Mots-clés |
  • Internet,
  • informatique

Wolfram Alpha : le génie annoncé est là... mais en reste au babillage

Annoncé pour  le 18 mai 2009, Wolfram Alpha a été lancé avec deux jours d’avance. Le bébé a du potentiel mais il en reste au stade du babillage, avec des manques flagrants dans sa base de données. Pour le moment, Wikipédia et Google peuvent dormir tranquilles.

Actuellement, les performances les plus impressionnantes de Wolfram Alpha sont dans le domaine des mathématiques. Il rivalise avec Mathematica, ce qui n'est guère surprenant car il est basé sur ce logiciel. Crédit : 2009 Wolfram Alpha LLC/A Wolfram Research Company Actuellement, les performances les plus impressionnantes de Wolfram Alpha sont dans le domaine des mathématiques. Il rivalise avec Mathematica, ce qui n'est guère surprenant car il est basé sur ce logiciel. Crédit : 2009 Wolfram Alpha LLC/A Wolfram Research Company

Wolfram Alpha : le génie annoncé est là... mais en reste au babillage - 1 Photo

PDF

Depuis quelques semaines, nombreux étaient ceux qui étaient impatients de poser des questions à Wolfram Alpha (WA). Sur la page Facebook ou sur le blog de WA les espérances et l’excitation des internautes étaient palpables. On savait que l’on n’aurait pas affaire au HAL 9000 d’Arthur Clarke mais on s’attendait à quelque chose se rapprochant du Multivac d’Isaac Asimov.

Le résultat actuel est assez décevant mais WA montre quand même quelques capacités qui peuvent être surprenantes et utiles. La version actuelle laisse penser que l’on a bien affaire à un bébé qui vient tout juste de naître... mais pas à l’enfant que l’on attendait.

L’impression dominante est que WA ressemble surtout à un système capable de commander en langage naturel des applications du logiciel Mathematica (un logiciel du même Stephen Wolfram) et pas vraiment encore à un ordinateur capable de calculer des réponses dans divers domaines à partir d’une base de données véritablement encyclopédique.

Mon premier contact avec WA s’est déroulé dans la matinée du samedi 16 mai. J’ai commencé par lui poser des questions dans les domaines que je connais relativement bien, à savoir la physique des hautes énergies et l’astrophysique relativiste. Les questions doivent être posées en anglais et j’ai essayé des concepts élémentaires comme « tensor », « metric »…que visiblement WA ne connaît pas ou presque pas.

Des recherches avec des mots clés comme « Ricci », « Riemann tensor » se sont révélées totalement infructueuses et WA a rapidement fini par m’apprendre que la partie analyse tensorielle était en cours de développement.

Des mathématiques de la relativité je suis passé à la physique des particules élémentaires et à la mécanique quantique. WA ne sait pas ce qu’est l’équation de Schrödinger, la mécanique quantique, un opérateur hermitien, un spineur, un diagramme de Feynman etc. A la question du nombre de quarks dans un proton ou de la nature du boson de Higgs, WA, là aussi, reste sec.

En tant que passionné des volcans, j’ai ensuite tapé « volcano », « magma » puis « lava ». Pour WA, le premier terme renvoie à… une entreprise, le second à un matériau commercialisé fondant à 104°C en moyenne et le dernier conduit à la sempiternelle réponse de WA : « Functionality for this topic is under development... Leave your email address to be notified when it is ready » (les fonctionnalités pour ce sujet sont en cours de développement... (Laissez votre adresse email pour être prévenu lorsque ce sera prêt).

J’ai continué avec quelques noms célèbres en science comme Galois, Maxwell… là aussi inconnus. Dimanche soir, ma première conclusion était « Autant continuer à utiliser Google et Wikipédia ».

Mais il semblerait que les choses évoluent. Ce lundi, WA sait qui sont Evariste Galois et James Clerk Maxwell. Il sait que l’Etna est un volcan et il peut même dire de quand date sa dernière éruption. En paléontologie, ses connaissances semblent beaucoup plus sérieuses. Non seulement il connaît les oviraptors et les vélociraptors mais il peut même me donner une comparaison de leur poids et de leur taille par exemple.

Quid de la culture générale ? WA sait ce que sont des films comme ET, Gladiator, le dernier Star Trek ou le Hamlet de Laurence olivier. Le Faust de Goethe ne lui est pas inconnu, pas plus que la nature d'une Upanishad.

Ces premiers essais montrent que WA est très sensible à la forme de la question et même à la typographie. Le logiciel ignore cousteau mais connaît Cousteau. En tapant « volcano » puis en sélectionant « word », on obtient enfin la bonne réponse.

A la question « France vs India », la réponse est un tableau comparé assez instructif des deux pays. J’apprends ainsi que le PIB de l’Inde est légèrement inférieur à la moitié du PIB de la France et que si l’espérance de vie moyenne dans notre pays est de 81 ans, elle est de moins de 70 ans en Inde. Si je change de nom de pays, WA donne sans aucun problème le même tableau comparatif. Ainsi on peut constater que si l’on vit en moyenne 82 ans au Japon l’espérance de vie n’est que de 38 ans en Angola.

WA peut me dire en combien de temps, en moyenne, je peux me rendre de Paris à Rome en voiture ou en avion mais il se révèle incapable de calculer le temps de vol complet pour rejoindre Catane via Rome en partant de Paris, ce qui est quand même ennuyeux pour un logiciel censé calculer des réponses.

Il lui reste à apprendre

En médecine ou en biologie, on peut connaître le nombre de décès par cancer en France ou en Italie ainsi que la courbe moyenne du taux de globules blanc. Curieusement, si WA sait ce qu’est le QI, il reste muet sur les statistiques le concernant.

On peut aussi obtenir quelques réponses surprenantes ou humoristiques. Essayez par exemple « Hello », « What is my IP », « What is the meaning of life »

Bref, on l’aura compris, pour le moment WA en est au stade du babillage et on s’attendait quand même un peu à mieux. Mais les bébés étant destinés à grandir, il sera intéressant de voir à quel stade de développement sera WA d’ici une année, d'autant que Stephen Wolfram lui-même avait prévenu que WA en était encore qu'à ses débuts, bien conscient que beaucoup de données restaient encore à entrer par exemple. En attendant, Google, Wikipédia et les liens qu’ils fournissent sont la plupart du temps largement meilleurs.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires