Mots-clés |
  • technologie,
  • développement durable,
  • Energie renouvelable

IVy, la voiture solaire la plus rapide du monde

Avec 88 km/h, la Sunswift IVy va entrer dans le Guiness des records. Logique : cet engin monoplace est mû par un moteur électrique uniquement alimenté par des panneaux solaires.

Ici dessinée par image de synthèse, l'IVy a des lignes épurées à l'aérodynamisme soignée. © Sunswift Ici dessinée par image de synthèse, l'IVy a des lignes épurées à l'aérodynamisme soignée. © Sunswift

IVy, la voiture solaire la plus rapide du monde - 3 Photos

PDF

Cet étrange véhicule à trois roues ressemble plutôt à une planche de surf, avec sa carrosserie ultraplate d’où émerge à l’arrière un minuscule cockpit. Costauds s’abstenir : l’IVy, c’est son nom, est réservée aux petits gabarits. C’est bien une voiture et elle le fruit du travail opiniâtre d’une équipe (baptisée Sunswift) de l’université de Nouvelle-Galles du Sud, en Australie.

Le projet fait penser à celui de Solar Impulse et son avion solaire. L’engin est recouvert de panneaux solaires et, comme le HB-SIA, l’IVy s’est élancée sur la piste d’un aérodrome, celle de la base de l'aéronavale HMAS Albatross, près de Nowra, à moins de 200 kilomètres de Sydney.

Une surface plane recouverte de panneaux photovoltaïques montée sur trois roues carénées et qui n'offre qu'une place très réduite à son pilote : c'est la Sunswift IVy. © Sunswift
Une surface plane recouverte de panneaux photovoltaïques montée sur trois roues carénées et qui n'offre qu'une place très réduite à son pilote : c'est la Sunswift IVy. © Sunswift

Le 7 janvier, alors qu’au nord de la Nouvelle-Galles du Sud, le Queensland connaissait des pluies diluviennes, la météo n’était pas si mauvaise et l’équipe a préparé la machine, devant les représentants du Guiness des records. La première tâche fut d’ôter… les batteries au lithium-ion polymère. L’enjeu était en effet de ne rouler qu’à l'aide de l’énergie solaire recueillie par les panneaux photovoltaïques et non par l’électricité emmagasinée dans des batteries. Du même coup, la voiture s’est allégée de 25 kilos.

On sait aller plus vite

Barton Mawer, pilote de course australien, davantage habitué aux moteurs thermiques vrombissants, s'est glissé dans l’IVy pour un voyage de 500 mètres avec retour au point de départ (la vidéo du record, anglophone, se trouve sur YouTube). La vitesse moyenne a été calculée : 88 km/h. Le record du genre est pulvérisé : en 1987, un véhicule conçu par General Motors atteignait 78 km/h.

L’écart entre les deux engins est encore plus marqué qu’il n’y paraît. La Sunraycer de General Motors avait consommé environ 1.500 watts alors que l’IVy a dépensé 1.050 watts. 11 % plus vite avec 33 % d’énergie en moins : c’est la mesure des progrès en matériaux légers et en cellules photovoltaïques entre 1987 et 2010.

Les étudiants australiens de la New South Wales University, réunis autour de Daniel Friedman. © Sunswift
Les étudiants australiens de la New South Wales University, réunis autour de Daniel Friedman. © Sunswift

Cette vitesse n’est pas pour autant un record absolu puisque l’IVy elle-même avait atteint 103 km/h lors du Global Green Challenge de Darwin à Adélaïde, en 2009. Par ailleurs, Louis Palmer a bouclé un tour du monde sur son SolarTaxi, capable de dépasser le 90 km/h. Mais lui utilise des batteries : cette vitesse de pointe puise dans les réserves et ne pourrait être maintenue, même sous le soleil.

Le record est bien sûr symbolique. De même que Bertrand Piccard et son équipe Solar Impulse n’entendent pas démontrer que les avions fonctionneront un jour au solaire, le succès de Sunswift témoigne surtout des progrès réalisés en matière d’énergie solaire. « C'est comme une Formule 1, explique Daniel Friedman. Personne n'achète une telle voiture pour rouler dans la rue mais cela sert à tester de multiples technologies. »


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires