Mots-clés |
  • Astronautique,
  • Mars Express,
  • mars,
  • planète rouge,
  • exploration,
  • Exploration robotique,
  • Système solaire,
  • esa,
  • agence spatiale européenne,
  • sonde martienne

Mars Express a cartographié presque toute la Planète rouge

En juin, la carte globale de la minéralogie de Mars devrait être dévoilée. En attendant, l’Agence spatiale européenne rend publique une cartographie presque complète de la planète. Elle a été réalisée par la sonde Mars Express, qui fête ses dix ans d’activité.

Les trois régions les plus emblématiques de Mars sont clairement visibles sur cette carte. Recherchez donc Olympus Mons, le plus grand volcan du Système solaire ! Voyez-vous les trois volcans formant Tharsis Montes ? Ou encore, observez Valles Marineris, le grand canyon de Mars, profond d’une dizaine de kilomètres, et qui s’étend sur plus de 4.000 km. © Esa, DLR, FU Berlin (G. Neukum) et F. Jansen (Esa) Les trois régions les plus emblématiques de Mars sont clairement visibles sur cette carte. Recherchez donc Olympus Mons, le plus grand volcan du Système solaire ! Voyez-vous les trois volcans formant Tharsis Montes ? Ou encore, observez Valles Marineris, le grand canyon de Mars, profond d’une dizaine de kilomètres, et qui s’étend sur plus de 4.000 km. © Esa, DLR, FU Berlin (G. Neukum) et F. Jansen (Esa)

Mars Express a cartographié presque toute la Planète rouge - 2 Photos

PDF

Lancée en juin 2003 par un lanceur Soyouz, depuis Baïkonour, la sonde Mars Express a rejoint la Planète rouge six mois plus tard. Près de dix ans après son arrivée, cette sonde poursuit son activité et devrait même réaliser, à la fin de l’année, un survol à haut risque au-dessus de Phobos.

Son héritage scientifique apparaît d’ores et déjà très dense. La sonde a mis en évidence que de l'eau liquide a été présente en grande quantité sur Mars peu de temps après sa formation. Elle a également observé de nombreux phénomènes faisant intervenir de l’eau : sous les sols de la planète, elle a notamment découvert des dépôts de glace d’eau d’une très grande pureté. Elle a également confirmé pour la première fois la présence de méthane dans l'atmosphère et identifié les interactions entre le vent solaire et l'atmosphère supérieure.

Cependant, on retiendra de Mars Express qu’elle a revisité l’histoire de la Planète rouge et ses trois grandes périodes connues (le Noachien, l'Hespérien et l'Amazonien). La sonde a en effet mis en lumière trois ères distinctes, distinguables par leurs minéraux dominants : le Phyllosien (avec les phyllosilicates, dont les argiles), le Theiikien (les produits du volcanisme) et le Siderikien (règne des oxydes ferriques).

Le célèbre sourire martien, vu par Mars Express, qui est en fait le cratère Galle, de 230 km de diamètre (à ne pas confondre avec le cratère Gale dans lequel s'est posé Curiosity). © Esa, DLR, FU Berlin (G. Neukum)
Le célèbre sourire martien, vu par Mars Express, qui est en fait le cratère Galle, de 230 km de diamètre (à ne pas confondre avec le cratère Gale dans lequel s'est posé Curiosity). © Esa, DLR, FU Berlin (G. Neukum)

Dix mille révolutions autour de Mars

Avec plus de dix ans de données, les scientifiques sont en mesure de tracer des cartes précises de la surface martienne. En juin, l'Esa rendra d’ailleurs publique la carte globale de la minéralogie de Mars. Pour l’instant, c'est une cartographie de la planète acquise à la verticale (nadir) dans le rouge, le vert et le bleu qui nous est dévoilée.

Au 30 juin 2012, 87,8 % de la surface de Mars étaient cartographiés, dont 61,5 % avec une résolution de 20 mètres par pixel. Cette mosaïque d’images comprend des milliers de scènes acquises lors des 10.821 révolutions de la sonde autour de la planète.

La carte présente des zones sombres. Elles correspondent à des images qui n’ont pas été intégrées en raison d’une trop forte concentration de poussière dans l’atmosphère, qui rend la surface invisible. Si les conditions météorologiques sont clémentes lors des prochains passages en orbite au-dessus de ces zones d’ombre, les responsables de la mission devraient pouvoir compléter la cartographie. Quant aux variations des couleurs également observables, elles s’expliquent par les conditions d'ensoleillement (qui diffèrent d’un jour à l’autre) ainsi que par la teneur en poussière de l’atmosphère martienne, qui tend à assombrir les paysages.

Pour profiter pleinement de cette carte, il est préférable de télécharger la version la plus large mise en ligne, au format Tiff, sur le site de l’Agence spatiale européenne.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires