Mots-clés |
  • Univers,
  • Nasa

Les traits du remplaçant des navettes spatiales se dessinent

La NASA continue le développement de sa future fusée, Ares 1 (ex CLV), qui remplacera les navettes spatiales dès 2010. Ce lanceur mettra en orbite le véhicule spatial habité Orion (ex CEV). Aujourd'hui plusieurs entreprises tentent de se partager ce nouveau marché.

Le remplaçant des navettes américaines s'appellera Orion Le remplaçant des navettes américaines s'appellera Orion

PDF

Un groupe de 3 entreprises pour le lanceur Ares 1

Les trois entreprises américaines ATK (Alliant Techsystems), Lockheed Martin et Pratt & Whitney Rocketdyne ont annoncé leur intention de travailler conjointement sur l'étage supérieur du lanceur Ares1, destiné à la mise en orbite du véhicule habité Orion.

ATK est déjà maître d'œuvre du projet sur le premier étage du lanceur, tandis que Lockheed Martin vient de remporter le contrat portant sur le développement d'Orion (ex CEV), et que le développement du moteur J-2X pour l'étage supérieur a été confié à Pratt & Whitney.

La NASA doit publier en novembre prochain une première version des exigences pour l'étage supérieur, suivie par une version plus formelle en février. L'attribution du contrat définitif est, quant à elle, prévue avant la fin de l'année 2007 afin de pouvoir effectuer le premier lancement d'Ares 1 (avec un étage supérieur inerte) autour d'avril 2009. Le premier tir en conditions réelles est, quant à lui planifié, pour l'année 2011.

La NASA confie à Boeing le développement du bouclier thermique d'Orion

L'agence spatiale américaine a récemment sélectionné l'entreprise Boeing pour jouer un rôle de soutien lors de la conception et du développement du bouclier thermique du futur véhicule Orion. Ce contrat d'une valeur de 14 millions de dollars et d'une durée de seize mois sera mené en collaboration avec le centre Ames de la NASA, responsable des protections thermiques du programme d'exploration.

Le bouclier d'Orion devra être capable de protéger la capsule lors de rentrées atmosphériques suite à des séjours sur l'ISS (rentrée à une vitesse de 27000 km/h) ou sur la Lune (rentrée à une vitesse de 40000 km/h), séjour à la suite duquel la rentrée génère une chaleur cinq fois plus importante qu'après un séjour en orbite basse.

Les actions notables que devra mener Boeing sont : le développement d'échantillons de protections thermiques pour mener les premiers tests, une étude de conception détaillée du futur bouclier utilisant le PICA (Phenolic Impregnated Carbon Ablator) ainsi que la conception d'un bouclier taille réelle (5 mètres de diamètre).


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires