Mots-clés |
  • Astronautique,
  • esa,
  • Exploration robotique,
  • Système solaire

L'Esa achève la mise en place de son réseau pour l’espace lointain

Pour communiquer avec les sondes spatiales, les États-Unis ont leur réseau de l’espace profond depuis plusieurs décennies. L’Europe a maintenant le sien après l'inauguration d'une antenne de 35 m en Argentine. 

Cette image de la planète Mars, acquise par la sonde Mars Express, a été réceptionnée par la nouvelle antenne de l'Esa, située à Malargüe (Argentine). Après avoir parcouru près de 327 millions de kilomètres en un peu plus de 18 mn, les données constituant l'image  ont été réceptionnées par cette antenne de 35 m de diamètre. © Esa Cette image de la planète Mars, acquise par la sonde Mars Express, a été réceptionnée par la nouvelle antenne de l'Esa, située à Malargüe (Argentine). Après avoir parcouru près de 327 millions de kilomètres en un peu plus de 18 mn, les données constituant l'image ont été réceptionnées par cette antenne de 35 m de diamètre. © Esa

L'Esa achève la mise en place de son réseau pour l’espace lointain - 2 Photos

PDF

L’Agence spatiale européenne (Esa) vient de mettre en service la troisième antenne de son réseau pour l’espace lointain. Cette nouvelle antenne a été installée dans la province de Malargüe (Argentine), dans le cadre d’un partenariat engagé avec l’Argentine en novembre 2009 portant sur sa construction et son exploitation pendant 50 années. En échange, l'Esa mettra à disposition de l’Argentine 10 % du temps d’observation de l’antenne qu’elle pourra utiliser pour ses projets scientifiques nationaux ayant trait à l’espace.

Avec les stations de New Norcia en Australie et de Cebreros en Espagne, le réseau de l’espace lointain de l’Esa compte désormais trois stations. À elles trois, elles sont capables d'assurer une couverture de l'ensemble du ciel et d'apporter le soutien nécessaire (poursuite, réception des données, etc.) aux missions spatiales vers l'espace profond de l'Esa en service ou en préparation.

Située à 1.550 m d'altitude, en Argentine, cette antenne de 35 m de diamètre pour une hauteur totale de 40 m a une précision de pointage supérieure à 0,006°. Elle sera utilisée pour la poursuite des missions de l'Esa vers l'espace profond. © S. Marti, Esa
Située à 1.550 m d'altitude, en Argentine, cette antenne de 35 m de diamètre pour une hauteur totale de 40 m a une précision de pointage supérieure à 0,006°. Elle sera utilisée pour la poursuite des missions de l'Esa vers l'espace profond. © S. Marti, Esa

Inaugurée voilà quelques jours, cette antenne de 35 m de diamètre doit entrer en service au début de l’année prochaine. Les premiers essais ont montré son bon fonctionnement avec la réception sans coup férir d'une série de données en provenance de la Planète rouge. Dès leur réception, elles ont été transmises au Centre européen d'opérations spatiales de l'Esa (Esoc), installé à Darmstadt (Allemagne).

Le réseau Estrack de l'Esa complété avec l'antenne de Malargüe

C’est depuis ce centre que sont commandées à distance toutes les stations au sol du réseau Estrack de l’Esa pour les tâches quotidiennes de poursuite et le téléchargement des données scientifiques. En plus de ces trois antennes pour l’espace profond, l’Esa dispose également d’autres antennes, réparties tout autour du globe, pour communiquer avec ses satellites en orbite basse.

« Avec la station de Malargüe, l’Esa devient la deuxième agence spatiale au monde capable d’assurer une couverture de l’ensemble du ciel pour les missions vers l’espace lointain, a déclaré Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’Esa. Il s’agit là d’un atout considérable, non seulement pour l’Europe mais également pour tous nos partenaires internationaux intéressés par l’exploration du Système solaire. »

Ces trois stations sont équipées d’antennes paraboliques de 35 m de diamètre qui couvrent un champ plus étendu avec une plus grande vitesse de transmission des données. Ce qui répond aux besoins des missions d’exploration actuelles et futures, qu’il s’agisse de missions planétaires telles que Mars Express et BepiColombo (vers Mercure) ou d’observatoires comme Solar Orbiter.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires