Mots-clés |
  • Univers,
  • mars,
  • mer

Mars Explorer Rover : 18 mois de sursis pour deux robots extraordinaires

La Nasa, l'agence spatiale américaine, a donné dernièrement son feu vert pour prolonger jusqu'à 18 mois la mission MER pour les deux robots. Initialement prévue pour trois mois, cette mission technologique et scientifique a montré les performances extraordinaires de deux rovers Spirit et Opportunity.

Vue de Mars par Spirit

Vue de Mars par Spirit

PDF

"Nous prolongeons leur mission jusqu'en septembre 2006 pour profiter encore de ces instruments en excellentes conditions ", a affirmé dans un communiqué le Dr Ghassem Asrar, l'administrateur adjoint de la Nasa. "Spirit et Opportunity ont largement prouvé leurs performances avec les découvertes majeures d'anciens sites ayant contenu de l'eau et qui pourraient avoir abrité des organismes vivants ", a-t-il ajouté.

"Les robots ont déjà fonctionné 11 mois au-delà des trois mois prévus initialement et nous devons maintenant faire des plans sur le long terme pour l'utilisation de ces rovers qui pourraient encore durer un bon moment", a relevé Jim Erickson, le directeur du programme Spirit/Opportunity au Jet Propulsion Laboratory de la Nasa à Pasadena (Californie).

"Spirit et Opportunity, aux antipodes l'un de l'autre sur Mars, s'approchent aujourd'hui de cibles d'exploration hors de portée il y a un an", a pour sa part précisé Doug McCuistion, responsable du programme d'exploration de Mars à la Nasa. « Leurs succès renforcent l'engagement de la NASA pour des missions de retour d'échantillons ou encore de l'exploration humaine de la planète rouge. »

Opportunity est à quelques centaines de mètre d'une région où des roches risquent d'affleurer. Les scientifiques espèrent trouver des roches exposées à l'air libre par l'érosion éolienne plutôt que par impact. En effet ce dernier processus implique la formation de zone bréchique et dans certains cas de métamorphisme d'impact (haute température, très haute pression).

"C'est un voyage dans l'inconnu, vers quelque chose de complètement nouveau," a dit le Dr. Steve Squyres de l'université de Cornell (Etat de N.Y.), investigateur principal pour les instruments scientifiques.

Aujourd'hui, les deux rovers ont cumulé à eux deux près de 10 km à la surface de Mars depuis janvier 2004. Cependant, les panneaux solaires d'Opportunity commencent à se salir par la poussière omniprésente, ce qui risque de ralentir de plus en plus ce géologue électronique. Spirit, quant à lui, est dans un terrain beaucoup plus rugueux que son petit frère, montant une pente rocheuse vers la « Husband Hill ». Le vent a balayé ses panneaux solaires redonnant à Spirit sa puissance d'il y a plus de 8 mois. Seule interrogation pour les ingénieurs : les outils comme la « meuleuse » sont-ils encore en état de marche ? En effet, l'outil d'abrasion avait été conçu pour trois utilisations. Depuis maintenant 15 mois cet appareil fonctionne, mais au vue des dernières utilisations, celui-ci montrait des signes de fatigue. En outre, le spectromètre thermique d'Opportunity semble encore en état de marche malgré les essais indiquant un problème en mars dernier. Tous les autres instruments semblent fonctionner correctement d'après le JPL à Pasadena (Californie).

De notre côté de l'Atlantique, l'agence spatiale européenne (ESA) a confirmé son intention de retourner sur la surface de Mars malgré l'échec de Beagle-2 largué par la sonde Mars Express (MeX) en décembre 2003. C'est avec un robot que l'Europe aspire à retourner sur la planète rouge : la mission ExoMars. Prévue pour 2011, cette mission de 755 millions de dollars (environ 590 millions d'euros) aura pour objectif d'analyser l'atmosphère et la surface afin de trouver d'éventuelles traces de vie.

Les scientifiques doivent encore choisir entre plusieurs concepts de robots et trouver le lieu de l'atterrissage. Le rôle des différents pays participants doit également être défini.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires