Mots-clés |
  • Astronomie

La nébuleuse de la Carène a aussi ses Piliers de la Création

Le télescope spatial Hubble vient de plonger à nouveau dans un joyau de l'hémisphère austral, la nébuleuse de la Carène. En observant dans la longueur d'onde de l'oxygène, Hubble a mis en lumière d'étonnantes sculptures interstellaires.

Les nuages moléculaires de la nébuleuse de la Carène ont été saisis récemment par le télescope spatial Hubble. Crédit Nasa/Esa/Hubble Heritage Team Les nuages moléculaires de la nébuleuse de la Carène ont été saisis récemment par le télescope spatial Hubble. Crédit Nasa/Esa/Hubble Heritage Team

La nébuleuse de la Carène a aussi ses Piliers de la Création - 2 Photos

PDF

Certaines régions célestes  fascinent les astronomes. Ils y reviennent régulièrement, profitant de chaque avancée technologique pour obtenir des images encore plus spectaculaires. Il y a trois ans, au mois de mai 2007, les techniciens en charge du télescope spatial Hubble décidèrent de fêter dignement son dix-septième anniversaire. Ils réalisèrent à cette occasion une gigantesque mosaïque de 48 images couvrant la nébuleuse de la Carène. La mission du télescope spatial semblait alors toucher à sa fin et cette mosaïque était un peu le bouquet final. Mais Hubble a bénéficié depuis de nouvelles missions de maintenance dans le cadre de l'extension de sa mission. Et revoilà la nébuleuse de la Carène sous un nouveau jour...

Connue également sous le nom de NGC 3372, cette nébuleuse se situe à 7.500 années-lumière, en pleine Voie lactée, et se déploie sur un peu plus de 300 années-lumière. La nébuleuse de la Carène intrigue depuis longtemps les astronomes. Parmi les nombreuses curiosités qu'elle recèle, Eta Carinae mérite qu'on s'y arrête quelques instants. Cette étoile, la plus énergétique de la nébuleuse, a atteint la magnitude -0,8 en 1843 avant de décliner pour être aujourd'hui invisible à l'œil nu. L'explosion qui s'est produite il y a 167 ans dans l'étoile a formé une gigantesque nébuleuse dont la taille avoisine actuellement celle du Système solaire. Elle se nomme la nébuleuse de l'Homunculus et se présente sous la forme de deux lobes symétriques, qui cachent Eta Carinae.

La nébuleuse de l'Homunculus est le résultat d'une explosion de l'étoile Eta Carinae en 1843. Crédit Nasa/N. Smith
La nébuleuse de l'Homunculus est le résultat d'une explosion de l'étoile Eta Carinae en 1843. Crédit Nasa/N. Smith

NGC 3372, une pouponnière stellaire

De nouveau, Hubble vient de pointer son regard acéré sur la nébuleuse de la Carène. En privilégiant les prises de vues à l'aide de filtres permettant de sélectionner la longueur d'onde de l'oxygène, les astronomes ont souhaité accentuer le contraste des nuages moléculaires pour les mettre en valeur. Ces nuages, qui se composent de gaz et de poussière, se détachent comme des éclaboussures sombres sur le fond lumineux de la nébuleuse. A notre connaissance de tels nuages moléculaires sont les seuls endroits à proposer les conditions idéales pour permettre la création de nouvelles étoiles, en raison de leurs basse température (aux alentours de -260 degrés Celsius) et de leur forte densité. La composition de ces nuages est toujours la même : 90% d'hydrogène, 9% d'hélium et 1% d'éléments rares et de poussière. Lorsqu'une onde de choc (provoquée par l'explosion d'une supernova par exemple) traverse de tels nuages, certaines régions sont comprimées sous forme de grumeaux où l'échauffement du gaz peut atteindre le million de degrés et déclencher l'allumage de protoétoiles.

Les nuages moléculaires de la nébuleuse de la Carène rappellent les célèbres Piliers de la Création dans la nébuleuse de l'Aigle, une autre région céleste qu'affectionnent les astronomes et que le télescope Hubble avait révélé dans toute sa beauté en 1995.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires