Mots-clés |
  • technologie

RFID : dangers et dérives des puces sous-cutanées

A l'instar de n'importe quelle autre technologie de sécurité, les puces RFID, censées améliorer la traçabilité des produits ou le contrôle d'accès des individus, lutter contre la fraude ou encore sécuriser les passeports électroniques, sont piratables. Le ministère de l'intérieur américain vient ainsi de déconseiller l'utilisation des puces RFID en matière d'identification des êtres humains, et Verichip, leader du marché des implants sous-cutanés, reconnaît lui-même qu'il ne faut pas accorder trop de confiance à sa puce.

Ces deux mains, portant chacune une puce RFID, sont celles de Amal Graafstra, auteur d'un livre intitulé RFID Toys. Ces deux mains, portant chacune une puce RFID, sont celles de Amal Graafstra, auteur d'un livre intitulé RFID Toys.

RFID : dangers et dérives des puces sous-cutanées - 2 Photos

PDF

Ce qui n'empêche nullement le marché de se développer et d'envisager de nouveaux débouchés, du côté des jeunes branchés, des malades, des cadavres, et des immigrés.

Du piratage des puces RFID (y compris sous-cutanées)

L'enquête de la journaliste Annalee Newitz, pour Wired, détaille comment, en quelques secondes seulement, et muni d'un simple PDA et d'une petite antenne, il est possible de modifier le prix des denrées vendues dans certains supermarchés ou encore de lire puis de cloner le passe permettant d'entrer dans un bâtiment “sécurisé“, une chambre d'hôtel ou une voiture bardée d'électronique.

Plus inquiétant, Annalee Newitz raconte comment Jonathan Westhues, un développeur de 23 ans, a également réussi à cloner la célèbre puce Verichip qu'elle s'était faite implanter dans le bras.

Accessoirement, nombreuses étant les puces RFID accessibles en écriture, il serait également possible d'y placer subrepticement des “cookies, à la manière de ceux qu'envoient les sites web, afin de suivre à la trace le trajet des objets ainsi identifiés.

Pour Ari Juels, des laboratoires RSA, spécialisés dans la sécurité informatique, “le monde des RFID ressemble à l'internet à ses débuts” : l'un comme l'autre n'ont pas été sécurisés “par défaut“, et ce n'est que des années après que l'on en mesure vraiment les conséquences. On dénombre pourtant d'ores et déjà des dizaines de failles ou d'utilisations détournées des RFID.

Comme le soulignait récemment Marc Olanié, “les RFID ne sont qu'un moyen supplémentaire visant à accroitre la fiabilité d'une identification, ils ne peuvent en aucun cas remplacer les autres outils déjà en usage“. Sauf qu'à l'usage, précisément, trop nombreux sont ceux qui croient aveuglément aux seules vertus “high tech” des technologies de contrôle et de surveillance.

Le problème est d'autant plus sérieux que, à la différence du vol d'un objet physique, ce type d'interception, d'altération, de surveillance ou d'usurpation d'identité numérique est impossible à détecter.

Puce RFID
Puce RFID

Le ministère de l'intérieur US déconseille l'identification humaine par RFID

Le rapport sur l'utilisation de la RFID pour l'identification humaine que vient de rendre public le comité en charge de la vie privée au Department of Homeland Security (DHS) américain devrait, à ce titre, faire date.

On y lit en effet que la RFID offre peu de bénéfices en comparaison de ses effets sur la vie privée et l'intégrité des données. Elle aurait même plutôt tendance à accroître les risques en matière de sécurité et de protection des données personnelles, sans avantage commensurable poure les performances ou la sécurité nationale (…) Pour ces raisons, nous déconseillons l'utilisation de la RFID pour l'identification et la traçabilité des êtres humains.

Rappelant que “la RFID n'identifie pas les individus“, mais qu'il s'agit d'un moyen commode de lire des données, le DHS tient à préciser que cette facilitation ne signifie pas pour autant, contrairement à ce qui est communément admis, que cela peut contribuer à accélérer la procédure d'identification. Celle-ci relève en effet de la biométrie, dont la prise d'empreinte, et la lecture, ralentit en fait le processus. Afin de limiter les risques de sécurité, le département d'Etat a ainsi conditionné la lecture des passeports électroniques au fait d'entrer un code PIN, rendant quasi-superflu l'utilisation même de la RFID.

La cryptographie s'avère en effet nécessaire, à double titre. D'une part parce que la RFID rend impossible le fait de savoir qui a eu accès à quelles données, quand et à quelles fins, et qu'il convient d'éviter toute lecture ou interception furtives des données par un tiers non autorisé. D'autre part parce qu'il convient aussi de limiter les risques d'altération ou de contrefaçon des données, si d'aventure elles étaient néanmoins interceptées, et clonées. Or, rappelle le DHS, il existe d'autres technologies remplissant, à moindre risque, ces deux conditions : encres spéciales, hologrammes, micro-impression, codes barre, pixelisation, puces avec contact… sans pour autant exposer les détenteurs de tels identifiants aux risques de sécurité et d'atteintes à la vie privée inhérents à la RFID.

Au final, l'utilisation de la RFID poserait plus de problèmes qu'elle n'en résoudrait, d'autant que les risques de surveillance illégale ou illégitime sont loin d'être encore clairement cernés : alors que nous sommes de plus en plus entourés d'objets dotés de puces RFID rendant possible la traçabilité, à leur insu, des individus, de leurs mouvements et activités, bien malin celui qui peut prédire les conséquences que cela engendrera.

Si, malgré tout, un système basé sur la RFID devait être adopté, le DHS recommande, entre autres :

  • de rendre publiques, à la manière des logiciels open source, l'intégralité de ses spécifications afin de permettre à la société civile d'en vérifier la pertinence, et l'intégrité,
  • de doter de tels systèmes de mécanismes de désactivation définitifs ou temporaires, voire de filtrage ou de blocage des flux de données, afin de laisser la possibilité aux individus de ne pas être surveillé,
  • d'indiquer au moyen d'icônes clairement identifiables et à la manière des systèmes de vidéosurveillance, les endroits où se trouvent les scanners RFID,
  • de déconnecter de l'internet les bases de données des identifiants RFID, et de n'en autoriser l'accès qu'aux personnels, et scanners, du DHS,
  • de mettre en place une campagne d'information afin d'expliquer à l'opinion ce qu'est (ou non) la RFID, et quels sont les droits et protections accordées aux individus.

Puce RFID
Puce RFID

Des puces pour identifier les malades, les cadavres, et les immigrés

Le rapport du DHS, faut-il le préciser, ne concerne aucunement les implants sous-cutanés, mais bien l'utilisation de la RFID en tant que telle aux fins d'identification des êtres humains (contrôles d'accès, passeports et cartes d'identité électroniques) par le gouvernement et les services publics de police et de sécurité. Et si les USA, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, ont réussi à entraîner une bonne partie des pays occidentaux à insérer des puces RFID dans leurs pièces d'identité, le secteur privé n'est pas en reste, loin de là.

Amal Graafstra, auteur d'un livre intitulé RFID Toys (”jouets RFID”) et qui s'est implanté, en guise de clefs, une puce RFID dans chaque main, sait pertinemment qu'on peut lui voler ses identifiants. Mais il n'en fait pas un problème majeur de sécurité, pas plus que de vie privée, et ne craint pas non plus de se faire couper les mains.

Partant du principe que la technologie est neutre, que ce sont ses usages qui peuvent s'avérer problématiques, il préfère se focaliser sur les aspects pratiques, et plus particulièrement ludiques, de tels implants électroniques, qui auraient été adoptés, à ce jour, par quelques 2500 personnes dans le monde.

Ce qui faisait encore peur il y a quelques années, et en effraie encore beaucoup aujourd'hui, participe ainsi d'un phénomène de mode dont le symptôme fut l'ouverture, dans deux boîtes de nuit de Rotterdam et Barcelone, d'espaces VIP réservés à une clientèle ainsi “pucée“.

Surfant sur la vague sécuritaire et le développement de technologies de contrôle et de surveillance, le distributeur mexicain de Verichip avait annoncé le lancement de VeriKid, une puce spéciale enfant, couplée à des scanners installés dans certains points stratégiques, et destinée à lutter contre les enlèvements.

Le projet semble avoir avorté, mais Verichip a déjà pucé le ministre de la justice mexicain et plusieurs des membres de son équipe, ainsi que des employés de CityWatcher, une société de vidéosurveillance américaine.

Interrogé par Annalee Newitz au sujet du piratage de sa puce sous-cutanée, John Proctor, directeur de la communication de Verichip, reconnaît qu'elle ne devrait jamais être utilisée seule, mais couplée à une vérification des papiers d'identité. Ce qui n'empêche nullement la société de continuer à en vanter les mérites pour ce qui est du contrôle d'accès, et plus encore.

Ayant gagné une partie de l'opinion publique à sa cause, la société cible aujourd'hui le secteur de la santé, afin de stocker le dossier médical dans le bras de certains malades (plus de 200 médecins et 90 hôpitaux participent à ce jour à son programme Verimed d'identification des patients).

Verichip vient également de proposer ses services en matière d'identification des cadavres lors des catastrophes naturelles, et des universitaires belges, poussant la logique un peu plus loin, viennent quant à eux de proposer d'implanter une puce RFID dans les dents, et de façon préventive, la dentition constituant la principale technique d'identification des cadavres anonymes.

En réponse à George Bush, qui venait d'évoquer le développement de mesures high tech afin d'endiguer l'immigration clandestine, Scott Silverman, président du conseil d'administration de VeriChip, vient enfin de proposer d'implanter ses puces dans les bras des travailleurs immigrés.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires