Mots-clés |
  • Astronautique,
  • Curiosity,
  • rover,
  • mars,
  • planète rouge,
  • exploration,
  • Exploration robotique,
  • exploration martienne,
  • vie sur Mars,
  • Système solaire,
  • mont Sharp,
  • ExoMars,
  • cratère Gale,
  • MSL

Curiosity a creusé le premier trou sur Mars

C’est fait. Après plusieurs essais, le rover Curiosity de la Nasa a effectué son premier forage sur John Klein, une roche baptisée du nom d’un ancien responsable de la mission décédé en 2011. Ce trou a été creusé le 8 février juste à côté d’un précédent essai réalisé deux jours plus tôt.

Image composée de plusieurs photographies prises avec la caméra de mât (la Mastcam) du rocher baptisé John Klein. Elle montre les quatre emplacements envisagés pour forer et réaliser un prélèvement de roche, baptisé de différents noms que l'on voit mentionnés sur l'image. Après analyse par le spectromètre à rayons X et particules alpha (APXS), une inspection rapprochée, en macroscopie, par la caméra Mahli, voire un dépoussiérage avec la brosse du DRT (Dust Removal Tool) et une analyse par l'instrument ChemCam, le choix s'est porté sur l'emplacement indiqué ici par Drill. Le nombre de prélèvements réalisables par Curiosity lors des deux ans de sa mission est en effet limité, et il faut choisir judicieusement. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS Image composée de plusieurs photographies prises avec la caméra de mât (la Mastcam) du rocher baptisé John Klein. Elle montre les quatre emplacements envisagés pour forer et réaliser un prélèvement de roche, baptisé de différents noms que l'on voit mentionnés sur l'image. Après analyse par le spectromètre à rayons X et particules alpha (APXS), une inspection rapprochée, en macroscopie, par la caméra Mahli, voire un dépoussiérage avec la brosse du DRT (Dust Removal Tool) et une analyse par l'instrument ChemCam, le choix s'est porté sur l'emplacement indiqué ici par Drill. Le nombre de prélèvements réalisables par Curiosity lors des deux ans de sa mission est en effet limité, et il faut choisir judicieusement. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

Curiosity a creusé le premier trou sur Mars - 3 Photos

PDF

Pour la première fois, un rover a foré le sol martien. Après les coups de pelle de Phoenix en 2008, Curiosity vient en effet d'utiliser la foreuse placée au bout de son bras articulé pour percer une roche. Ce trou, large de 1,6 cm et profond de 6,4 cm, a permis d’extraire du matériau rocheux.

Cette poussière sera analysée ces prochains jours par plusieurs des instruments du rover, dont ceux des laboratoires CheMin (Chemistry and Mineralogy) et Sam (Sample Analysis at Mars). Le premier étudie la roche par diffraction X et par fluorescence X. Sam comprend trois instruments : un spectromètre de masse, un spectromètre à laser et un chromatographe en phase gazeuse développé par le Latmos français.

Après un premier forage d'essai (à droite), Curiosity, au « Sol » 182 (c'est-à-dire le 182e jour martien de sa mission), a percé un trou profond d'un peu plus de six centimètres. La poussière ainsi récupérée sera analysée à l'intérieur du rover d'ici quelques jours, le temps que la Nasa s'assure que les instruments n'ont pas été contaminés lorsqu'ils étaient sur Terre. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS
Après un premier forage d'essai (à droite), Curiosity, au « Sol » 182 (c'est-à-dire le 182e jour martien de sa mission), a percé un trou profond d'un peu plus de six centimètres. La poussière ainsi récupérée sera analysée à l'intérieur du rover d'ici quelques jours, le temps que la Nasa s'assure que les instruments n'ont pas été contaminés lorsqu'ils étaient sur Terre. © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

Analyse minéralogique dans le four à pyrolyse de Curiosity

Le bras de Curiosity placera les échantillons de roche dans une des 72 éprouvettes qui sera ensuite placée dans un four à pyrolyse. En chauffant, ces échantillons produiront des gaz qui seront analysés par les trois instruments de Sam.

L'appareil dispose de 72 éprouvettes montées sur un carrousel, et chacune ne peut être utilisée qu'une fois. Lorsque toutes auront servi, Curiosity ne pourra plus réaliser de telles analyses. D’où une sélection stricte des roches à forer.

Courte animation du travail de la foreuse, portée au bout du bras articulé de Curiosity, le 8 février 2013, sur la roche baptisée John Klein. (Si l'animation n'apparaît pas, cliquez sur l'image). © Nasa, JPL-Caltech, MSSS
Courte animation du travail de la foreuse, portée au bout du bras articulé de Curiosity, le 8 février 2013, sur la roche baptisée John Klein. (Si l'animation n'apparaît pas, cliquez sur l'image). © Nasa, JPL-Caltech, MSSS

À la recherche d'une vie passée

Le but est de détecter des molécules organiques, témoins de conditions ayant été favorables à l'apparition d'une forme de vie dans un lointain passé. D’autres mesures permettront, peut-être, de se faire une idée plus précise sur le passé aqueux de la région.

Pour pouvoir réaliser ce forage martien, la Nasa précise avoir fabriqué huit perceuses et foré plus de 1.200 trous dans 20 types de roches différentes sur Terre.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires