Mots-clés |
  • Astronautique,
  • X-37B,
  • drone spatial,
  • Atlas V

X-37B : l'US Air Force lance un démonstrateur d'avion spatial sans pilote

L’armée de l’air américaine vient de lancer l’X-37B, un démonstrateur d’avion spatial sans pilote basé sur le programme X-37 de la Nasa qui devait servir de base au successeur de la navette. L’engin a décollé de Cap Canaveral, en Floride et devrait atterrir en Californie, sur la base de Vandenberg, à l’issue d’une mission secrète de plusieurs mois. Il a été lancé dans la nuit de jeudi à vendredi par une Atlas-5.

L'X-37B est un projet d’avion spatial sans pilote basé sur le programme X-37 de la Nasa qui devait servir de base au successeur de la navette spatiale. Crédit Boeing L'X-37B est un projet d’avion spatial sans pilote basé sur le programme X-37 de la Nasa qui devait servir de base au successeur de la navette spatiale. Crédit Boeing

X-37B : l'US Air Force lance un démonstrateur d'avion spatial sans pilote - 1 Photo

PDF

Ce drone spatial, conçu par Boeing, ressemble à une navette spatiale miniature. Long de 8,9 mètres pour une envergure de 4,5 m, il diffère des Discovery et autre Atlantis sur de nombreux points. Même si sa façon de voler est similaire aux navettes, l’X-37B a besoin d’un lanceur pour rejoindre l’espace mais des panneaux solaires lui permettent de rester plusieurs mois en orbite contre seulement deux semaines pour la navette.

Très peu d’informations circulent sur la finalité de ce projet. Dans son communiqué de presse, l’armée de l’air des Etats-Unis a précisé que ce véhicule « est avant tout un banc test conçu pour tester en orbite de nouvelles technologies et des composants avant de les utiliser sur des satellites opérationnels ». Les responsables de la mission n’ont pas souhaité préciser quelles technologiques seront testées en orbite et encore moins ce que contient la soute de l’engin. Si l’on se fie aux informations que l’on avait récupérées en 2006, il se pourrait qu’il teste des systèmes avancés de navigation, de contrôle, de guidage, de rentrée atmosphérique (protection thermique) et d'atterrissage autonome. Il devrait également valider des concepts structuraux et vérifier la conformité d’isolants et de joints liés à la réutilisabilité de l’engin.

La plus grande incertitude entoure ce programme. Bien que l’US Air Force prévoit de lancer un deuxième engin en 2011, vraisemblablement doté de nouvelles capacités, il va de soit que l’avenir de ce programme dépend des résultats de cette mission. Reste qu’avec l’abandon de la navette à la fin de l’année, les Etats-Unis voient leurs capacités d’accès à l’espace fortement réduites, un comble pour une puissance spatiale dont l’espace fait partie intégrante de sa stratégie de défense. Comme le souligne une note de la Fondation Robert Schuman, « le concept de space dominance a pris le pas sur celui d'air dominance, considérée comme acquise par les responsables américains ». Autrement dit, l’accès de l’espace est un besoin vital pour les Etats-Unis qui doivent avoir la capacité à répondre à tout type de besoins ou de menaces.

Cet engin peut-il répondre aux besoins futurs des Etats-Unis ? La réponse est très clairement oui. Le X-37B a vocation à devenir un engin spatial à mise en œuvre rapide, par un lanceur dépensable (Atlas V, Delta IV). Ce type de drone spatial pourrait être utilisé pour une multitude de missions. Du lancement de satellite à la récupération de charge utile sans oublier la reconnaissance et la surveillance, l’X-37B est dimensionné pour répondre dans l’urgence à des besoins mettant en jeu la sécurité des Etats-Unis ou celle de ses alliés.

Le X-37 devait préfigurer le successeur de la navette

Au début des années 2000, le X-37 est dans la lignée des projets X de la Nasa. Il s'agit d'un démonstrateur de vol de technologie avancée inscrit dans l'Initiative de lancement de la Nasa qui préfigurait l'Avion spatial orbital, un concept de véhicule spatial qui devait remplacer la navette spatiale en 2010. Cet engin spatial réutilisable était conçu pour fonctionner en orbite et affronter les phases de rentrée atmosphérique. Il reposait sur 2 démonstrateurs : le X-37 Approach and Landing Test Vehicle et le X-37 Orbital Vehicle. Le premier devait valider les phases d'approche et d'atterrissage et le second la rentrée atmosphérique, le descente et l'atterrissage.

A la suite de la perte de la navette Columbia en février 2003, la Nasa a remis à plat l'ensemble de son programme de vol habité et décidé de revenir à des concepts de véhicules spatiaux habités plus sûrs et moins novateurs. Le projet OSP sera abandonné et par ricochet le X-37. Pour succéder à la navette, la Nasa se lance alors dans le programme Constellation qu’Obama vient d’abandonner. Ce programme prévoyait le développement d’une famille de véhicules spatiaux de type Apollo et deux lanceurs dépensables utilisant des étages et des moteurs largement éprouvés.

Bien qu’aucun vol orbital d’essai n’ait été réalisé, l’armé de l’air des Etats-Unis s’approprie le projet en 2006 et le militarise. Il prend alors la dénomination X-37B.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires