force extérieure considérable. S’il est vrai que la rotation de la Terre joue un rôle dans la production de son champ magnétique via l’effet dynamo, son inversion se produit de façon chaotique depuis longtemps et sans que le sens de rotation des pôles ne change, comme le confirme, par exemple, l’expérience VKS.


Inversion du champ magnétique terrestre : quels impacts sur nous ou sur la nature ? Hubert Reeves répond. © Groupe ECP

De plus, comme le rappelait Morrison, même si une inversion des pôles magnétiques se produisait – et rien ne laisse penser qu’elle va se produire dans les siècles à venir –, les archives géologiques nous prouvent que rien de catastrophique n’est arrivé directement en relation avec ces inversions. Peut-être ont-elles joué un rôle dans la disparition de l'Homme de Néandertal. Mais si c'était vrai, force est de conclure que nous lui avons survécu.

Décembre 2012 : un alignement galactique approximatif

Parmi les folles hypothèses des événements cataclysmiques du 21 décembre 2012, la plus récurrente, probablement, est celle de l’alignement du couple Soleil-Terre avec le trou noir central de la Voie lactée dont on sait qu’il va bientôt avaler un nuage de gaz. On prétend aussi que le Soleil, qui effectue des sortes d’oscillations de part et d’autre du plan galactique pendant qu’il tourne autour du centre de la Galaxie, va précisément couper le plan galactique à cette date.

Il faut savoir que la localisation précise du centre de la Galaxie n’est pas clairement définie, sauf par convention. Tout au plus peut-on parler d’une région centrale. De plus, chaque année, le Soleil et la Terre se retrouvent plus ou moins alignés avec cette région centrale. Toujours est-il que, si l'on utilise le repère galactique tel qu'il a été défini en 1958 par l'Union astronomique internationale, alors on constate que la direction du centre de la Galaxie se trouve 5 degrés sous le plan de l'écliptique.

Ceci exclut donc toute coïncidence entre la direction apparente du Soleil (qui est toujours dans l'écliptique, par définition) avec la direction du centre galactique, comme il est expliqué dans un article de l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE). Si tant est que l’on puisse définir un plan galactique précis, il apparaît aussi que le Soleil l’a traversé il y a quelques millions d’années selon Morrison.

Une attraction au moins 100 milliards de fois plus faible que celle du Soleil

Malgré ces évidences, poussons un cran plus loin le scénario apocalyptique. Imaginons que le Soleil et la Terre puissent se retrouver dans une position particulière en 2012, telle que le champ de gravitation et les forces de marée du trou noir central affectent l'environnement terrestre. Il est à la portée de tout un chacun de vérifier par lui-même que cette hypothèse est objectivement absurde...

La plus faible valeur de la distance séparant le Soleil de Sagittarius A* a été estimée à 25.000 années-lumière. Une année-lumière vaut environ 9.400 milliards de kilomètres. On peut dont dire que la distance RTNT séparant le trou noir central de la Terre est certainement plus grande que 2x1017 km. La masse de ce trou noir est estimée à 4x106 fois celle du Soleil. La distance RTS de la Terre au Soleil est elle de 1,5x108 km.

La force de gravitation varie en 1/R2, celle de marée en 1/R3 et il est suffisant d’appliquer la théorie de la gravitation de Newton pour comparer les forces gravitationnelles du Soleil et du trou noir central sur la Terre.

C’est la force en 1/R2 qui est dominante et pour deux corps de masse M et m, elle est donnée par (GMm)/R2 où G est la constante de la gravitation de Newton.

Le quotient Q de la force d’attraction trou noir-Terre sur Soleil-Terre vaut donc :

                     Q = 4x106(RTS/RTNT)2 = 4x106 [(1,5x108)/ 2x1017]2

                        = 225x10-14 = 2,25x10-12

L’attraction du trou noir central sur la Terre est donc au maximum 100 milliards de fois plus petite que celle du Soleil. Compte tenu des approximations que l’on a faites, elle doit être encore plus faible. Le trou noir du Sagittaire n'a donc pas à nous faire peur...


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires