Mots-clés |
  • Astronomie,
  • mercure,
  • Nasa,
  • Système solaire

En images : Mercure à bout portant

Le survol de la brûlante Mercure par la sonde Messenger aura fourni aux astronomes et astrophysiciens de quoi alimenter leurs recherches au moins jusqu’au prochain passage à proximité de la planète, en octobre prochain.

Y posera-t-on un jour le pied ? Credit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington Y posera-t-on un jour le pied ? Credit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington

En images : Mercure à bout portant - 11 Photos

PDF

En attendant, ne boudons pas notre plaisir et contemplons ces quelques vues sélectionnées parmi les plus significatives et les plus spectaculaires.

Un intrigant cratère

Le fond de ce cratère de 52 kilomètres de diamètre montre un dispositif d'effondrement en forme de combiné téléphonique, qui évoque une activité volcanique présente juste sous son plancher.

Crêtes et falaises sur Mercure

Prise à 5.000 kilomètres du sol, cette image, montrant une zone carrée de 200 kilomètres de côté, dévoile un passé géologique complexe. Une partie d'un ancien et grand cratère occupe la majeure partie inférieure gauche de l'image. Un arrangement de crêtes et de falaises en forme de Y traverse le plancher du cratère. Les ombres définissant les crêtes sont projetées sur son plancher du cratère par le Soleil situé à droite, montrant des plaines en marches d'escalier décroissantes.

La branche principale droite du Y parcourt le plancher et le bord du cratère, et se projette vers l’extérieur de l'image. Ces escarpements ont été formés pendant la période de formation de la croûte de la planète, au moment de son refroidissement.

Des restes faiblement visibles de quelques cratères apparaissent sur le côté droit de l'image, indiquant probablement que ceux-ci, en forme de cuvette (comme ceux situés sur le plancher du grand cratère), ont été plus tard inondés par le volcanisme ou d'autres processus de formation de plaines.

L'image historique

Messenger a transmis cette image historique exactement neuf minutes après son passage à la plus courte distance de Mercure, soit 200 kilomètres. Elle a été prise par l'instrument WAC (Wide Angle Camera) du système MDIS (Mercury Dual Imaging System) avec un filtre rouge de 750 nm et est la première d’une série.

Un cratère pour comprendre Mercure

Cette vue montre une partie de très grand cratère situé à proximité de l’équateur, dans la zone encore jamais observée. Terrasses, effondrements post-impact et couvertures d’éjectas formant un terrain accidenté autour de la formation sont autant d’indices de son jeune âge, qui pourra être évalué avec plus de précision en dénombrant les cratères qui s’y sont ensuite superposés.

Jeux d’ombres sur un croissant de Mercure

Lorsque Messenger a survolé Mercure le 14 janvier 2008, il a transmis ce croissant de planète qui montre des parties déjà observées par Mariner 10 trente trois ans auparavant mais dans des conditions d’ensoleillement défavorables. L’éclairement, cette fois, met en valeur les jeux d’ombre et de lumière, révélant la topographie du terrain.

Plaines et montagnes

Alors que Messenger survolait les plaines cratérisées de Mercure, ses caméras ont saisi cette image montrant une variété de textures, depuis les plaines lisses du centre, jusqu’aux nombreux cratères d’impact et du matériau qui semble avoir été éjecté du grand cratère à l’angle inférieur droit. La sonde a transmis plus de 1.200 images de ce type, qui aideront à retracer l’histoire de cette planète si difficilement observable depuis la Terre.

Formations géologiques et cratères

Le cratère à double rempart visible dans le haut de cette image semble empli du même matériau que celui recouvrant les plaines, probablement déversé à la suite de la formation d’une falaise qui recoupe aussi un second cratère, plus petit, situé en haut à gauche.

Surface cratérisée de Mercure

Durant son survol du 14 février dernier, Messenger a saisi plusieurs images à haute résolution de Mercure, comme celle-ci montrant un cratère dont la matière éjectée rayonne vers l’extérieur. Tout un réseau de cratères rapprochés sont également visibles. Des documents comme celui-ci fournissent des indices sur la formation et la composition de la planète.

Une des premières vues détaillées

Cette image prise le 14 janvier 2008 durant l’approche montre une collection de petits cratères ainsi que de nombreux indices qui aideront les géologues à retracer les processus de formation de la planète au cours des quatre derniers milliards d’années. Une des falaises d’escarpement les plus hautes jamais observées sur Mercure est visible du centre vers le bas de l’image. Une poussée vraisemblablement d’origine tectonique semble avoir poussé le terrain en bas à gauche de cette photo vers le haut et au-dessus de la partie supérieure droite. Cette vue a été prise depuis une distance de 5.800 kilomètres et couvre une zone de 160 kilomètres de côté.

Première vision en territoire inconnu

Première image prise de la zone encore jamais observée de Mercure, depuis une distance de 27.000 kilomètres, montrant des détails de 9.500 mètres. Cet hémisphère, fortement cratérisé, est bordé dans sa partie supérieure droite par le bassin Caloris. Peut-être formé par l’impact d’un astéroïde ou d’une comète, Caloris est probablement un des plus grands et plus jeunes bassins du système solaire

Crédit des images : Nasa/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Carnegie Institution of Washington


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires