Mots-clés |
  • Maison
Humidité de la maison : lutter contre les remontées capillaires

L'humidité dans la maison peut rendre insalubre l'habitation. Il est important de connaître les causes des remontées capillaires et les moyens de lutter contre cette humidité ascensionnelle.

Page 9 / 10 - Le cuvelage, ultime recours pour les caves et sous-sols humides Sommaire
PDF

Le cuvelage peut être extérieur ou intérieur. Car il est des circonstances où le drainage s’avère insuffisant, voire contrindiqué. Notamment, lorsque des locaux enterrés subissent la pression d’une nappe phréatique ou des crues ponctuelles. Dans un tel scénario, la protection s’étend à la totalité des parties soumises à l’action de l’eau.

Le drainage n’est envisageable que s’il est possible d’évacuer de manière efficace les eaux collectées. Quand la pression est trop forte, le tuyau s’engorge et les regards débordent avant que l’eau ne parvienne à l’exutoire. Les conséquences d’une accumulation à la périphérie du bâtiment sont alors pires que l’absence de drainage. Dans la construction neuve, l’étude du terrain permet d’anticiper le problème. La norme de référence NF P 11-221-1 (ex DTU 14.1) définit différents moyens d’action, selon l’utilisation des locaux enterrés.

Le cuvelage extérieur pour les sous-sols

  • Dans les sous-sols habitables, dits de 1re catégorie, aucune trace d’humidité n’est admise sur la face interne des parois : murs et dalle de plancher. La structure est protégée par la réalisation d’un caisson étanche extérieur, ou « cuvelage extrados ». On utilise pour cela des revêtements plastiques ou élastiques capables de s’adapter à de légers mouvements structurels.
  • Dans les locaux techniques (caves, chaufferies, garages…), dits de 2e catégorie, des traces d’infiltration limitées sont tolérées. Les parois intérieures reçoivent un mortier minéralisant, un enduit hydrofuge ou pelliculaire à base de résine. Ces produits assurent l’étanchéité, mais ne résistent pas à une éventuelle fissuration du support.

 
Le produit imperméabilisant, ici base de résine polyuréthane, doit au minimum remonter à hauteur du niveau d’eau déterminé par une analyse du terrain. © humitech13.fr

Le cuvelage intérieur

Si l’on veut transformer les locaux de 2e catégorie en pièces habitables, cas fréquent dans la rénovation du bâti ancien, le cuvelage extérieur est rarement retenu pour des raisons techniques et de coût. Reste la solution du cuvelage intérieur, ou « intrados ». Plus performant que la simple imperméabilisation, le procédé fait appel à des mortiers spécifiques applicables sur une trentaine de millimètres d’épaisseur, en comptant la couche d’accrochage. Une chape étanche assure la continuité du cuvelage sur la dalle de sol. Une préparation poussée du support précède la mise en œuvre : décapage des enduits existants, sablage des peintures, rebouchage des fissures… Après cuvelage, on ne peut plus intervenir sur les parois, pour des travaux d’aménagement par exemple, au risque de créer des zones d’infiltrations. La norme autorise toutefois la pose de contre-cloisons équipées de trappes de visite pour permettre le contrôle de l’étanchéité. Il faut également prévoir la ventilation du vide d’air au moyen de cunettes installées en pied de cloisons

 
La jonction entre l’étanchéité verticale et la chape de sol constitue un point faible que l’on renforce en formant un talon, ou solin. © aqualityprotect.fr

 

Humidité de la maison : lutter contre les remontées capillaires - 2 Photos

A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires