Mots-clés |
  • Astronomie,
  • esa,
  • planck,
  • Mars Express,
  • agence spatiale européenne,
  • Univers,
  • rayonnement fossile,
  • Système solaire,
  • ExoMars,
  • ExoMars 2016,
  • ExoMars 2018

En 2013, l'Esa promet des résultats astronomiques extraordinaires

Des résultats astronomiques inédits. C’est en ces termes que Jean-Jacques Dordain, le directeur général de l'Agence spatiale européenne, a promis de dévoiler des avancées tout au long de l’année concernant les missions Planck, Herschel et Mars Express.

Le 21 mars, l'Esa dévoilera ce que nous ont appris les données fournies par le télescope spatial Planck. Très attendues par la communauté des cosmologistes et présentées comme inédites, elles nous apporteront un nouvel éclairage sur l'histoire de la formation de l'univers. © Esa Le 21 mars, l'Esa dévoilera ce que nous ont appris les données fournies par le télescope spatial Planck. Très attendues par la communauté des cosmologistes et présentées comme inédites, elles nous apporteront un nouvel éclairage sur l'histoire de la formation de l'univers. © Esa

En 2013, l'Esa promet des résultats astronomiques extraordinaires - 2 Photos

PDF

Lors de ses vœux à la presse, Jean-Jacques Dordain, le directeur général de l'Agence spatiale européenne, a annoncé vouloir à l’avenir « mieux et plus communiquer sur les résultats scientifiques des missions de l’Esa » et promis pour 2013 des « résultats uniques et inédits » des missions Planck, Herschel et Mars Express. Il a également donné son feu vert à deux « manœuvres risquées au-dessus de Phobos et Venus ».

Un des résultats les plus attendus concerne la mission Planck. Depuis que ce satellite, lancé en 2009 en même temps qu’Herschel, a tracé une carte du rayonnement fossile, on attendait beaucoup de son interprétation. De cette lumière, la plus ancienne de l'univers, les cosmologistes ont tiré de nouvelles informations significatives et inédites sur l’origine, l’âge et l’évolution de l’univers.

Lancée en novembre 2005 et en orbite depuis avril 2006, Venus Express a depuis rempli ses objectifs scientifiques, notamment sur la connaissance de son atmosphère. L'Esa peut bien tenter une manœuvre délicate d'aérofreinage pour baisser son orbite. © Esa
Lancée en novembre 2005 et en orbite depuis avril 2006, Venus Express a depuis rempli ses objectifs scientifiques, notamment sur la connaissance de son atmosphère. L'Esa peut bien tenter une manœuvre délicate d'aérofreinage pour baisser son orbite. © Esa

En juin, l’Esa dévoilera la carte globale de la minéralogie de la planète Mars, en particulier des minéraux hydratés qui sont un très bon indicateur de l’histoire de l’eau. Cette carte servira pour « sélectionner les sites d’atterrissage des missions ExoMars 2016 et 2018 ». Quant à Herschel, l’équipe scientifique présentera des informations inédites sur la façon dont se forment les étoiles et dévoilera la carte complète du plan galactique.

Pilotage risqué pour Mars Express et Venus Express

L’année 2013 se terminera de façon spectaculaire avec un survol très rapproché de Phobos, un des deux satellites naturels de Mars. S’il ne s’agit pas du premier survol de Phobos, c'est celui qui s'en approchera le plus. La sonde Mars Express le survolera à seulement 47 km de la surface lors d’une manœuvre assez risquée, car cette escapade n’était pas prévue. Pour le coup, l'Esa réalise des manœuvres « qu’on n’imaginait pas faire au début de la mission, en 2003 ». Le feu vert a été donné en raison du fait que la sonde a « rempli depuis bien longtemps ses objectifs ».

Autre pilotage risqué, celui de la sonde Venus Express, lancée en novembre 2005. L’Esa va abaisser son orbite à l’aide de manœuvres dites d’aérofreinage, qui consistent à utiliser l’atmosphère de la planète pour réduire la vitesse de la sonde, et donc son altitude. L’intérêt de cette manœuvre, utilisée par la Nasa pour mettre en orbite certaines de ces sondes martiennes, est la faible consommation de carburant. Cependant, la sonde risque de chauffer plus que la normale, voire d’être sérieusement secouée.

Enfin, l’année 2013 est celle du maximum d’activité du Soleil dans son cycle de 11 ans. L’Esa compte en tirer profit pour pouvoir comparer ses effets sur les trois planètes autour desquelles elle possède des sondes en activités (Vénus, la Terre et Mars).


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires