Mots-clés |
  • Astronautique,
  • proton,
  • Astrium,
  • eutelsat,
  • Internet par satellite,
  • satellite de télécommunications

Ka-Sat : un satellite pour recevoir Internet partout

Depuis lundi, tourne autour de la Terre un satellite entièrement dédié à Internet. Ka-Sat permet en effet de se connecter en haut débit depuis n'importe quel point d'une vaste zone, englobant la France. Le service, commercialisé en mai prochain, sera bien moins limité que les accès actuels par satellite.

Ka-Sat a été lancé par un Proton opéré par International Launch Services. Avec une masse au lancement de plus de six tonnes, le lanceur Proton a été utilisé à la limite de ses capacités de transport. © Astrium Ka-Sat a été lancé par un Proton opéré par International Launch Services. Avec une masse au lancement de plus de six tonnes, le lanceur Proton a été utilisé à la limite de ses capacités de transport. © Astrium

Ka-Sat : un satellite pour recevoir Internet partout - 2 Photos

PDF

Le satellite géostationnaire Ka-Sat, construit par Astrium pour le compte d’Eutelsat, a été lancé avec succès par un Proton d’International Launch Services (ILS) depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Le lanceur a décollé dimanche à 21 h 51 TU et placé Ka-Sat sur son orbite de transfert à 7 h 03 TU (lundi). Ce satellite est entièrement dédié à Internet et devrait fonctionner au minimum 16 ans. Son lancement survient trois semaines après l’échec du lancement de trois satellites Glonass par un Proton. Cet échec avait contraint ILS à reporter la mise en orbite du satellite Ka-Sat, le temps de l’enquête.

Il est vite apparu que l’accident était dû à un problème informatique lié à l’utilisation du nouvel étage Block DM, qui ne tenait pas compte du poids réel de cet étage. La fusée russe s’est retrouvée sur une trajectoire ne permettant pas de mise sur orbite. L'étage sur lequel étaient montés les trois satellites Glonass (GPS russe) a fini par retomber dans l'océan Pacifique. ILS n'utilisant pas ce type d'étage sur ses lanceurs mais l'étage Breeze, la campagne de lancement a pu reprendre en vue du lancement, réalisé dans la nuit de dimanche à lundi. 

Pour utiliser le satellite Ka-Sat, positionné à 9° est, seront nécessaires une parabole à double tête (une en bande Ka et une en Ku) et un modem de taille et fonctionnalités identiques à un modem ADSL. Le modem se connecte au PC ou au réseau domestique grâce à une connexion Ethernet standard (10/100 Mbps). © Astrium
Pour utiliser le satellite Ka-Sat, positionné à 9° est, seront nécessaires une parabole à double tête (une en bande Ka et une en Ku) et un modem de taille et fonctionnalités identiques à un modem ADSL. Le modem se connecte au PC ou au réseau domestique grâce à une connexion Ethernet standard (10/100 Mbps). © Astrium

Entièrement dédié à Internet, ce satellite doit entrer en service en mai 2011 et fournir un service d'Internet à haut débit via l'offre Tooway d’Eutelsat, un système de transmission bidirectionnelle qui permet la réception et l’émission par satellite, qui ne nécessite donc aucune ligne téléphonique. Eutelsat propose déjà un tel service avec un autre satellite (Hot Bird 6), calé différemment. Ce nouveau service sera commercialisé par de nombreux opérateurs (Connexion Verte, Numeo, Sat2way, SDH, SFR...), à des tarifs encore inconnus. (Pour une présentation du service, voir la vidéo d'Eutelsat.)

Ka-Sat couvrira totalement l’Europe à travers ses 82 faisceaux étroits en bande Ka. Son secret de d'utiliser jusqu'à 20 fois une même bande sur des zones géographiques distinctes. Il atteint ainsi un débit total de 70 Gbits/s. Ka-Sat pourra desservir jusqu’à un million de foyers, dont 300.000 en France, avec un débit de 9 à 10 Mbits/s. Ce service sera surtout destiné aux zones rurales ou en périphérie d’agglomérations restant à l’écart des réseaux terrestres à haut débit et plus communément appelées « zone blanche ».

Pour Eutelsat, l’affaire pourrait rapidement devenir très rentable. En France, on estime à 500.000 le nombre de foyers en zone blanche et jusqu’à 15 millions en Europe. Avec un coût estimé à quelque 400 millions d’euros (construction et lancement), Eutelsat pourrait commencer à gagner de l'argent seulement trois ans après l'entrée en service de Ka-Sat, conçu pour fonctionner au moins 16 ans.


Sur le même sujet