Mots-clés |
  • technologie

Des lunettes contrôlées par les mouvements des yeux

Des chercheurs du Fraunhofer Center for Organics, Materials and Electronic Devices de Dresde ont mis au point une paire de lunettes à affichage tête haute pour tourner les pages d’un document numérique à l’aide des mouvements des yeux. Une avancée qui pourrait être utile à tous les professionnels qui ont à consulter des documents tout en gardant les mains libres.

Les lunettes à réalité augmentée conçues par Google. Le pilotage de l’interface se fait à partir d’un pavé tactile  situé sur la branche de la lunette et certaines commandes peuvent être  réalisées avec des mouvements de tête. Leur design est nettement plus esthétique et léger que les lunettes du Comedd. © Google Les lunettes à réalité augmentée conçues par Google. Le pilotage de l’interface se fait à partir d’un pavé tactile situé sur la branche de la lunette et certaines commandes peuvent être réalisées avec des mouvements de tête. Leur design est nettement plus esthétique et léger que les lunettes du Comedd. © Google

Des lunettes contrôlées par les mouvements des yeux - 2 Photos

PDF

Actuellement, les techniciens qui doivent effectuer des interventions manuelles en s’appuyant sur des documents perdent beaucoup de temps car il leur faut sans cesse lâcher leurs outils et perdre leur concentration pour tourner les pages. Le passage à l’informatique avec des versions numériques sur des ordinateurs portables ou des tablettes tactiles a certes permis de gagner en mobilité, mais n’a pas réglé ce problème. Pire, il faut parfois se nettoyer les mains avant de toucher l’écran ou le clavier.

C’est précisément pour remédier à ce problème que des chercheurs allemands du Fraunhofer Center for Organics, Materials and Electronic Devices de Dresde (Comedd) ont développé une paire de lunettes à affichage tête haute que l’on peut piloter avec le mouvement des yeux.

Les lunettes à réalité augmentée mises au point par les chercheurs allemands du Comedd intègrent une puce CMos qui peut à la fois détecter les mouvements des yeux et transmettre des informations pour afficher un document. Destinées aux techniciens et aux chirurgiens, elles leur permettront de travailler et de consulter un manuel technique en tournant les pages grâce à leurs yeux. © Fraunhofer Center for Organics, Materials and Electronic Devices
Les lunettes à réalité augmentée mises au point par les chercheurs allemands du Comedd intègrent une puce CMos qui peut à la fois détecter les mouvements des yeux et transmettre des informations pour afficher un document. Destinées aux techniciens et aux chirurgiens, elles leur permettront de travailler et de consulter un manuel technique en tournant les pages grâce à leurs yeux. © Fraunhofer Center for Organics, Materials and Electronic Devices

Oled, photodiodes et CMos : une première technique

Plus exactement, ces lunettes permettent à l’utilisateur de voir son environnement tout en consultant un document technique affiché sur un microécran Oled dont il peut tourner les pages en bougeant les yeux. « Nous avons doté nos lunettes d’un capteur CMos avec une caméra intégrée et un microécran Oled, pour lequel nous détenons un brevet », explique Rigo Herold, le chef du projet du Comedd. La puce en question, qui mesure 11 mm par 13 mm, combine 4 pixels Oled avec une photodiode qui fait office de caméra pour détecter les mouvements des yeux tandis que les pixels Oled forment un écran qui se superpose au verre des lunettes. Concrètement, le porteur peut voir ce qu’il fait et lorsqu’il lève son regard vers l’horizon, le document technique dont il a besoin s’affiche à la taille d’une projection à un mètre de distance. Pour tourner une page, il suffit de regarder la flèche virtuelle qui apparaît dans le document.

« C’est la première fois que des chercheurs sont parvenus à intégrer ensemble des pixels Oled avec des photodiodes à la surface d’une puce CMos », assure le Comedd dans son communiqué de presse. La puce en question transmet les informations sur le mouvement des yeux à un logiciel sur un ordinateur via une connexion sans fil dont il reçoit en retour les données sur le document technique. Le logiciel qu’utilisent ces lunettes pour gérer le traitement et l’échange des données est compatible avec Windows et Linux.

L’esthétique des lunettes à revoir

Ces lunettes ne sont pas du tout ergonomiques, avec des montures particulièrement épaisses et des verres de taille assez réduite. Rigo Herold reconnaît ce manque d’esthétique mais souligne que les lunettes du Comedd ont une longueur d’avance sur ce qui peut se faire dans ce domaine. « Malgré le fait que les lunettes Google par exemple aient une apparence plus stylisée, naviguer dans leur menu nécessite l’usage de joysticks, ce qui n’est pas le cas de nos lunettes. »

Concernant les lunette Google, dont un premier exemplaire expérimental sortira l’année prochaine, le pilotage de l’interface du système à réalité augmentée combine des mouvements de tête avec l’usage d’un minipavé tactile logé dans la branche de la monture. Quant au Comedd, qui a développé ses lunettes en collaboration avec le Fraunhofer Institute for Optronics, System Technologies and Image Exploitation et la société allemande Trivisio, il indique qu’un kit sera commercialisé prochainement, sans préciser son prix. La technologie est présentée au salon Electronica 2012 qui se tient du 13 au 16 novembre à Munich.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires