Mots-clés |
  • informatique,
  • Internet,
  • nuage,
  • Mac,
  • Android,
  • smartphone

Google Drive : Futura-Sciences a testé le service de stockage cloud

Google Drive propose aux utilisateurs 5 Go d’espace gratuit pour stocker tous leurs contenus, auxquels ils peuvent accéder depuis n’importe quel ordinateur ou terminal mobile connecté. Futura-Sciences a testé ce nouveau service cloud.

L’interface en ligne de Google Drive reprend la mise en page minimaliste des autres services Google. On peut manipuler les fichiers et les dossiers par glisser-déposer comme sur un disque dur local. © Marc Zaffagni/EP pour Futura Sciences L’interface en ligne de Google Drive reprend la mise en page minimaliste des autres services Google. On peut manipuler les fichiers et les dossiers par glisser-déposer comme sur un disque dur local. © Marc Zaffagni/EP pour Futura Sciences

Google Drive : Futura-Sciences a testé le service de stockage cloud - 2 Photos

PDF

Il aura fallu du temps, mais Google a enfin lancé hier son service cloud baptisé Google Drive. Au menu, 5 Go d’espace de stockage en ligne où les usagers placeront leurs documents, images, photos et vidéos. Pour utiliser le service qui prend en charge 30 types de fichiers, il faut posséder un compte Google, ce qui est le cas pour les utilisateurs de la messagerie GMail, de Google+ ou de Google Docs, et pour les possesseurs d'un compte YouTube. Drive est alors accessible depuis un navigateur Internet et s’utilise ensuite comme un disque dur local sur lequel on peut créer des dossiers et les organiser. Les utilisateurs de Google Docs remarqueront que la suite bureautique en ligne a été directement intégrée à Drive, de telle sorte que tous les documents apparaissent sur le disque dur virtuel.

Mais pour exploiter au mieux les capacités du service, il faut installer l’application Windows ou Mac qui va créer un dossier de Google Drive sur l’ordinateur. Nous avons testé l’application sous Windows 7. Le dossier Google Drive apparaît dans les Favoris de l’Explorateur Windows et il suffit alors de faire glisser les fichiers ou les dossiers que l’on souhaite synchroniser. Toute modification est immédiatement répercutée, quel que soit l’ordinateur avec lequel on accède à Drive. Pour les mobinautes, une application Android est déjà disponible sur le Google Play et une édition iOS pour iPhone et iPad ne saurait tarder.

Google Drive : des options avantageuses

Nous avons téléchargé et installé l’application mobile sur un Samsung Galaxy Nexus (Android 4.0). En quelques minutes, nous avons pu accéder à tous les fichiers stockés sur notre disque Google Drive pour les ouvrir et les modifier. Le service se montre très réactif et il ne s’écoule que quelques secondes entre le moment où l’on applique une modification et le moment où elle est répercutée.

L’application Android offre plusieurs options intéressantes, à commencer par la possibilité de transférer directement une photo ou une vidéo sur Google Drive. On peut également se servir de son smartphone Android comme d’un scanner en prenant une photo d’un texte imprimé puis en le convertissant au format Google Document en cochant cette option au moment du transfert du fichier. Grâce à un système de reconnaissance optique des caractères (OCR), le texte est extrait et s’affiche dans un document sous la photo. On peut alors effectuer des recherches par mot clé et le modifier à loisir. Une fonction vraiment très pratique.

Exemple d’une capture de texte imprimé pris en photo à l’aide d’un smartphone Android puis converti au format Google Documents. © Marc Zaffagni/EP pour Futura Sciences
Exemple d’une capture de texte imprimé pris en photo à l’aide d’un smartphone Android puis converti au format Google Documents. © Marc Zaffagni/EP pour Futura Sciences

Un service cloud bien intégré

Même si Google Drive ne se distingue pas fondamentalement de ses principaux concurrents (Dropbox, SkyDrive de Microsoft, iCloud d’Apple, Box, SugarSync), il mise avant tout sur son intégration avec les services Google, à commencer par la suite bureautique Docs. On peut aussi partager directement des photos et vidéos depuis Drive sur le réseau social Google+. Par ailleurs, il sera prochainement possible de partager des documents Drive depuis GMail en créant un lien qui fait office de pièce jointe.

Enfin, Google mise sur la contribution des développeurs tiers. Un kit de développement Google Drive est d’ores et déjà disponible afin qu’ils puissent intégrer le service à leurs applications ou en créer de nouvelles. Google cite notamment trois projets en cours pour des fonctions d’envoi de fax, d’édition de vidéos et de création des maquettes de sites Internet directement depuis Drive.

Et si 5 Go de stockage ne sont pas suffisants, plusieurs formules payantes sont proposées. Cela démarre à 2,49 dollars par mois (1,7 euro) pour 25 Go supplémentaires (25 Go sont automatiquement alloués à GMail et Picasa) ou 4,99 dollars (3,7 euros) pour 100 Go.

Par comparaison, Dropbox est plus onéreux. Le service ne propose que 2 Go d’espace gratuit (extensibles jusqu’à 16 Go par un système de parrainage de nouveaux utilisateurs) et il en coûte 9,99 dollars par mois (7,4 euros) pour passer à 50 Go et 19,99 dollars (15 euros) pour 100 Go. Pour iCloud, Apple offre 5 Go puis facture 16 euros par an pour 10 Go, 32 euros pour 20 Go et 80 euros pour 50 Go. Microsoft quant à lui propose 7 Go gratuits avec SkyDrive puis facture 8 euros par an pour 20 Go supplémentaires, 19 euros pour 50 Go et 37 euros pour 100 Go. Google pousse à 16 téraoctets mais il en coûte 800 dollars par mois (un peu plus de 600 euros).


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires