Mots-clés |
  • informatique,
  • processeur

Voici le PC qui a le meilleur rendement énergétique du monde

 

Les composants de ce prototype ne sont pas placés dans un boîtier. Toutefois, selon Emile Nijssen, qui a décidément pensé à tout, ils pourraient être assemblés pour créer un PC tout-en-un refroidi de façon passive et consommant moins de 20 watts. © Mux Les composants de ce prototype ne sont pas placés dans un boîtier. Toutefois, selon Emile Nijssen, qui a décidément pensé à tout, ils pourraient être assemblés pour créer un PC tout-en-un refroidi de façon passive et consommant moins de 20 watts. © Mux

Voici le PC qui a le meilleur rendement énergétique du monde - 2 Photos

PDF

Un bricoleur néerlandais explique qu’il a réalisé le PC de bureau haut de gamme présentant le meilleur rendement énergétique du monde. Il est en effet parvenu à diviser par deux la consommation en énergie d’un PC assemblé avec des composants du marché.

Au revoir « overclocking » et course à la puissance. Aujourd’hui est venu le temps de l’undervolting, celui de la course au meilleur ratio consommation/performances ! Il faut dire que la mode est à la mobilité et donc à l’autonomie des batteries. C’est dans cette idée que s’inscrit la prouesse d’un jeune Néerlandais, Emile Nijssen. Sur son site, il affirme avoir réalisé le PC présentant la plus faible consommation électrique sans pour autant sacrifier à la puissance.

Baptisée Fluffy2, sa machine n'est pour le moment qu'un simple assemblage de pièces détachées. Mais elle serait capable de limiter sa consommation à seulement 5,9 watts en veille au lieu de 11,6 watts et seulement 74,5 watts en fonctionnement à 100 % au lieu de 99,6 watts. Autrement dit, la consommation est divisée par deux dans un cas et réduite de 25 % dans l’autre. À titre de comparaison, n’importe quel ordinateur actuel consomme au moins 30 watts en veille.

Sur son blog, Emile Nijssen, dont le pseudo est Mux, explique dans les détails avec de nombreuses photos et illustrations comment il a procédé pour réduire la consommation de son prototype Fluffy2 au maximum. Il publie même ce diagramme de Sankey (la largeur des flèches indique la valeur du flux) pour représenter visuellement les pertes et transferts d’énergie des différents éléments du PC. Sur celui-ci, la largeur des flèches est proportionnelle à la consommation en énergie. Les flèches qui bifurquent représentent la perte d’énergie pour chaque composant. © Mux  

Sur son blog, Emile Nijssen, dont le pseudo est Mux, explique dans les détails avec de nombreuses photos et illustrations comment il a procédé pour réduire la consommation de son prototype Fluffy2 au maximum. Il publie même ce diagramme de Sankey (la largeur des flèches indique la valeur du flux) pour représenter visuellement les pertes et transferts d’énergie des différents éléments du PC. Sur celui-ci, la largeur des flèches est proportionnelle à la consommation en énergie. Les flèches qui bifurquent représentent la perte d’énergie pour chaque composant. © Mux  

La base : l'architecture Ivy Bridge

Concrètement, le PC repose sur une carte mère Intel DQ77KB mini-ITX. Elle accueille un processeur Intel Core i5-3570K, deux barrettes de 8 Go de mémoire vive, un disque SSD de 64 Go et enfin une petite carte Wi-Fi et un récepteur sans fil Logitech. Côté carte graphique, le processeur d’Intel intègre le GPU HD 4000.

Pour Emile Nijssen (Mux sur le Web), le facteur principal permettant la  baisse de consommation provient de l’architecture Ivy Bridge du processeur et sa finesse de gravure de 22 nm. Pour le créateur du PC, c'est d’ailleurs l'une des configurations les plus efficaces possible, puisqu’elle ne consomme que 11,6 watts en veille. Mais pour diviser cette valeur par deux c’est plus compliqué.

La clé : l'undervolting

Pour cela, Mux a réalisé ce que l’on appelle l’undervolting, en français la sous-tension. Autrement dit réduire la tension du courant (les volts) afin de réduire la consommation. C’est l'inverse de l’opération que réalisent habituellement les hardcore-gamers lorsqu’ils augmentent la fréquence du processeur au-delà des recommandations du fabricant (overclocking). En général, ils élèvent également la tension du processeur pour que les commutations des transistors soit facilitées.

En faisant le contraire, on réduit l'échauffement du processeur, et donc sa consommation. Toutefois, il faut trouver un juste équilibre, car la nouvelle tension peut se révéler insuffisante pour assurer la commutation des transistors.

En plus de cette opération, après avoir dressé un diagnostic complet de la consommation d’énergie de chaque composant du PC, Mux est allé plus loin. Il a adapté la carte mère pour la rendre moins énergivore. Pour cela, il a joué du fer à souder pour retirer le slot PCI, des ports Sata et une Led, afin de réduire davantage la consommation d'énergie. Il a également retiré quelques éléments du ventilateur qui devaient diminuer son efficacité.

Le petit génie n’en n’est pas à son coup d’essai, puisqu’il avait déjà conçu un PC de 50 watts (Dennis1) dès 2008 et un autre en 2010 (Dennis2). L’an passé, il est descendu à 9,5 watts sur un NAS.

Il devrait avoir l'occasion de pouvoir battre à nouveau son record l’an prochain puisque Intel vient tout juste de livrer les détails de sa nouvelle famille de processeurs pour 2013 lors de l’Intel Developer Forum à San Francisco. Ainsi, le responsable des produits d’Intel, David Perlmutter affirme que le fondeur parvient encore aujourd’hui à diviser par 20 la consommation en mode veille avec le petit frère de l’Ivy Bridge, baptisé Haswell. Et dans l'avenir son successeur, le Broadwell, devrait faire encore mieux avec une finesse de gravure réduite à 14 nm.

En échange, le fondeur pourrait, quant à lui, s’inspirer des travaux d’Emile Nijssen. Puisque sans trop d’efforts, il pourrait reproduire les optimisations de Fluffy2 pour réduire la consommation de ses cartes mères. Globalement, cela engendrerait certainement de belles économies d’énergie.

 


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires