Mots-clés |
  • Astronomie,
  • Curiosity,
  • mars,
  • cratère Gale,
  • rover martien,
  • Nasa

En bref : Curiosity découvre un objet brillant… et martien

Quelque chose brille dans un petit trou creusé par la pelle de Curiosity. Est-ce encore un déchet en plastique détaché du rover martien, comme celui découvert début octobre ? Non, affirme l’équipe de Terriens qui s'occupent du robot. Ce caillou brillant sera bientôt récupéré dans la pelle qui réalisera le prochain prélèvement confié au laboratoire Sam...

L'image prise par Mahli (Mars Hand Lens Imager), un appareil photo fixé au bout du bras de Curiosity, aux côtés d'autres instruments, et chargé des prises de vue rapprochées. L'image date du 15 octobre et montre la trace, sur environ 4 cm, laissée par le coup de pelle effectué une semaine plus tôt pour un prélèvement. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS L'image prise par Mahli (Mars Hand Lens Imager), un appareil photo fixé au bout du bras de Curiosity, aux côtés d'autres instruments, et chargé des prises de vue rapprochées. L'image date du 15 octobre et montre la trace, sur environ 4 cm, laissée par le coup de pelle effectué une semaine plus tôt pour un prélèvement. © Nasa/JPL-Caltech/MSSS

En bref : Curiosity découvre un objet brillant… et martien - 1 Photo

PDF

C’est l'appareil photo macroscopique Mahli (Mars Hand Lens Imager), placé au bout du bras articulé, qui l’a repéré : un petit caillou très clair au fond du trou creusé par la pelle de Curiosity lors du deuxième prélèvement de sol martien. Tout le monde ayant en mémoire le morceau de plastique découvert le 8 octobre dernier et qui provenait du rover lui-même, l’équipe a craint la présence d’un nouveau déchet, et donc d’une contamination du sol martien que Curiosity est en train d’analyser.

Non, affirme-t-elle maintenant. Cette petite perle de quelques millimètres est un minéral jusque-là enterré dans le sable et que la pelle a mis au jour. On ignore tout de sa nature mais le prochain prélèvement l’emportera vers le minilaboratoire Sam (Sample analysis at Mars, analyseur d’échantillon martien).

Cet ensemble comporte trois instruments : un chromatographe en phase gazeuse, qui sépare les constituants d’un mélange, et, pour analyser chacun d’eux, un spectromètre de masse et un spectromètre à laser. Sam peut ainsi identifier une large gamme de composés minéraux et organiques (à base de carbone) et même déterminer les variantes isotopiques des atomes de carbone (ce qui permet de mieux préciser leur origine). On en saura donc bientôt plus sur la nature de ce sable et de son caillou...


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires