Mots-clés |
  • Astronautique

Lancement du satellite HESSI (NASA) le 5 février

HESSI (High Energy Solar Spectroscopic Image), le nouveau petit satellite scientifique de la NASA, dédié à l'étude du Soleil, devrait s'élancer le 5 février prochain.

PDF



HESSI (High Energy Solar Spectroscopic Image).

  
 

HESSI (High Energy Solar Spectroscopic Image), le nouveau petit satellite scientifique de la NASA, dédié à l'étude du Soleil, devrait s'élancer le 5 février prochain. D'une masse de 290 kg, il sera placé sur une orbite circulaire de 597 km d'altitude et incliné à 38° sur l'équateur au moyen d'une fusée aéroportée Pegase-XL, d'Orbital Sciences.

Toutefois, la NASA croise ses doigts, car ce petit satellite a déjà connu pas moins de quatre reports de lancement. Cette cascade de report s'explique en partie par des difficultés rencontrées par la fusée Pegase-XL, d'Orbital Sciences.

Initialement prévu en mars 2000, le lancement avait été reporté une première fois après qu'HESSI eut été sérieusement endommagé lors de tests au JPL de Pasadena. Le second lancement, prévu un an plus tard, était lui aussi reporté suite à des problèmes de fiabilité rencontré par les fusées d'Orbital Sciences. Enfin, le 2 juin 2001, l'explosion en plein vol d'une fusée Pegasus avec à son bord le démonstrateur X-43 à conduit une nouvelle fois la NASA à différer la mise sur orbite de son satellite. Moins d'une année a été nécessaire aux équipes de la NASA et d'Orbital Sciences pour comprendre les causes du dysfonctionnement de la fusée et proposer des solutions propres à rassurer la NASA qui ne souhaite prendre aucun risque pour son satellite.

HESSI observera le Soleil et étudiera les processus qui se déroulent lors des éruptions au sein des plasmas de l'atmosphère solaire soumis à un champ magnétique. A cet effet, il est équipé d'un spectromètre composé d'un groupe de neuf détecteurs au germanium. Leur rôle sera de déterminer très précisément l'énergie des éruptions de la couronne solaire (phénomènes de forte intensité et fugitifs) en rayonnement X et gamma. Afin de conserver toutes leurs capacités de mesure et d'enregistrement - aussi bien durant les périodes d'émission normale que durant ces sursauts d'énergie -, les instruments sont équipés d'atténuateurs entrant en action automatiquement, mais sans en interrompre le fonctionnement.

Les données de HESSI seront complémentaires de celles de SOHO : elles permettront d'observer certains événements solaires simultanément à deux longueurs d'onde très différentes.

Outre l'observation solaire, HESSI sera également utilisé pour l'observation du ciel profond. C'est ainsi qu'on attend une cartographie à haute résolution (2 secondes d'arc) de la nébuleuse du Crabe, la détection et la situation exacte de sursauts gamma dans une large partie de la voûte céleste, ainsi que de nouvelles données spectrométriques de sources gamma et X.



Spectreomètre au germanium d'HESSI.



Booster de la fusée Pegasus.



Le système de lancement d'Orbital Sciences.

 

Par Rémy Decourt


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires