Mots-clés |
  • Astronautique,
  • satellite,
  • pléiades,
  • Observation de la Terre,
  • Astrium,
  • CNES,
  • surveillance de la Terre,
  • satellite dual,
  • soyouz,
  • kourou,
  • Arianespace,
  • Thales Alenia Space

En image : les premières photos de Pléiades 1B

Moins d’une semaine après son lancement, les premières images du satellite Pléiades 1B ont été rendues publiques. Et ne déçoivent pas. La haute résolution étant bien au rendez-vous. De Lorient à Madrid et Istanbul, on devine l’étendue des capacités du satellite lorsqu’il sera exploité, dès que les opérations de recette en vol seront finalisées.

Après le jardin parisien des Tuileries et la mosquée de Casablanca au Maroc comme cibles des premières images de Pléiades 1A, c’est Lorient, Istanbul et Madrid qui ont été choises comme cibles pour montrer le bon fonctionnement du satellite Pléiades 1B. On voit ici le port de Lorient et un détail des pistes de l'aéroport d'Istanbul. © Cnes Après le jardin parisien des Tuileries et la mosquée de Casablanca au Maroc comme cibles des premières images de Pléiades 1A, c’est Lorient, Istanbul et Madrid qui ont été choises comme cibles pour montrer le bon fonctionnement du satellite Pléiades 1B. On voit ici le port de Lorient et un détail des pistes de l'aéroport d'Istanbul. © Cnes

En image : les premières photos de Pléiades 1B - 3 Photos

PDF

Lancé dans la nuit du samedi 1er au dimanche 2 décembre par un lanceur Soyouz depuis le Centre spatial guyanais, le satellite Pléiades 1B de très haute résolution vient d’acquérir ses premières images. Il s’agit d’une série de vues montrant la ville et la baie de Lorient, ainsi que Madrid et Istanbul. Ces premières images ont été acquises sur les centres utilisateurs à Torrejon (Espagne) et Creil (France) pour les armées espagnoles et françaises, et à Toulouse par Astrium Services, qui en est le distributeur pour les utilisateurs civils.

Construits sous la maîtrise d’œuvre d’Astrium pour le compte du Cnes, les satellites Pléiades embarquent un télescope réalisé par Thales Alenia Space. L'instrument est de type Korsch, avec un miroir primaire de 65 cm de diamètre (il en compte 4), pour une longueur focale de 12,905 m. Il fournit des vues multispectrales dans les bandes visibles et proche infrarouge avec une très haute résolution (70 cm) et une fauchée de 20 km.

À l'image, l'instrument optique de très haute résolution de Pléiades. Il s'agit d'un télescope de type Korsch de 65 cm de diamètre signé Thales Alenia Space. © Thales Alenia Space
À l'image, l'instrument optique de très haute résolution de Pléiades. Il s'agit d'un télescope de type Korsch de 65 cm de diamètre signé Thales Alenia Space. © Thales Alenia Space

Pléiades, des images de 50 cm de résolution après traitement

En effet, les images acquises par un satellite ne sont pas des photographies, car le satellite ne capture pas toute la lumière visible. Dans le cas de Pléiades, la résolution est de 0,7 m en panchromatique (après traitement, ces images donnent des produits à 50 cm de résolution) et quatre bandes spectrales (bleue, verte, rouge et proche infrarouge) avec une résolution de 2,8 m en visée verticale.

Grâce à une intégration poussée de l'unité de détection, une structure ultrastable en carbone-carbone et des miroirs en Zerodur, cet instrument offre un encombrement plus faible que les générations précédentes de systèmes optiques embarqués.

Thales Alenia Space a déjà fourni des capteurs de ce niveau de performances. On citera les satellites militaires Helios 1 et 2, les instruments Végétation à très large fauchée sur les satellites Spot, la caméra Meris à haute résolution spectrale et radiométrique sur Envisat, ou encore l’interféromètre à très haute résolution spectrale Iasi sur les satellites Metop d’Eumetsat.

En image, comment deux satellites distincts sont utilisés pour secourir un navire piraté. Spot 5 et Pléiades ont permis de localiser le chimiquier Enrico Evoli, dont des pirates avaient pris le contrôle en décembre 2011. L'utilisation combinée des satellites Spot 5 et Pléiades 1A a permis d'identifier visuellement le navire. © Cnes 2011, Distribution Astrium Services, Spot Image
En image, comment deux satellites distincts sont utilisés pour secourir un navire piraté. Spot 5 et Pléiades ont permis de localiser le chimiquier Enrico Evoli, dont des pirates avaient pris le contrôle en décembre 2011. L'utilisation combinée des satellites Spot 5 et Pléiades 1A a permis d'identifier visuellement le navire. © Cnes 2011, Distribution Astrium Services, Spot Image

Le bel avenir de la photo-interprétation avec Pléiades 1A et 1B

Pléiades 1A et 1B forment un système d’observation unique au monde avec comme points forts des modes d’acquisition multiples (stéréo, mosaïques, corridor, etc.) et une revisite quotidienne de tout point du globe avec une résolution de 70 cm. Ils répondent à des besoins civils, militaires ou scientifiques dans de nombreux domaines d’applications pour de la cartographie, du suivi des phénomènes, de la détection des changements ou encore de la gestion, de la planification et de la surveillance.

L’utilisation d’images satellite de quelques dizaines de cm de résolution ouvre de nouvelles perspectives pour la photo-interprétation. Une discipline qui combine des données de différents satellites dans des domaines aussi variés que la surveillance climatique, la gestion de crise humanitaire ou la lutte contre la piraterie maritime.


Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires