Mots-clés |
  • Open Data,
  • développement durable

Le smartphone pour esquiver la pollution

Pour afficher sur un téléphone l’état de l’air à l’échelle d’un quartier, l’application Plume Air Report s’appuie sur le réseau de capteurs de la ville mais aussi sur un algorithme qui a enrichi son savoir-faire grâce à des méthodes issues de l’intelligence artificielle. C'est une illustration concrète des extraordinaires mines d’informations de « l’open data », comme nous l'explique Romain Lacombe, à qui on doit l'idée, interviewé par Futura-Sciences sur EDF Pulse.

PDF

Application originale, Plume Air Report montre en temps réel l’état de la pollution de l’air à l’échelle d’une ville. Elle fonctionne grâce aux données récoltées par les multiples capteurs (température, ozone, oxydes d’azote, particules fines…) de réseaux de surveillance et fonctionne dans 3.000 villes de 40 pays. Ces données sont publiques – c’est l’open data – mais encore faut-il savoir les analyser. C’est tout l’enjeu du « big data ouvert », qui en est à ses balbutiements.

Il faut recueillir ces données mais aussi les analyser puis les présenter pour les rendre directement exploitables. Leur nombre, leur complexité et leur variété rendent l'opération ardue. Les logiciels capables de ce travail existent mais ceux destinés au grand public sont encore très rares. D'où l'intérêt de se pencher sur cette application, basée sur la méthode d'apprentissage automatique (machine learning, en anglais), issue de l'intelligence artificielle, et qui a montré son efficacité.

Comment profiter de l'open data

Romain Lacombe, le président et fondateur de Plume Labs, a travaillé pour le gouvernement sur la mission Etalab qui, justement, entend permettre l’exploitation du big data. Il répond à nos questions dans le cadre du prix EDF Pulse. Pour connaître ses réponses, cliquez sur ces liens :

  1. Comment un smartphone peut-il analyser des données aussi complexes ?
  2. Comment utiliser cette information ?
  3. Quelles applications peut-on imaginer avec ce genre d'exploitation de l'open data ?

Gratuite, l'application Plume Air Report fonctionne sous Android et pour iPhone. Elle s'appuie sur les données publiques des réseaux de capteurs installés dans 300 villes du monde, dont 40 en France pour le moment. Elle donne l'état de la pollution à l'échelle d'une cité et fournit des prévisions sur l'évolution, annonçant les pics de pollution.

L'application Plume Air Report, imaginée par Romain Lacombe, fournit une information synthétique sur la qualité de l'air d'une ville, en temps réel, et pronostique les pics de pollution. © Lacombe L'application Plume Air Report, imaginée par Romain Lacombe, fournit une information synthétique sur la qualité de l'air d'une ville, en temps réel, et pronostique les pics de pollution. © Lacombe

Le smartphone pour esquiver la pollution - 1 Photo
1 Lacombe Ecrans Appli


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires