Mots-clés |
  • Astronomie,
  • météorite de l’Oural,
  • astéroïde,
  • bolide

La météorite de l’Oural pesait près de 10.000 tonnes

La Nasa a publié ses conclusions sur la chute et l’explosion d’une météorite vendredi 15 février, en Russie, qui a fait plus d’un millier de blessés : ce corps devait mesurer une quinzaine de mètres et peser entre 7.000 et 10.000 tonnes. Les premiers débris viennent d’être retrouvés.

Un débris de la météorite de l'Oural. On sait déjà qu’il s’agit d’une chondrite, c'est-à-dire une pierre contenant du métal, et provenant d'astéroïdes qui figurent parmi les plus anciens du Système solaire. © Photo Denis Panteleev, Ria Novosti Un débris de la météorite de l'Oural. On sait déjà qu’il s’agit d’une chondrite, c'est-à-dire une pierre contenant du métal, et provenant d'astéroïdes qui figurent parmi les plus anciens du Système solaire. © Photo Denis Panteleev, Ria Novosti

La météorite de l’Oural pesait près de 10.000 tonnes - 2 Photos

PDF

Lorsqu’elle a explosé, la « météorite de l’Oural » a dégagé une énergie équivalente à 500 kT de TNT, soit une trentaine de fois l'énergie estimée de la bombe atomique tombée sur Hiroshima en août 1945. C’est ce qu’a annoncé la Nasa après l’étude de la trajectoire de ce corps, alors que les premières estimations parvenaient seulement à 30 kT. Le souffle de l’explosion a détruit des bâtiments et brisé d’innombrables vitres, dont les éclats ont fait de nombreux blessés, légers pour la plupart. Les autorités russes parlent aujourd’hui de plus d’un millier de victimes. « Un tel événement survient en moyenne une fois par siècle », a expliqué Paul Chodas, spécialiste des géocroiseurs au JPL.

La météorite est entrée dans l’atmosphère à 18 km/s (près de 65.000 km/h). Le petit astéroïde a ensuite parcouru le ciel pendant une trentaine de secondes avant de se désintégrer au-dessus de la ville russe de Tcheliabinsk (ou Chelyabinsk), à 1.500 km à l’est de Moscou, dans le sud de la chaîne de l’Oural. Sa trajectoire a pu être reconstituée grâce aux enregistrements en infrasons effectués en permanence en différents endroits du globe.

Le matin du 15 février 2013, près de Tcheliabinsk, en Oural, une longue traînée lumineuse est apparue dans le ciel. Une énorme explosion a suivi, dont le souffle a causé de nombreux dégâts et des victimes, pour la plupart blessées par les éclats de verre projetés par les vitres brisées. L'objet était une modeste chondrite d'une quinzaine de mètres de diamètre. © Rickgobe, YouTube
Le matin du 15 février 2013, près de Tcheliabinsk, en Oural, une longue traînée lumineuse est apparue dans le ciel. Une énorme explosion a suivi, dont le souffle a causé de nombreux dégâts et des victimes, pour la plupart blessées par les éclats de verre projetés par les vitres brisées. L'objet était une modeste chondrite d'une quinzaine de mètres de diamètre. © Rickgobe, YouTube

Premiers débris retrouvés : la météorite russe est une chondrite

La taille de ce corps était de 15 à 17 m et sa masse comprise entre 7.000 et 10.000 t. Sa taille est donc le tiers de 2012 DA 14, l’autre astéroïde du 15 février qui, lui, atteint quelque 130.000 t. La proximité dans le temps de ces deux passages est une pure coïncidence, insiste la Nasa. Les trajectoires des deux corps sont en effet très différentes. L’astéroïde 2012 DA 14 venait grosso modo du sud et a frôlé la Terre à 28.000 km, presque perpendiculairement au plan équatorial avant de s’éloigner vers le nord. La météorite de l’Oural venait du secteur nord de notre ciel et suivait une trajectoire dirigée vers le sud-est.

La recherche des débris a commencé ce weekend, notamment dans le lac de Tchebarkoul, juste à côté de la ville éponyme, où la couverture de glace a été perforée d’un trou de 6 m de diamètre. C’est à proximité qu’ont été retrouvés les premiers restes, d’après l’agence de presse Ria Novosti, qui publie ce matin les photos de petits cailloux attribués à la météorite. « [Elle] est de la classe des chondrites, c'est une pierre dont la teneur en fer est de près de 10 %. Elle devrait s'appeler "la météorite de Tchebarkoul" », selon Viktor Grokhovski, de l’université de l’Oural, interrogé par Ria Novosti.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires