Mots-clés |
  • technologie

Communication sans fil... à l'intérieur d'un appareil électronique

Pour réduire la taille des circuits électroniques et faciliter la conception d'appareils de petites tailles, Sony a eu une idée : supprimer les broches et les fils en réalisant des transmissions de données par radio. Le résultat reste à l'état de prototype mais il fonctionne.

L'ensemble du prototype de Sony, avec, à gauche, l'émetteur à micro-ondes et, à droite, le récepteur. © Sony / Nikkei Electronics L'ensemble du prototype de Sony, avec, à gauche, l'émetteur à micro-ondes et, à droite, le récepteur. © Sony / Nikkei Electronics

Communication sans fil... à l'intérieur d'un appareil électronique - 2 Photos

PDF

Puisqu'une transmission de données sans fil est efficace entre deux appareils, par exemple un mobile et un ordinateur, pourquoi pas utiliser le même principe au sein même d'un téléphone ou d'un baladeur. Le premier avantage est le gain d'encombrement. Dans une puce électronique, le volume dédié aux broches, qui ont tendance à se multiplier au fil des ans, devient aujourd'hui démesuré par rapport à celui du circuit lui-même, qui diminue d'année en année au rythme de la loi de Moore.

De plus, les circuits devenant de plus en plus complexes réclament des connexions toujours plus nombreuses et, qui plus est, à haut débit. Il est intéressant de note que le problème se rencontre aussi sur les supercalcuteurs. En 1976, Seymour Cray l'avait contourné pour son Cray-1 en réalisant un ordinateur de forme circulaire pour réduire au maximum les longueurs des connexions.

Le deuxième avantage intéresse les concepteurs, qui doivent faire tenir de multiples circuits dans des volumes très faibles et aux formes complexes, comme l'intérieur d'un appareil photo ou d'un baladeur. Les multiples liaisons finissent par occuper beaucoup de place. En troisième lieu, une transmission sans fil peut aussi faciliter la communication avec un élément mobile ou détachable.

Le prototype de l'émetteur à micro-ondes (à gauche). On distingue le circuit lui-même (le carré jaunâtre) et, à sa droite, l'antenne, gravée sur le socle. A droite de l'image, le récepteur. © Sony / Nikkei Electronics
Le prototype de l'émetteur à micro-ondes (à gauche). On distingue le circuit lui-même (le carré jaunâtre) et, à sa droite, l'antenne, gravée sur le socle. A droite de l'image, le récepteur. © Sony / Nikkei Electronics

Portée minuscule mais très haut débit

Lors d'un congrès des fabricants de circuits électroniques (ISSCC 2010), qui vient de se clôturer à San Francisco, Sony a montré, à l'état de prototype, un minuscule émetteur-récepteur dans la gamme des micro-ondes (de 30 à 300 GHz). Selon le magazine Tech-On, la fréquence serait, plus précisément de 60 GHz.

Le tout est minuscule, puisque l'ensemble (émetteur et récepteur) n'occupe que 0,13 millimètre carré. Sony indique que ces circuits, de nature CMos, sont gravés avec une finesse de 40 nanomètres. Les antennes mesurent environ un millimètre et assurent une liaison à 11 Gbps (gigabits par seconde) jusqu'à 14 millimètres de distance. La portée est faible, mais, affirme Sony, elle peut atteindre 5 centimètres avec des antennes directionnelles focalisant mieux l'émission.

Le coût de fabrication serait faible et, toujours selon Sony, l'économie des fils ferait de ce principe une technique « à bas coût ». Présentée devant des professionnels du circuit électronique, cette innovation n'est annoncée pour aucun produit prochainement disponible. Mais on peut bien sûr lui imaginer des applications potentielles dans tous les appareils où la place est comptée, comme les mobiles, les caméscopes, les baladeurs ou les appareils photo.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires