Mots-clés |
  • technologie,
  • aéronautique

En vidéos : la voiture volante, de l'Aerobile à la Skycar

Chaque fin de semaine fera désormais l'objet de sujets vidéos sur Futura. L'occasion de débattre ou simplement de se divertir sous l'égide de la science. En ce week-end de la mi-novembre, nous vous proposons d'embarquer à bord d'une Arlésienne technologique, la voiture volante !

Une note qui s'annonce salée pour les futurs utilisateurs de la Terrafugia. © Terrafugia Une note qui s'annonce salée pour les futurs utilisateurs de la Terrafugia. © Terrafugia

En vidéos : la voiture volante, de l'Aerobile à la Skycar - 2 Photos

PDF

Durant le siècle dernier, la voiture volante fut probablement l'un des objets les plus fantasmé de la science-fiction. Sans cesse prédit et repoussé à coup de décennies, ce moyen de transport était souvent dépeint sous les traits d'un véhicule au design futuriste, flottant miraculeusement dans les airs sans autre forme de précision. En ce XXIème siècle toujours rien à l'horizon, l'année 2015 arrive à grands pas tandis que les chances d'acquérir une Delorean volante s'effritent.


Une Delorean volante pour 2015 ? © INA

Si l'on excepte l'imagerie populaire, la voiture volante existe bel et bien. En effet, l'ambiguïté de l'expression « voiture volante » laisse place à de nombreuses interprétations. En l'occurrence, un avion modifié à même de circuler et de décoller sur une route pourrait-il être considéré comme une voiture ? Si l'on accepte l'idée alors la première voiture volante fonctionnelle, connue sous le nom d'Aerobile, fut présentée en 1947 par l'américain Waldo Waterman et testée avec succès dix ans plus tard.

(Cliquer pour agrandir.) L'Aerobile de Waterman. (cc) iziz

En 2009 la boucle était bouclée, l'idée de Waterman, inspirée d'un projet élaboré par l'un de ses comparses en 1909, se voit confirmée et améliorée avec la Terrafugia. Un siècle sépare l'idée originelle de ce prototype, mais l'envie et le fantasme restent intactes. Alimentée par du carburant du commerce, la Terrafugia affiche une vitesse de croisière en vol de 185 km/h (contre 194 km/h pour son ancêtre) pour une autonomie théorique de 740 km.


La Terrafugia, fruit du travail de membres du MIT. © Terrafugia

A l'inverse de ces engins qui s'accommodent de l'air et de l'asphalte, l'autre vision de la voiture volante présente un moyen de transport entièrement dédié aux cieux, autonome et bien souvent apte à effectuer un vol stationnaire. Les travaux de l'ingénieur Paul S. Moller représentent bien ce concept. L'homme est le père de la fameuse Skycar, qui appartient à la famille des aéronefs à décollage vertical, ou ADAV.


La Moller M-200X en pleine action. Les ufologues en perdraient presque leur latin. © Moller

Si les premiers prototypes ressemblaient à des ovnis caricaturaux, il en est tout autrement des cadets mis au point par la firme Moller. Avec la Skycar M400, Paul S. Moller parvient à se rapprocher de la représentation populaire de ce qu'une voiture volante pourrait être. Pour l'heure aucun vol en conditions réelles n'a été effectué, à l'exception d'un test de vol stationnaire sécurisé par une grue.


Test du vol stationnaire de la Moller M400, par sécurité accrochée à une grue. © Moller

Pour sa Skycar Moller indique des estimations gargantuesques. Ainsi la M400 serait-elle capable, selon lui, de voler à une vitesse de croisière de 450 km/h avec des pointes possibles à 600 km/h, le tout pour une autonomie estimée à 1.200 km. Le carburant utilisé est du bio-éthanol dont la consommation annoncée est de l'ordre de 11,76 litres pour 100 kilomètres. Confirmé pour 2012 il y a un an, le projet n'a, pour lors, plus fait parler de lui.

Les artistes peuvent dormir tranquilles. Ces cités futuristes, dans lesquelles des conducteurs, à l'habileté improbable, évoluent dans une circulation tridimensionnelle, ont de beaux jours devant elles !


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires