Mots-clés |
  • technologie,
  • radar

L’alcolaser, radar à alcoolémie

L’alcool au volant est source majeure d’accidents mortels, surtout en Russie. C’est d’ailleurs à Moscou qu’a été récemment présenté l’alcolaser, un appareil capable de détecter l’ivresse des conducteurs… ou des passagers.

Les accidents de voiture mortels sont en bonne partie causés par l'ivresse au volant. © DR Les accidents de voiture mortels sont en bonne partie causés par l'ivresse au volant. © DR

L’alcolaser, radar à alcoolémie - 1 Photo

PDF

Présenté lors de l’exposition internationale de moyens de sécurité et d'équipement policier Interpolitex à Moscou, l’alcolaser devrait équiper les policiers russes en 2012. Ce radar à alcoolémie, mis au point par la société russe Laser Systems, devrait permettre de réduire les accidents de la route dans ce pays où la consommation de vodka atteint des sommets et où l’alcool est désormais strictement interdit au volant.

Entre le pistolet et la lampe torche, l'alcolaser est paraît-il capable de détecter les vapeurs d’alcool dans une voiture, même à des taux très faibles correspondant aux vapeurs émises par un occupant de la voiture ayant consommé un litre de bière ou un verre de vodka.

Éfficacité jusqu'à 120 kilomètres par heure

Si l'outox n'est pas efficace pour faire chuter l'alcoolémie, l’alcolaser est semble-t-il très performant pour la détecter, puisqu’il peut déceler les contrevenants dans une voiture lancée à 120 kilomètres par heure, au travers de l’habitacle et ce dans un rayon de 20 mètres. Il peut même distinguer l’éthanol contenu dans les boissons alcoolisées d’autres types d’alcool souvent retrouvés dans les produits lave-glace.

L’engin, explique Laser Systems, peut être utilisé manuellement ou de manière automatique. Posé le long d’une route, il peut alors détecter les dangereux conducteurs, enregistrer la plaque d’immatriculation et envoyer les informations à la police qui se chargera d’arrêter la voiture un peu plus loin. Le seul hic : le radar ne peut pas différencier si les vapeurs d’alcool proviennent du conducteur ivre ou des éventuels passagers…

Aucun détail technique n'est donné (on peut penser à une analyse spectroscopique) et on est prié de croire à l'efficacité de l'appareil. On peut noter qu'une société canadienne, QuantumTechnologies, propose un appareil de ce genre, baptisé lui aussi Alcolaser...


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires