Mots-clés |
  • smartphone,
  • réseau,
  • Internet par satellite

Avec le Telecom Infra Project, Facebook prépare l'Internet mobile de demain

Le Telecom Infra Project lancé au Mobile World Congress par Facebook vise à réunir des acteurs des réseaux télécom pour développer la 5G et d’autres réseaux de communication mobile. L’intérêt pour Facebook ? La majorité de ses revenus publicitaires provient des terminaux mobiles…

Facebook tente le pari de faire travailler ensemble les acteurs techniques du monde des télécoms pour définir les standards de la 5G. À la clé, des réseaux plus faciles et moins onéreux à déployer et pour Facebook, la possibilité de toucher un public encore plus large. © AlexLMX, Shutterstock Facebook tente le pari de faire travailler ensemble les acteurs techniques du monde des télécoms pour définir les standards de la 5G. À la clé, des réseaux plus faciles et moins onéreux à déployer et pour Facebook, la possibilité de toucher un public encore plus large. © AlexLMX, Shutterstock

Avec le Telecom Infra Project, Facebook prépare l'Internet mobile de demain - 2 Photos
5G TIP

PDF

Comme chaque année, Mark Zuckerberg, le cofondateur et patron de Facebook, a traversé l’Atlantique pour se rendre au MWC (Mobile World Congress) de Barcelone (Espagne). Le jeune dirigeant était là pour faire deux annonces. La première concerne la réalité virtuelle sur laquelle Facebook a misé en achetant la société à l’origine du casque Oculus Rift. Le réseau social vient de créer une équipe chargée d’explorer la dimension sociale de la réalité virtuelle et les applications envisageables. En effet, Facebook entrevoit un avenir pas si lointain où ses membres, munis de ces casques, se réuniront dans des salons virtuels pour échanger comme s’ils étaient en présence les uns des autres.

Mais « Zuck », comme on le surnomme, était aussi là pour présenter une nouvelle initiative : le Telecom Infra Project (TIP). Il s’agit d’un programme d’ingénierie qui réunit des opérateurs de téléphonie mobile, des équipementiers télécom, des intégrateurs réseaux et d’autres acteurs techniques. L’objectif : faire collaborer tous ces intervenants qui d’ordinaire travaillent de façon plutôt cloisonnée et exclusive afin d’élaborer les réseaux télécoms du futur et en particulier la 5G. Facebook va tenter de reproduire le succès de son programme Open Compute Project qui fédère des acteurs techniques autour de la conception des équipements nécessaires aux centres de données (les datacenters).

Cette photo de Marck Zuckerberg débarquant sans se faire remarquer au beau milieu de la présentation de Samsung au MWC 2016 a créé un énorme buzz sur Internet. Beaucoup d’observateurs y ont vu un scénario à la 1984 de George Orwell avec le jeune dirigeant dans le rôle de Big Brother. Zuckerberg était venu pour parler de ses projets en matière de réalité virtuelle. © Facebook
Cette photo de Marck Zuckerberg débarquant sans se faire remarquer au beau milieu de la présentation de Samsung au MWC 2016 a créé un énorme buzz sur Internet. Beaucoup d’observateurs y ont vu un scénario à la 1984 de George Orwell avec le jeune dirigeant dans le rôle de Big Brother. Zuckerberg était venu pour parler de ses projets en matière de réalité virtuelle. © Facebook

Des poids lourds des télécoms manquent à l’appel

Le TIP se concentrera sur trois domaines précis : l’accès, le backhaul (réseau intermédiaire) et la gestion du réseau. Nokia et SK Telecom (opérateur sud-coréen), qui collaborent déjà sur la 5G, ont rejoint le programme, de même qu’Intel, les opérateurs Deutsche Telekom et EE ainsi qu’une vingtaine d’autres spécialistes des télécoms. On note toutefois quelques absents de taille comme Ericsson, Huawei, Samsung, Fujitsu (qui a récemment battu un record de transmission) ou encore Orange, qui teste déjà sa solution 5G en France. Une compétition farouche oppose ces géants qui cherchent tous à obtenir un avantage technique décisif lors du déploiement de la 5G, attendu à l’horizon 2020.

Facebook veut justement tenter de casser cette logique en prônant une collaboration ouverte inédite dans ce milieu. Dégroupement des composants, mise en commun des architectures techniques et partage de l’information sont censés rendre le déploiement des réseaux mobiles plus facile et moins coûteux. Sur le papier, l’intérêt du TIP semble assez clair pour les acteurs des télécoms concernés. Mais il faudra voir comment les choses évolueront lorsqu’il s’agira de répondre à des appels d’offres pour le déploiement effectif de la 5G dans chaque pays…

Et quel est donc l’intérêt pour Facebook dans tout cela ? La réponse est simple : la publicité. Aujourd’hui, le réseau social tire près de 80 % de ses revenus de réclames émises via des terminaux mobiles. Et selon les chiffres fournis lors de la présentation des résultats financiers, Facebook totalise 1,59 milliard d’utilisateurs mensuels actifs, dont 1,44 milliard se sont connectés depuis leur smartphone ou leur tablette. On l’aura compris, la performance et la disponibilité des réseaux mobiles sont primordiales pour le géant de l’Internet alors qu’il mise sur des échanges de contenus toujours plus denses et riches, en particulier la vidéo et bientôt la réalité virtuelle.

Rappelons enfin que la firme de Mark Zuckerberg travaille en parallèle sur des projets de diffusion d’Internet par le biais de drones solaires et de satellites dans le cadre de son programme Internet.org. Ce vaste projet ambitionne d’offrir un accès Internet aux deux tiers de la population mondiale qui n’en dispose pas encore.


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires