Mots-clés |
  • Internet,
  • énergie solaire

Q.rad, un radiateur numérique pour se chauffer gratuitement

La jeune pousse française Qarnot a fait le pari de transformer le radiateur électrique en serveur de calcul. L’objectif est double : vendre aux entreprises de la puissance informatique pour leurs applications tout en chauffant gratuitement des logements ou des bureaux. Un cercle vertueux qui montre une des voies possibles vers un Internet écoresponsable.

Le radiateur numérique Q.rad peut chauffer une pièce d’une vingtaine de mètres carrés grâce à la chaleur dégagée par le travail du serveur de calcul qu’il cache derrière ses dissipateurs. Avec un réseau de radiateurs connectés, Qarnot propose aux entreprises un data center décentralisé dont la puissance est mise à leur disposition pour leurs tâches informatiques intensives. © Qarnot Le radiateur numérique Q.rad peut chauffer une pièce d’une vingtaine de mètres carrés grâce à la chaleur dégagée par le travail du serveur de calcul qu’il cache derrière ses dissipateurs. Avec un réseau de radiateurs connectés, Qarnot propose aux entreprises un data center décentralisé dont la puissance est mise à leur disposition pour leurs tâches informatiques intensives. © Qarnot

Q.rad, un radiateur numérique pour se chauffer gratuitement - 2 Photos
Qarnot Q.rad-17

PDF

Actuellement, il existe 3.775 centres de données ou data centers dans le monde dont 136 en France (source : Data Center Map). La tendance est à l’accélération avec le développement de l’économie numérique, l’explosion de l’Internet mobile, de l’informatique dématérialisée (cloud computing) de loisirs et professionnelle et de l’Internet des objets. Dans son rapport annuel de 2015, l’ONG Greenpeace prédit que le nombre de « mega data centers » est amené à exploser pour représenter 70 % des installations de ce type qui seront construites en 2018. « Près de 80 % de la population adulte mondiale sera connectée à l’Internet en 2020 et le nombre total de terminaux connectés représentera deux fois celui de la population globale en 2018 », peut-on lire dans ce document qui souligne que la consultation de vidéos en streaming est le plus gros consommateur du trafic Internet.

Or, on sait que les centres de données sont très énergivores, tant pour leur fonctionnement que pour leur refroidissement. Les acteurs concernés se mobilisent pour trouver des solutions, notamment en construisant des data centers alimentés par l’éolien, le solaire ou l’hydroélectricité. Des initiatives visent également à réutiliser la chaleur dégagée par les serveurs afin de réduire l’empreinte carbone des calculs informatiques tout en chauffant gratuitement des habitations, des bureaux ou des bâtiments publics.

C’est ce que propose la jeune entreprise innovante française Qarnot avec son radiateur numérique Q.rad. Un Q.rad est en fait un petit serveur muni de plusieurs processeurs multicœurs Intel et de 16 Go de mémoire vive qui exécute à distance, via une liaison Internet par fibre optique, du calcul informatique complexe pour des entreprises. La chaleur dégagée par l’activité intensive des processeurs est transmise à des dissipateurs puis restituée sous forme de chauffage dans une pièce.

Qarnot a profité du CES de Las Vegas pour dévoiler une évolution de son radiateur connecté qui intègre toute une batterie de capteurs (air, température, humidité, décibels…), un système de charge par induction pour les smartphones et une paire de haut-parleurs Bluetooth. © Qarnot
Qarnot a profité du CES de Las Vegas pour dévoiler une évolution de son radiateur connecté qui intègre toute une batterie de capteurs (air, température, humidité, décibels…), un système de charge par induction pour les smartphones et une paire de haut-parleurs Bluetooth. © Qarnot

Des data centers décentralisés

Chaque Q.rad développe 500 W de puissance et peut chauffer une pièce de 14 à 27 m2 répondant aux « normes d’isolation modernes ». Les utilisateurs ont le contrôle de la température via un thermostat et une application mobile qui permet également de gérer le chauffage à distance. La puissance de calcul d’un Q.rad est de 600 gigaflops.

En unissant la puissance de ces radiateurs, Qarnot a créé des data centers décentralisés. Cette capacité de calcul est vendue à des entreprises et des centres de recherche qui peuvent la louer selon leurs besoins. Ce modèle commercial finance la consommation électrique des radiateurs. Chaque Q.rad enregistre sa consommation électrique et informatique. Ainsi, Qarnot peut facturer ses clients en amont et rembourse l’électricité consommée aux utilisateurs chez les qui les radiateurs sont installés.

Selon la start-up, depuis 2014, plusieurs centaines de foyers sont chauffés gratuitement via des Q.rad par l’activité informatique de banques (notamment la BNP Paribas), de compagnies d’assurance, de studios d’animation en 3D ou encore de laboratoires de recherche. Profitant de la COP 21, le Conseil départemental de la Gironde a annoncé qu’il allait acquérir 346 Q.rad pour les installer dans cinquante logements sociaux bordelais.

Mais il n'est pas nécessaire de se chauffer toute l’année. Alors que se passe-t-il lorsque les radiateurs sont coupés ? Pour garantir à ses clients la disponibilité de la puissance de calcul sur l’année, Qarnot sélectionne des sites de déploiement adaptés dans des secteurs qui ont besoin de chauffage en permanence, par exemple pour maintenir de l’eau à température, dans l’industrie ou l’agriculture.

Les Q.rad sont remplacés tous les 3 à 5 ans

L’autre difficulté est de convaincre des entreprises de laisser leurs données circuler ainsi dans des lieux disparates plutôt que de les savoir traitées dans un seul et même data center. Pour cela, Qarnot offre des garanties de sécurité : aucun stockage de données dans les Q.rad, chiffrement des données, protocoles d’authentification, chaque nœud de calcul ne travaille que pour un seul client. De plus, afin de suivre la hausse des performances nécessaires à la croissance des data centers, les Q.rad sont remplacés tous les 3 à 5 ans.

Actuellement, les Q.rad sont déployés par lots de 20 unités minimum et ne peuvent être installés que dans des bâtiments équipés d’une liaison Internet par fibre optique. Ils se branchent sur une prise secteur classique pour l’alimentation et sur une prise Ethernet RJ45 pour la circulation des données. Pour le moment, Qarnot vend ses radiateurs numériques principalement à des bailleurs sociaux et des gestionnaires de bureau mais l’entreprise compte s’adresser directement aux particuliers à partir de 2017.

Pour cela, elle mise sur une toute nouvelle version de son Q.rad qu’elle a présentée au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas. Surfant sur la tendance de la maison intelligente, ce radiateur numérique embarque toute une série de capteurs pour mesurer la qualité de l’air, la luminosité, l’humidité, le niveau sonore ou encore les composés organiques volatils. Ce n’est pas tout, car le nouveau Q.rad fait aussi office de point d’accès Wi-Fi, de chargeur sans fil par induction magnétique et d’enceinte musicale Bluetooth grâce à ses haut-parleurs intégrés. Bref, d’ici quelques années, le radiateur pourrait bien devenir l’équipement le plus high-tech de la maison...


À voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires