Mots-clés |
  • Astronautique,
  • Espace,
  • Shenzhou,
  • vol habité,
  • accès à l'espace,
  • CNSA,
  • sortie extravéhiculaire

Shenzhou-10 : la Chine annonce sa prochaine mission habitée

La cinquième mission habitée de la Chine, depuis celle de Yang Liwei en 2003, est prévue cet été. Trois taïkonautes seront de nouveau lancés à bord d’une capsule Shenzhou à destination du module orbital Tiangong-1.

Depuis le Centre spatial de Jiuquan, dans le désert de Gobi, décollage du vaisseau Shenzhou-9 lancé par une fusée Long March 2F. Le même lanceur emportera Shenzhou-10 vers le module orbital Tiangong-1 cet été. © Ng Han Guan, AP Depuis le Centre spatial de Jiuquan, dans le désert de Gobi, décollage du vaisseau Shenzhou-9 lancé par une fusée Long March 2F. Le même lanceur emportera Shenzhou-10 vers le module orbital Tiangong-1 cet été. © Ng Han Guan, AP

Shenzhou-10 : la Chine annonce sa prochaine mission habitée - 2 Photos

PDF

L’agence de presse Xinhua, plus connue sous le nom de Chine nouvelle, a confirmé le lancement cet été de la capsule Shenzhou-10 avec trois taïkonautes à son bord. Ce véhicule spatial sera emmené par une fusée Long March 2F à destination de Tiangong-1.

Pour l’instant, aucune date précise de lancement n’a été indiquée. On sait seulement que l'équipage décollera entre les mois de juin et d’août, comme cela a été le cas pour la précédente mission habitée, en juin 2012 (Shenzhou-9).

Transformer l’essai avec Shenzhou-10

Après le succès de la dernière mission, au cours de laquelle les taïkonautes ont procédé pour la première fois à deux amarrages avec Tiangong-1, un manuel et un automatique, la prochaine mission aura pour objectif de transformer l’essai, en quelque sorte.

Juin 2012 : amarrage réussi entre le véhicule spatial Shenzhou-9 et le module orbital Tiangong-1. © Centre spatial de Jiuquan, AFP
Juin 2012 : amarrage réussi entre le véhicule spatial Shenzhou-9 et le module orbital Tiangong-1. © Centre spatial de Jiuquan, AFP

Pour la China National Space Administration (CNSA), il sera en effet de nouveau question de procédures d’amarrage, afin de démontrer que la Chine est capable de faire vivre et travailler ses taïkonautes en sécurité. Une sortie extravéhiculaire pourrait même être réalisée.

Les activités scientifiques qui seront réalisées lors de la mission n’ont pas été dévoilées. Nous savons juste qu’une liaison est prévue entre des étudiants chinois et les taïkonautes à bord du module orbital.

Une station spatiale en point de mire pour la Chine

Lancé en septembre 2011 pour préparer les futurs éléments de la station spatiale chinoise prévue à l’horizon 2020, Tiangong-1 devrait être désorbité après le départ des taïkonautes de Shenzhou-10, à une date qui n’a pas encore été rendue publique. Il sera ensuite remplacé par Tiangong-2, une version évoluée de Tiangong-1 aux fonctionnalités plus avancées, qui sera développé en tenant compte du retour d’expérience des équipages qui auront séjourné à bord du premier module orbital.

Tiangong-1 a déjà été accosté à deux reprises : une première fois en novembre 2011 avec une capsule inhabitée (Shenzhou-8), et en juin 2012 lors de la mission Shenzhou-9, qui a permis à trois taïkonautes, dont la première Chinoise envoyée dans l’espace, d’y séjourner plusieurs jours.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires