Mots-clés |
  • aéronautique,
  • développement durable

L’avion solaire de Solar Impulse se prépare pour un vol jusqu’au Maroc

Dès que la météo le permettra, l’équipe suisse de Solar Impulse organisera le plus long vol de l’avion solaire, de Payerne jusqu’à Ouarzazate, au Maroc, avec une escale à Madrid et une à Rabat. Deux mille cinq cents kilomètres aller au cours desquels André Borscherg puis Bertrand Piccard se succéderont aux commandes. L’équipe répond aux questions de Futura-Sciences.

De gauche à droite, André Borschberg et Bertrand Piccard, les deux initiateurs du projet Solar Impulse. © Solar Impulse De gauche à droite, André Borschberg et Bertrand Piccard, les deux initiateurs du projet Solar Impulse. © Solar Impulse

L’avion solaire de Solar Impulse se prépare pour un vol jusqu’au Maroc - 3 Photos

PDF

Pour se préparer au tour du monde en avion solaire, c’est-à-dire ne tirant son énergie que du soleil, un périple toujours prévu en 2014, l’équipe de Bertrand Piccard consacre les années 2012 et 2013 à de longs vols internationaux. L’avion est toujours le prototype HB-SIA (son immatriculation, HB désignant un avion helvétique, SI pour Solar Impulse et A parce qu’il s’agit du premier modèle) qui a déjà fait ses preuves. En 2011, on l’a vu effectuer un tour de Suisse puis un vol jusqu’à Bruxelles avec un retour via le salon du Bourget.

Le prochain vol réalisera un bel exploit : il franchira les Pyrénées et se poursuivra jusqu’au Maroc, à Ouarzazate, au sud-ouest de Marrakech. La distance de 2.500 km en fera le plus long vol réalisé jusque-là par l’avion solaire. Il sera effectué en trois étapes, avec une première escale (de plusieurs jours) sur l’aéroport de Madrid, qui sera l’occasion de changer le pilote de cet avion monoplace. Alors que tous les grands vols ont été effectués par André Borschberg, Bertrand Piccard pourra alors prendre les commandes. Au Maroc, le Solar Impulse se posera d'abord à Rabat.

La destination choisie est hautement symbolique puisque la région de Ouarzazate accueillera le projet d’une centrale thermosolaire, mené par la Moroccan Agency for Solar Energy (Masen), qui vise une puissance de 2 GW en 2020.

Le HB-SIA de Solar Impulse en bonne compagnie au Salon du Bourget, en juin 2011. © Solar Impulse
Le HB-SIA de Solar Impulse en bonne compagnie au Salon du Bourget, en juin 2011. © Solar Impulse

Solar Impulse : un grand oiseau délicat

Il faudra environ deux jours de vol entre Payerne, en Suisse, et Ouarzazate, car l’avion solaire vole très lentement, à quelques dizaines de kilomètres à l’heure seulement. La conduite de la navigation et la résistance du pilote ont déjà été testées en 2011 avec un vol simulé pendant lequel André Borshberg est resté 72 heures d’affilée dans un poste de pilotage semblable à celui du HB-SIA. Le frêle, mais grand, avion de 63,40 m d’envergure pour 1,6 tonne est très sensible aux conditions météorologiques, et en particulier au vent, qui le ralentit considérablement lorsqu’il est de face ou interdit l’atterrissage lorsqu’il est trop fort ou latéral. Les turbulences compliquent elles aussi le pilotage, comme nous le confiait André Borschberg.

Cette longue navigation jusqu’au Maroc sera donc difficile sur le plan technique et constituera un bel entraînement avant le tour du monde de 2014, qui sera effectué dans un second appareil, le HB-SIB, actuellement en construction, comme nous l’expliquent les deux pilotes de l’avion.

Futura-Sciences : La date de ce vol est-elle arrêtée ?

Solar Impulse : L’avion est prêt depuis le 1er mai. Nous décollerons à destination du Maroc dès que la météo sera favorable. Une escale technique est prévue à mi-parcours dans la région de Madrid, à l’occasion de laquelle les deux pilotes se relayeront aux commandes de Solar Impulse.

Quelle préparation pour l’avion ?

Solar Impulse : Comme pour tout avion, le Solar Impulse est contrôlé avant chaque vol et comme c’est un prototype l’équipe est très rigoureuse et les contrôles sont complets. 

Les batteries de l’avion seront-elles chargées avant le décollage ?

Solar Impulse : En principe nous décollons avec l’énergie restante du vol précédent. Si ce n’est pas suffisant, selon l’heure de décollage (si nous devons voler plusieurs heures de nuit), nous chargeons l’avion en lui faisant prendre un bain de soleil devant le hangar.

À quelle altitude et à quel endroit comptez-vous franchir les Pyrénées ?

Solar Impulse : Nous avons trois options pour traverser les Pyrénées : par le sud (c’est-à-dire par Barcelone), par le nord (Biarritz) ou par le centre. Le plan de vol définitif sera déterminé 48 heures avant le décollage en fonction de la météo.

Faudra-t-il vous poser à Madrid très tôt ou très tard, comme ce fut le cas au Bourget ?

Solar Impulse : Oui car nous devrons toujours nous glisser dans les créneaux horaires du trafic aérien civil. Pour se poser à Madrid, Solar Impulse bloquera plusieurs couloirs aériens pendant plus de 30 minutes. Ce qui implique un atterrissage tard dans la nuit et en bout de piste lorsque l’activité aéroportuaire sera plus calme. En effet, l’aéroport de Madrid a des connexions tardives avec ses vols outre-Atlantique en direction de l’Amérique latine.

Le HB-SIA, l'avion solaire de Solar Impulse, vient de quitter l'aérodrome du Bourget, le 3 juillet 2011, et s'offre un panorama sur Paris, à moins de dix kilomètres des pistes à vol d'oiseau. © Solar Impulse
Le HB-SIA, l'avion solaire de Solar Impulse, vient de quitter l'aérodrome du Bourget, le 3 juillet 2011, et s'offre un panorama sur Paris, à moins de dix kilomètres des pistes à vol d'oiseau. © Solar Impulse

Quel temps comptez-vous mettre pour ces deux étapes ?

Solar Impulse : Le vol de la Suisse au Maroc prendra environ 48 heures. Nous redécollerons de Madrid dès que la météo le permettra, au plus tôt trois jours après l’atterrissage. Cette escale technique nous donnera le temps de réaliser divers contrôles techniques et de préparer le deuxième vol.

Atterrirez-vous à Ouarzazate de nuit ?

Solar Impulse : Oui, et ceci pour deux raisons. La première est que, comme pour tout aéroport, nous essayons de perturber le moins possible le trafic aérien et la nuit l’activité aéroportuaire est plus calme. La seconde raison est météorologique. L’air est plus calme en soirée, notamment au niveau des thermiques et du vent.

Y a-t-il des difficultés particulières pour ce vol ?

Solar Impulse : Ce vol sera le plus long trajet que nous ayons effectué jusqu’ici, soit plus de 2.500 km au total. Le défi pour toute l’équipe est de tirer un maximum d’enseignements pour le tour du monde.

Où en est la construction du HB-SIB ?

Solar Impulse : La construction des premières pièces a commencé en début d’année et les premiers vols tests se feront à Payerne au printemps 2013. Nous prévoyons d’entamer d’ici 2014 le tour du monde avec escales. Les deux pilotes se relayeront à chaque étape. 

A-t-on des précisions sur ses caractéristiques ?

Solar Impulse : Ce nouvel avion intègrera des nouvelles technologies dans plusieurs domaines et offrira une meilleure performance, réduisant encore plus notre consommation d’énergie, ce qui veut dire plus de réserves à notre disposition. Il restera, comme le prototype HB-SIA, un avion monoplace. Mais nous augmenterons la taille du cockpit afin d’améliorer son confort pour permettre au pilote de voler seul plusieurs jours et nuits.


A voir aussi sur Internet

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires