Mots-clés |
  • Maison,
  • développement durable,
  • Energie renouvelable
Bois-énergie : le chauffage par la biomasse

Le chauffage par biomasse utilise le bois-énergie, c'est-à-dire la combustion du bois, pour un rendement de chaleur. Énergie renouvelable, la biomasse permet des applications variées, dont le chauffage domestique.

Page 18 / 22 - La microcogénération, cogénération de rendement électrique faible Sommaire
PDF

La microcogénération désigne les applications domestiques de la cogénération inférieures à 50 kW (norme CE). Le marché français est en phase de démarrage contrairement, là encore, à d’autres pays européens : Allemagne en tête, suivie de l’Autriche, des Pays-Bas, de la Suisse, de l’Italie…

 

Microcogénération : écogénérateur mural « Hybris Power » à moteur thermique de 4,8 kW. Puissance en chauffage de 26 à 28 kW, 1 kW d’électricité fournie. Raccordement sur conduit de cheminée ou ventouse. © De Dietrich
Microcogénération : écogénérateur mural « Hybris Power » à moteur thermique de 4,8 kW. Puissance en chauffage de 26 à 28 kW, 1 kW d’électricité fournie. Raccordement sur conduit de cheminée ou ventouse. © De Dietrich

Quels appareils pour la microcogénération ?

Les équipements proposés sont pour l’essentiel des chaudières gaz à condensation équipées d’un moteur à combustion compact. Ces chaudières peuvent fonctionner au gaz naturel, au GPL ou au biogaz. Pour la motorisation, les fabricants adoptent la technologie Stirling, cinématique ou à piston libre. Le moteur est alimenté par le gaz de la chaudière. Selon le type, il comporte un ou plusieurs cylindres totalement étanches dont le piston compresse ou détend un gaz de « travail » : azote ou hélium en principe. Les cylindres sont chauffés en continu de l’extérieur, à la différence des moteurs à combustion interne des véhicules. L’énergie du mouvement est transmise à un alternateur qui la convertit en électricité. Celle-ci peut être consacrée aux seuls besoins de la maison ou revendue sur le réseau.

Les fabricants proposent des versions solo, à coupler avec un ballon d’ECS, et des combi à production instantanée d’eau chaude sanitaire. Le rendement énergétique est propre aux chaudières à condensation : ≥ 100 %. La chaleur du brûleur principal fournit de 4,5 à 7,5 kW thermiques, suivant les modèles. Si la demande en  chauffage nécessite plus de puissance, le brûleur auxiliaire à condensation entre en action. La production électrique est pour l’heure limitée à 1 kWh, mais elle devrait augmenter dans les années à venir. Des appareils capables d’offrir le double sont déjà en cours de développement.

Quelle utilisation pour la microcogénération ?

Les puissances disponibles en microcogénération sont plus basses qu’avec les modèles à condensation classiques et l’on met plus de temps à obtenir la température maximale. Cela induit des temps de fonctionnement plus importants et, par conséquent, des arrêts moins fréquents. Le système n’est donc pas adaptable partout. Comme il est dit dans le magazine de décembre 2011 du Cerga (label de qualité belge), la microcogénération s’adresse avant tout au marché de remplacement lié à la construction ancienne. Le rendement électrique est trop faible pour justifier l’investissement dans la construction neuve, dont les exigences thermiques réduisent les besoins en chaleur. 

Bois-énergie : le chauffage par la biomasse - 1 Photo

A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires