Mots-clés |
  • Astronomie,
  • biologie,
  • Kepler,
  • exobiologie,
  • corot,
  • Nasa

En bref : Kepler est sauvé et chasse de nouveau les superterres

Bonne nouvelle pour les exobiologistes : Kepler, le chasseur de superterres, est à nouveau opérationnel. Après le « décès » de Corot, on pouvait craindre il y a quelque temps qu’il soit suivi de celui de son cousin de la Nasa. Mais heureusement, un repos forcé de dix jours semble bien avoir permis à Kepler de redevenir manœuvrable.

Une vue d'artiste montrant Kepler chassant des exoplanètes dans la Voie lactée. Il utilise pour cela la méthode des transits planétaires. © Nasa Une vue d'artiste montrant Kepler chassant des exoplanètes dans la Voie lactée. Il utilise pour cela la méthode des transits planétaires. © Nasa

En bref : Kepler est sauvé et chasse de nouveau les superterres - 2 Photos

PDF

Le 17 janvier 2013, les ingénieurs en charge du satellite Kepler constataient un inquiétant problème de friction au niveau de l’une des trois roues de réaction restantes de ce chasseur d’exoplanètes. À terme, l'incident risquait d'empêcher de conserver l'orientation de l'instrument vers la portion de la Voie lactée qu’il scrute sans relâche pour découvrir des transits planétaires. Ces roues permettent en effet de corriger des dérives sans recourir à des propulseurs alimentés par du carburant, ce qui allège la charge utile lors d’un lancement.


Une vidéo de présentation de la mission Kepler. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle avec deux barres horizontales en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître, si ce n'est pas déjà le cas. En passant simplement la souris sur le rectangle, vous devriez voir l'expression « Traduire les sous-titres ». Cliquez pour faire apparaître le menu du choix de la langue, choisissez « français », puis cliquez sur « OK ». © nasaames, YouTube

Kepler avait déjà permis de faire d’importantes découvertes concernant les exoplanètes, notamment en contribuant à l’évaluation de leur distribution en masse et en rayon dans la Voie lactée.

En combinant les observations de son cousin Corot, hélas définitivement inopérationnel, et celles réalisées au sol, on sait maintenant que les planètes rocheuses potentiellement habitables abondent par milliards dans la Galaxie.

Les exoplanètes traquées par Kepler, des cibles pour Seti

Kepler devait permettre d’en apprendre encore plus, et il aurait été désolant que sa carrière s’arrête alors que des fonds supplémentaires pour poursuivre sa quête de sœurs de la Terre jusqu'en 2016 avaient été alloués.

Début 2013, plus de 2.000 candidates au titre d'exoplanète ont été détectées par Kepler. On voit sur ce schéma leur répartition en taille. Les exoplanètes rocheuses de taille inférieure à deux fois le rayon de la Terre (Earth-size et Super Earth-size, à gauche) ne sont pas rares. © Nasa
Début 2013, plus de 2.000 candidates au titre d'exoplanète ont été détectées par Kepler. On voit sur ce schéma leur répartition en taille. Les exoplanètes rocheuses de taille inférieure à deux fois le rayon de la Terre (Earth-size et Super Earth-size, à gauche) ne sont pas rares. © Nasa

C’est pourquoi dix jours de repos sans prises de données lui ont été imposés. Le 27 janvier, les ingénieurs de la Nasa ont pu constater que ces vacances forcées ont payé. Comme prévu, le lubrifiant dans la roue de réaction qui donnait des soucis s’est bien redistribué, restaurant la capacité d’orientation de Kepler.

Le télescope devrait donc continuer à fournir aux chercheurs (par exemple aux membres du projet Seti) des cibles où l’on pourrait tenter de détecter des biosignatures, et même des technosignatures, dans un avenir pas trop lointain.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires